La voie de Way of the Samurai 4 est semée d'embûches

13 nov. 2012
Testé par sur
3
  • Éditeur NIS America
  • Développeur Acquire
  • Sortie initiale 4 octobre 2012
  • Genres Action, Aventure

Série débutée aux premières heures de la PlayStation 2, Way of the Samurai est une sorte d'OVNI qui a réussi à faire son trou. Après un troisième épisode ayant clairement raté le cap de la génération de consoles actuelles, Acquire devait sortir les grands moyens pour redresser le navire. Way of the Samurai 4 propose de changer la donne en changeant d'époque. L'audace paie-t-elle ?

Les mini-jeux sont nombreux et de toute sorte.

Le dernier samouraï

Japon fin du XIXème siècle, le commodore Perry vient de débarquer au Japon avec ces navires noirs, forçant le shogunat à ouvrir ses frontières. Cette période marque la fin de deux siècles d'isolationnisme pour le Japon et le début de la modernisation du pays. L'intrigue du jeu se déroule dans la province d'Amihama, pendant fictif de Nagasaki. Deux factions s'affrontent pour le contrôle de l'île : d'un côté, le shogunat pro-occidental tentant d'apporter un peu d'ordre dans ces temps troublés et de l'autre les conservateurs, dévoués à l'empereur, tentant de bouter les étrangers hors du Japon. C'est sur ces entre-faits que débarque le protagoniste anonyme, samouraï de son état totalement personnalisable. Comme vous l'avez sans doute compris, le jeu vous demande de choisir votre camp dans cet affrontement. Si vous le souhaitez, il est même possible de rester totalement neutre ou de trahir une affiliation précédemment choisie. Comme son titre l'implique, la série Way of the Samurai repose entièrement sur les choix effectués : qui est votre allié ? Qui est votre ennemi ? Êtes-vous pétri d'honneur ou au contraire un parfait salaud ? Il existe un nombre impressionnant de fins ainsi que beaucoup de variations possibles. C'est la grande force de la série et, avouons-le, son principal intérêt. De ce côté, la richesse de la période choisie et la grande variété des personnages, aussi bien japonais qu'occidentaux, remplient aisément le contrat.

Après quelques combos, vous pourrez déclencher une furie destructrice.

Made in Japan

L'intrigue se déroule sur cinq jours et le temps s'écoule très lentement. Comme dans Shenmue, c'est à vous de construire votre propre emploi du temps. En accomplissant des tâches diverses et variées pour les dirigeants des factions, vous pourrez faire progresser votre cause. Comme dans un GTA, les mini-jeux disponibles sont multiples : pêche, infiltration, drague même torture (oui, oui). Bien évidemment, le gros du gameplay réside dans les affrontements à l'épée. Plusieurs styles sont disponibles selon l'arme employée (sabre à lame inversée, mains nues, deux armes) et se renforcent au fur et à mesure de leur utilisation. Les combats font un peu penser à Bushido Blade en moins technique : l'objectif étant principalement de faire perdre l'équilibre à l'adversaire afin de casser sa garde. Les combats s'enchaînent et se révèlent finalement assez difficiles. Heureusement, vous pourrez de temps à autre demander grâce à votre adversaire en cas de défaite. Si le fond est fort sympathique, la forme, elle, est très mauvaise. Ça n'est un secret pour personne, la série est destinée à être vendue à bas prix et possède un faible coût de développement. Résultat des courses, la réalisation est du niveau PlayStation 2 et l'ensemble fleure bon le kitch avec des personnages absolument ridicules dotés d'animations horribles. Seule l'excellente musique permet de faire passer cette esthétique très low-cost.
Les Plus
  • Responsabiliser le joueur
  • La forte rejouabilité
  • Une bande-son aux petits oignons
  • Une tonne de mini-jeux
Les Moins
  • L'esthétique ultra kitch
  • Des graphismes low cost
Résultat

Way of the Samurai 4 fait partie de ces jeux bourrés de défauts mais disposant d'un capital sympathie immense. Sans atteindre le statut de nanar messianique attribué à Deadly Premonition, le dernier épisode proposé par Acquire mélange pêle-mêle une liberté d'action totale, une patte graphique horrible, une excellente bande originale et un moteur graphique antédiluvien. Le contexte historique, à des lieux des anciens épisodes très plan plan, ajoute le petit quelque chose qui distingue Way of the Samurai 4 de la masse des jeux petits budgets.