Etrian Odyssey 2 Untold : The Fafnir Knight

14 mars 2016
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur Atlus
  • Sortie initiale 12 février 2016
  • Genre Rôle

On a parcouru le chemin ! On a tenu la distance ?

Etrian Odyssey 2 Untold est un bon Dungeon RPG, comme l’étaient les autres épisodes de la franchise. La réédition du deuxième volet va ravir les passionnés de la série et le mode histoire est plaisant malgré son scénario classique et déjà vu. Les développeurs ont joué sur la corde sensible et le fan service comme souvent lors d’une sortie d’une édition "Remastered". Les ajouts et réajustements obligatoires dans ces cas-là sont présents et comme bien souvent les nouveautés se comptent sur les doigts de la main. Mais il est difficile de s’emballer totalement pour Etrian Odyssey 2 Untold tant il se repose sur ses lauriers. Après quatre épisodes canoniques, deux adaptations et un spin-off, nous espérons pour le prochain volet que les développeurs choisiront de prendre un risque et d’emprunter le chemin du changement plutôt que celui de la routine.

Moins d’un an après la sortie de Etrian Odyssey Untold, Koch Media distribue dans nos vertes contrées Etrian Odyssey 2 Untold sur la 3DS. Réédition du deuxième volet de la série qui a réussi à faire son trou sur les consoles portables de Nintendo. Atlus nous ressert donc une cuvée de son Dungeon RPG, un cru à déguster ou à boire jusqu’à la lie ?

L'histoire

Comme Etrian Odyssey Untold, Etrian Odyssey 2 Untold commence par vous proposer deux modes : "Classic" et "Story". Pour ceux qui sont déjà interloqués, oui le titre est exclusivement en anglais. Le premier vous propose une adaptation du deuxième volet de la série sortie, à l’époque, sur DS. Le second vous offre un scénario plus poussé et spécialement créé pour l’occasion. Pour le mode classique, l’histoire tient largement sur un pense-bête. Il est surtout prétexte pour amener le gameplay qui suffit bien souvent au genre (à savoir les Dungeon RPG). Vous y êtes libre de créer les personnages que vous voulez avant de partir en exploration. Pour le mode histoire, la donne est légèrement modifiée.

Les personnages composant votre équipe vous sont imposés et le scénario est plus étoffé. Hélas, maintes fois hélas, il n’atteint pas des sommets (même pas ceux d’une petite colline). Certes par rapport à l’accoutumée il y a une histoire développée mais malheureusement elle est éculée et son rythme est beaucoup trop haché. Vous incarnez [Choisissez le nom de votre personnage], un jeune homme qui va obtenir le titre de Chevalier Fafnir. Il va devoir escorter et protéger la princesse Arianna dans les ruines de Ginnungagap, afin d’y effectuer un rituel. Accompagné de votre meilleur ami Flavio, les choses ne vont pas forcément se dérouler comme prévu. Assez rapidement vous découvrez que des forces maléfiques sont en place et que le monde, ou tout du moins la ville, est menacé. Bref rien de bien nouveau à l’horizon et si la promesse d’un vrai scénario est tenue, nous restons sur notre faim, un Etrian Odyssey qui se démarque par une histoire brillante au rythme idéal n’est pas pour tout de suite.

Peu habituée à sortir, la princesse Arianna découvre le monde au cours de l’aventure.

