Blades of Time mise tout sur sa jaquette

01 mai 2012
Testé par sur
Disponible sur
1

Konami avait surement toutes les bonnes intentions en reprenant la licence X-Blades, mais elles ont vite fondue comme neige au soleil. Blades of Time est un Beat’em all indigeste, avec un parti pris graphique plus qu’aberrant. Vos yeux vont réellement souffrir, inhabitués à voir tant de couleurs fluos et criardes à souhait (et surtout incohérentes et inadaptées dans de tels décors). Aucun plaisir de jeu ne ressort, la maniabilité étant des plus outrancières. A partir du moment où un personnage de jeu ne fait absolument pas ce qu’on lui demande, il y a un sérieux problème. Même à 30€ Blades of Time ne vaut pas le coup. C’est ça de tout miser sur la jaquette d’un jeu !

Suite de X-Blades, beat’em all décrié lors de sa sortie en 2009, Blades of Time compte bien remonter la pente et offrir aux joueurs le jeu qu’ils méritent. Malheureusement, c’est plus une dégringolade et, avec un peu de chance, la fin de cette série...

Blades of Times est trop souvent illisible, après quelques minutes de jeu, le joueur à les yeux qui pleurent.

Attention au décollement de rétine

Ayumi la chasseuse de trésors est donc de retour avec ce Blades of Time. Toujours aussi court vêtue, elle sillonne le monde de Dragonland pour s’enrichir. Quel mal lui a pris de choisir cette contrée ! Parce que la première chose qui frappe dans ce monde c’est ce que vous y voyez. Autant le dire de suite après le premier choc visuel, un rendez-vous chez l’ophtalmo est nécessaire. Les couleurs sont criardes, l’architecture des niveaux improbable et les effets des coups spéciaux ont de grandes chances de rendre épileptique. Bref, le choix artistique est plus que douteux. Pour tout dire, Blades of Time est graphiquement laid. Côté gameplay rien de bien folichon non plus. Beat’em all oblige, vous affrontez une horde d’ennemis à grand coup d’épée ou de mousquet. La gestion des armes à feu est catastrophique, avec une visée des plus lentes et aucun moyen d’esquiver les coups. Pour le combat à l’épée, là encore Blades of Time est bien triste. Les différentes combinaisons de coups sont illogiques et vous vous emmêlez vite les pinceaux. Au final, vous sortez rarement le combo désiré.

Même sur un couché de soleil, les développeurs réussissent à bruler nos rétines.

La non-attaque des clones

Blades of Time propose donc des combats brouillons et ce n’est pas la caméra, des plus capricieuses, qui vous facilite la tâche. Le principal atout de Blades of Time est la Chronorégression. Ayumi est capable de remonter le temps sans annuler ses actions précédentes. Ainsi, vous pouvez enchainer plusieurs ennemis, revenir dans le temps et les contourner ou vous occuper de leurs frères d’armes. Si l’idée était intéressante, au final c’est encore un beau gâchis. Tout d’abord, une fois la Chronorégression activée, votre écran devient tout rouge, un effet qui ne se marrie pas du tout avec la bouillie de pixel auquel vous aviez déjà droit. Vous allez avoir du mal à reconnaître votre personnage des ennemis et de votre (ou vos) clone(s). De plus, les ennemis comprennent assez rapidement (et inexplicablement) que vos clones ne sont que des leurres. Ils vous prennent vite pour cible et vous vous retrouvez avec tous les adversaires sur le dos. Autant donc ne pas activer cette "atout" de taille, surtout que ça peut vous éviter de perdre trois dixième à chaque œil.
Les Plus
  • La jaquette du jeu avec un super décolleté
Les Moins
  • Des graphismes horribles qui font vraiment mal aux yeux
  • Une maniabilité horrible qui fait vraiment mal aux doigts
  • La Chronorégression inutile qui cumule les deux points du dessus
  • Le scénario tient sur un post-it
  • Les doublages pathétiques