The Last Tinker

02 juil. 2014
Testé par sur
Disponible sur
4

Mon premier jeu d'aventure 3D

The Last Tinker est le jeu de plateformes pour les enfants. Travaillé aussi bien visuellement que dans son contenu, il fait un excellent premier jeu d'aventure et un très bon deuxième, troisième ou énième jeu pour les jeunes déjà adeptes de jeux vidéo. Il vaut largement son prix, à offrir à son fils ou à sa fille - ses neveux ou nièces - si vous voulez l'initier à la qualité.

L'expansion massive de jeu vidéo indépendant des dernières années a permis au monde de découvrir des petites perles de jeux de plateformes 2D. Et encore aujourd'hui, beaucoup de studios privilégient la 2D à la 3D pour entretenir la fibre nostalgique des joueurs. Mais voilà, avant d'être nostalgique, il faut avoir vécu, et ça, à Mimimi Productions, ils l'ont bien compris. Avec The Last Tinker, ils proposent un jeu 3D aux plus jeunes.

L'histoire

The Last Tinker raconte l'histoire de Koru, un jeune garçon qui ressemble à un singe et qui vit à Couleurville avec son ami Tap, un animal en laine. A Couleurville, il y a quatre districts : le rouge, le bleu, le vert et celui de toutes les couleurs. Le quartier rouge est habité par des genre de caméléons rouges qui sont assez nerveux, le quartier bleu par des ours bleus toujours tristes et le quartier vert par des lapins à carapaces vertes complètement peureux. Le dernier quartier est habité par tout le monde mais ils sont multicolores car ils arrivent à vivre en harmonie quand les autres restent cloitrés dans leur quartier respectif en interdisant l'entrée à qui que ce soit qui ne serait pas de la même couleur qu'eux. Après une échauffourée avec un membre du quartier rouge, Tap est très mal en point. Alors que Koru est inquiet pour son ami, apparait alors l'esprit Violet qui explique à Koru qu'il peut sauver son ami s'il l'aide à faire quelque chose. Mais cet esprit Violet se révèle être en fait la Grisaille qui se répand sur tout Couleurville et commence à la détruire. Commence alors le périple de Koru pour sauver son monde.

Bagarre ! Bagarre !

Le principe

The Last Tinker est un melting-pot plutôt réussi de plusieurs genres. Il puise ses références dans les jeux de plateformes 3D qui ont transcendé le genre comme Jack and Daxter ou Banjo-Kazooie. Mimimi Productions vous propose de parcourir un univers très coloré et surtout très propre. Les développeurs ont porté beaucoup d'attention à l'aspect visuel de leur jeu. S'il n'est pas magnifique, The Last Tinker ne souffre d'aucune tare graphique. Rien ne dépasse, c'est parfaitement lissé. Un régal pour les yeux. Car oui ce n'est pas parce qu'on fait un jeu pour les enfants que c'est forcément une bouillie de pixels. Aux commandes de Koru, vous alternez entre phases de plateformes, de combats, d'explorations et vous devez aussi résoudre quelques énigmes. Pas le temps de s'ennuyer. Le jeu flirte néanmoins avec le côté répétitif dont il peut parfois souffrir. Comme par exemple, le fait d'affronter toujours le même sous-boss à certains moment du jeu. Mais les développeurs ont été suffisamment intelligents pour alterner régulièrement les phases de jeu et vous proposer certains coups de génie comme l'escalade d'un moulin ou le combat contre un boss tentaculaire. Enfin la maniabilité est très efficace et donc très accessible.

L'ascension génialissime du Moulin.

Pour qui ?

Les développeurs ne se le cachent pas, The Last Tinker s'adresse aux enfants. Mais attention, le jeu n'en est pas moins complet. Ce n'est pas parce que c'est pour les enfants que c'est stupide et mauvais. Si l'histoire est plutôt simple, l'univers construit est cohérent. De plus le message d'unité, si pour les adultes, peut paraitre un peu niais ou idéaliste voire utopiste, fait du bien, surtout dans la société actuelle : extrêmement individualiste et cynique. Alors si vous voulez que vos enfants ne deviennent pas de gros égoïstes, The Last Tinker pourrait être un bon moyen de les sensibiliser. De plus, le jeu est simple, bien fait et pas trop long, ce serait bête de priver votre enfant de son premier bon jeu de plateforme.

L'univers chatoyant est très propre.

L'anecdote

La bande son de The Last Tinker est vraiment sympathique. Elle ne transcende pas le joueur mais elle l'accompagne tout au long de l'aventure de manière assez agréable. Jamais agressées, les oreilles de votre testeurs se sont laissées bercer. A tel point que lorsqu'il n'y a plus de musique, cela m'a choqué. A certains moments du jeu, il n'y a plus de musique. Pourquoi? Je ne saurais l'expliquer. Ces moments sont courts mais suffisants pour nous frapper et nous sortir peut être un peu de l'ambiance particulière de The Last Tinker.
Les Plus
  • La bande son géniale...
  • Une maniabilité simple et efficace
  • La diversité des phases de jeux
  • Certains coups de génie de level-design
  • Les dialogues entre les personnages assez drôles
  • Les graphismes d'une propreté rare et inattendue
Les Moins
  • ...mais qui parfois disparait