XCOM 2

29 févr. 2016
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur 2K Games
  • Développeur Firaxis Games
  • Sortie initiale 5 février 2016
  • Genre Stratégie temps-réel

OVNI soit qui mal y pense

Firaxis est un développeur à l'écoute de ses joueurs. Tenant compte des griefs récurrents vis à vis de XCOM : Enemy Unknown ainsi que du superbe boulot effectué sur le mod The Long War, Jake Solomon et son équipe nous offrent avec XCOM 2 une version survitaminée de l'épisode précédent. Beaucoup plus riche sur le plan tactique, il promet à sa communauté une immense durée de vie par la présence d'un kit de développement accessible à tous les amateurs de bricolage. Il reste toutefois à attendre quelques correctifs vitaux tant les bugs sont nombreux à l'heure actuelle.

Attendu au tournant par les nouveaux fans de la vénérable série, XCOM 2 aurait pu suivre le plan original et donc nous plonger contre une menace venue des profondeurs de l'océan. À la place, c'est un scénario original que propose Firaxis. En un mot ? L'humanité a été vaincue et les aliens ont gagné. Non, non, ce n'est pas la fin, juste le commencement.

L'histoire

Suite directe du reboot orchestré par Jake Solomon en 2012, XCOM 2 vous place à la tête d'une agence internationale créée pour repousser une invasion extraterrestre. Enfin ça, c'est sur le papier car les faits sont bien plus troublants. Les dits aliens n'y sont pas allés de main morte et l'humanité a été vaincue illico presto. Voilà, clap de fin, rideau final, merci d'éteindre la lumière ? Non pas tout à fait, car pendant 20 ans, une poignée de francs tireurs résistent à bord de l'Avenger, un vaisseau réquisitionné. Traqués sans relâche par l'ADVENT, le pouvoir fantoche mis en place par nos maîtres extraterrestres, ces combattants de la liberté mènent diverses actions de sabotage et tentent d'unifier la résistance à travers le monde. Sans grand succès jusqu'à présent, ils viennent de mettre la main sur une arme qui pourrait changer le cours de la guerre : vous, oui vous derrière votre écran. Enfin ici, vous êtes le commandant perdu d'XCOM mis en stase par l'ennemi et c'est votre rôle de virer les aliens de notre belle planète bleue. Hélas, après vingt ans d'occupation, il y a beaucoup de pain sur la planche et les petits gris fourbes ont décidé de passer à la vitesse supérieure pour fêter votre retour.

Les vipères et leur capacité d'alpaguer vos soldats ne sont que l'avant-force de l'ennemi.

Le principe (1)

Particularité propre à la série, XCOM 2 est un jeu de tactique à plusieurs étages. En premier lieu, vous devez gérer l'Avenger et ses ressources. Quelles recherches lancer pour développer votre équipement ? Installer un générateur supplémentaire ou un laboratoire ? Quel soldat entraîner ? Beaucoup de décisions influeront en amont sur le déroulement de votre campagne. Ensuite vient la géosphère. Depuis cet écran, vous dirigez votre QG mobile à travers le globe afin d'enquêter les différentes rumeurs pouvant aider votre cause : un crash d'UFO, une cache d'armes, un scientifique voulant vous rejoindre. C'est également là que le temps s'écoulera et que les missions pointeront le bout de leur nez. Au programme, outre les missions obligatoires, vous retrouverez les horribles "terror missions" où il faut sauver des civils ainsi que les missions du conseil offrant bon nombre de bonus à la clef.

Grosse nouveauté, les aliens mènent désormais leur propre partie : le projet avatar. Impossible à stopper, ce compteur de l'apocalypse signifiera un game over si jamais il arrive à son terme. Toutefois, pas de panique, certaines missions de sabotage seront là pour saper sa progression. Dernier point intéressant, les aliens lanceront divers projets chaque mois ayant un impact négatif direct sur votre partie : réduction de vos ressources, ennemis cachés au cours des missions, etc. Dans tous les cas, vous ne pourrez en stopper qu'un seul par mois. Décisions, décisions.

