Tests

1 2

Labyrinth of Refrain : Coven of Dusk

Un nouveau venu qui se laisse découvrir

Jusqu'alors plutôt limité aux consoles Sony et dans l'archipel nipponne, le panel de jeux NIS disponibles dans nos contrées ne cesse de croître, y compris sur la machine verte américaine. Labyrinth of Refrain : Coven of Dusk arrive deux ans après sa sortie sur nos machines européennes et américaines avec des localisations anglaise et française. Pourtant, n'y voyez pas le signe d'une ouverture décadente avec ce Donjon-RPG bien particulier.

Mini Metro

Le 8e passager

Triangles, ronds, carrés : les stations. Des lignes, des flux : votre réseau de métro. Simple, basique. Attention au départ, vous risquez de vous retrouver régulièrement les doigts coincés dans Mini Metro. Avec son design ultra minimaliste, son principe simple comme un plan de métro et ses maps rejouables à l'infini, Mini Metro est une petite merveille sur toute la ligne.

YS VIII : Lacrimosa of Dana

La technique n'est-elle qu'un moyen ?

Développé en 2016 sur PSV par Nihon Falcom, puis porté l'année suivante sur PS4, Ys VIII débarque maintenant sur la Switch. Continuer progressivement d'enrichir le catalogue de la console de Nintendo est un parti pris de Koch Media qui commence à porter ses fruits si l'on considère la quantité. Mais la qualité est-elle présente ?

Shining Resonance Refrain

Un stéréotype de J-RPG

Sega nous propose de découvrir un de ses RPG, exclusif au sol japonais, sortie en 2014 dans l'archipel. Shining Resonance Refrain réapparaît donc en force et en musique dans une version HD all inclusive. Mais est-ce une bonne occasion d'étoffer votre collection ?

Masters of Anima

Le maitre du gameplay

Si on vous dit "jeux vidéo lyonnais", vous pensez tout de suite à Arkane Studio. Pourtant, la capitale des gaules abrite aussi l'équipe de Passtech Games responsable d'un jeu pour le moins envoutant : Masters of Anima. C'est à croire que les talents se sont concentrés dans le Rhône-Alpes. Suivez le guide pour les explications.

Lost Sphear

Le mieux comme ennemi du bien

Adulés, copiés et pourtant difficilement égalés, les J-RPG des années 90 restent gravés dans les mémoires des joueurs comme des références absolues. Après I am Setsuna, Tokyo RPG Factory tente à nouveau sa chance dans un genre placé au rang du divin. Lost Sphear déboule pour nous rappeler nos meilleurs souvenirs. Vantardise mal placée ou véritable succès, seuls les joueurs pourront en décider.

1 2