Tests

1 2 3 4 5

Disgaea 4 Complete+

La réédition d'une réédition d'une... légende

Nippon Ichi Software nous gâte, après un excellent et inédit Destiny Connect le voilà revenu a sa marotte : l'inlassable agrémentation de la série des Disgaea. Après le premier et le cinquième épisode, voilà le quatrième, dans une nouvelle version remplie à ras bord.

MediEvil

Héros ou Zéro ?

Sorti à la fin des années 90 sur PlayStation, on pensait la série MediEvil perdue à tout jamais. C'était jusqu'à ce que Sony nous annonce un remake pour 2019. Sir Fortesque revient donc d'entre les morts... Encore une fois.

Children of Morta

Les enfants, c'est notre éternité

Créateur de jeux auxquels nul n'avait jusqu'à présent porté la moindre attention (Garshasp, Shadow Blade, Epic of Kings) ; Dead Mage vient de produire son œuvre phare. Auréolé d'un buzz sans commune mesure, Children of Morta avec ses arguments entendus mille fois arrive pourtant à inverser le verdict d'un procès connu d'avance. Jugez par vous-même.

Ni no Kuni Remastered

La beauté même

La sortie de Ni no Kuni 2 : Revenant Kingdom nous a rappelé combien on avait aimé le premier épisode, les souvenirs encore vifs, émerveillé que l'on avait été par l'univers enchanteur et les personnages tellement attachants. Lorsque l'on a appris sa réédition, on s'en est réjoui, excité de le voir sur nos installations actuelles, pressé de savoir s'il était aussi beau que dans nos souvenirs, et de réentendre à nouveau sa bande originale puissante.

Man of Medan

Un premier épisode convaincant

The Dark Pictures Anthology : Man of Medan est le nouveau jeu de Supermassive Games. Ce nom ne vous dit rien ? C'est pourtant ce studio qui nous a livré l'excellent Until Dawn en 2015 ; une petite bouffée d'air frais dans le monde des titres "cinématographiques". Avec Man of Medan, les développeurs reviennent... mais en proposant un titre multiplateforme.

Erica

C'est encore meilleur la troisième fois

Dernier né d'une gamme (PlayLink) de jeux qui vivote, Erica sort en catimini, en pleines vacances estivales. Pourtant, les raisons de lui faire confiance sont nombreuses : les gars de Flavourworks sont des obstinés, l'idée d'utiliser la manette au lieu de son téléphone portable est laissée au choix du joueur et le prix est des plus sympathiques. Alors Erica est-il une expérience oubliable ou le chant du cygne d'une initiative qui n'a jamais su parler aux joueurs ?

1 2 3 4 5