Commencer la mission caché offre bien des avantages tactiques.

Le principe (2)

La plus grande partie d'XCOM 2 se déroule à l'échelle tactique au tour par tour. Aux commandes d'une poignée d'hommes, divers objectifs sont à remplir sur une carte générée de manière aléatoire et grouillante d'aliens. Sur la forme, les environnements ainsi que les personnages sont beaucoup plus beaux et variés que dans le premier épisode. Sur le fond, votre escouade commence désormais chaque mission dissimulée aux yeux des ennemis. Ainsi au premier contact visuel avec un groupe d'ennemis, vous pourrez choisir quand et comment rentrer dans leur champ de vision représenté par des tuiles rouges au sol. Guérilla oblige, c'est une bonne manière de mettre en place des embuscades ou faire simplement de la reconnaissance. En effet, l'autre aspect unique de XCOM 2 réside dans le fait que quasiment toutes les missions possèdent un nombre de tours limités (de 6 à 12) avant que l'objectif échoue. De plus, il est souvent nécessaire de demander une évacuation via Skyranger, ce qui limite vos possibilités de retraite.

Dans le même ordre d'idées, les ennemis abattus laissent désormais des ressources derrière eux et vos unités blessées/mortes doivent être portées jusqu'à l'évacuation sous peine de perdre leur équipement. L'autre aspect de la difficulté accrue vient du nouveau bestiaire. Les forces d'EXALT et les aliens sont plus costauds et possèdent tout un panel de compétences bien vicieuses pour pourrir la vie de vos soldats. Les chétifs sectoids sont désormais deux fois plus résistants, peuvent contrôler vos personnages mentalement et révéler les morts. Cependant pas de panique, toutes les classes existantes ont été revues et corrigées afin d'être bien plus mobiles et polyvalentes. Le ranger emploie une machette pour trancher au corps à corps, le sniper tire au revolver comme Clint Eastwood, le support possède un robot pouvant soigner et pirater à distance et le grenadier possède encore plus de joujoux explosifs. Les possibilités psi ont été condensées en une cinquième classe, l'agent psi, qui débloque de nouveaux pouvoirs en passant du temps à s’entraîner. Cette classe semble extrêmement efficace, voire un peu même trop. D'un autre côté, le jeu lui ne vous fait aucun cadeau.

Les possibilités de personnalisation ont été revues à la hausse.

Pour qui ?

XCOM 2 plaira à tous les amateurs de jeux de combat tactique, pour peu qu'ils ne soient pas rebutés par la difficulté. Firaxis oblige, il est fort probable qu'une extension pointe le bout de son nez. De plus, la présence d'un SDK de 50 Go permet à tous de modifier le jeu comme ils l'entendent. Le toute laisse présager une durée de vie immense. Le gros problème pour l'instant est de l'ordre de l'optimisation : bugs à foison, crashs, tours adverses très longs.

Gérer les déplacements de l'Avenger s’avérera vital pour votre campagne.

L'anecdote

À force de voir vos soldats tirer dans un parterre de fleurs alors que l'ennemi est à un mètre de leur viseur, vous apprendrez que le pourcentage de chances de toucher n'est pas votre ami. Ainsi un 95% n'est pas un 100% et dans le doute, une grenade ou une roquette sera la meilleure façon de faire un bras d'honneur aux statistiques. En effet, contrairement à toutes les attaques, les explosifs ne dépendent pas du hasard, juste du terrain.
Les Plus
  • Une difficulté assumée mais jamais injuste
  • L'ouverture du jeu à la communauté de modders
  • L'organisation XCOM réduite à une guerre de guérilla
  • Des tonnes de petits ajustements et améliorations
Les Moins
  • Plantages, crashs et gros soucis techniques
  • Le calcul des blessures à la rue
  • Puristes de la série originale, passez votre chemin