Le principe

Afin d’accomplir votre tâche et d’amener la princesse à Ginnungagap, vous allez devoir traverser moult donjons labyrinthiques. Pour ne pas vous perdre, il vous est offert un kit de cartographie. C’est à vous, à l’aide de l’écran tactile de la console, de dessiner les lieux traversés, d’annoter les différents pièges ou de marquer une zone de repos salutaire. Si la fonction reste la même que sur les anciens titres de la série, sa simplicité et son efficacité sont toujours de mise. L’écran du haut affiche donc le donjon, vu à la première personne. Comme pour ses prédécesseurs, les développeurs ont mis en avant l’effet 3D de la console et la profondeur obtenue est maîtrisée et immersive. Vous devez donc trouver une voie pour progresser, mais aussi vous battre pour survivre. Sur ce point Etrian Odyssey 2 Untold reste sur des standards classiques, peut-être un peu trop. Car comme dans chaque épisode de la franchise, les combats se déroulent au tour par tour, chaque gain de niveau vous fait gagner un point de compétence afin de débloquer ces dernières ou les améliorer. De ce côté-là, les nouveautés se font rares. Elles se situent dans la création de nouvelles classes pour vos aventuriers et d'arbres de compétences enrichis. La principale d'entre-elles arrive en même temps que les pierres de grimoire, qui permettent d’apprendre des capacités à un de vos combattants d’une classe qui n’est pas la sienne. Un programme léger en nouveautés, d’autant plus que de nombreux jeux similaires au genre proposent les mêmes systèmes depuis bien longtemps.

Quand vous n’êtes pas dans les donjons vous êtes dans la seule ville que compte Etrian Odyssey 2 Untold. À l’instar de ses prédécesseurs elle se résume en un menu proposant diverses boutiques en plus des hauts lieux de la ville, comme le palais du Duc ou la place forte de la guilde des explorateurs. Vous pouvez, bien évidemment, vous y reposer, acheter de l’équipement, accepter des quêtes annexes etc. La fonction d’amélioration de la ville est elle aussi de retour. Plus vous avancez dans le jeu et plus vous pouvez investir pour bonifier les différents commerces qui la composent. Une étape indispensable pour obtenir des armes et armures de qualités supérieures ainsi que de nombreux bonus nécessaires pour venir à bout des donjons extrêmes et de leurs monstres redoutables. Si le système est certes solide nous restons, encore une fois, sur notre faim. Etrian Odyssey 2 Untold n’est pas l’épisode qui se démarque par une refonte du système ou d’au moins quelques-unes de ses mécaniques. Gardons espoir pour le prochain épisode.

L'interface pour cartographier les donjons est toujours impeccable et personnalisable.

Pour qui ?

Etrian Odyssey 2 Untold va bien évidemment plaire aux inconditionnels de la franchise ainsi qu’aux aficionados du genre qu’est le Dungeon RPG (ou Dungeon Crawler pour les puristes). Pour ceux qui sont intéressés et que l’anglais ne rebute pas (un niveau scolaire est soit dit en passant largement suffisant), les développeurs ont incorporé, depuis l’épisode précédent, un mode pique-nique. Un mode de difficulté réduite qui permet de s’essayer au genre plus aisément. Notons tout de même les efforts des éditeurs que sont NIS et Atlus, ainsi que le distributeur qu’est Koch Media qui proposent encore aujourd’hui au public français et européen des titres comme celui-ci. Beaucoup trop d’entre eux ont abandonné, préférant rentabiliser sur des franchises occidentales dans des genres surreprésentés. Des jeux de niche comme Etrian Odyssey 2 Untold se font rares, ne boudons pas notre plaisir et saluons l’initiative.

Le chevalier Fafnir, une toute nouvelle classe réalisée pour le jeu, vous réserve des surprises.

L'anecdote

Si le scénario vu et revu de Etrian Odyssey 2 Untold ne nous a pas emballé, la narration nous a agréablement surpris. Pensée comme celle des livres-jeux du type : Livres dont vous êtes le Héros, elle colle parfaitement au style du Dungeon RPG. En plus de cette narration, comme souvent dans les livres-jeux, Etrian Odyssey 2 Untold vous place dans une situation dont vous savez que les conséquences n’ont aucune chance de modifier le scénario mais risquent d’influer, en bien ou en mal, sur votre progression immédiate.

Je me suis plusieurs fois retrouvé dans un cul-de-sac, mais avant de rebrousser chemin une notification m'indique qu’une lueur scintille dans une cavité devant mes braves aventuriers. Et plusieurs choix s’offrent alors à moi : demander l’avis de mes compagnons, attraper ce qui s’y trouve à l’aveuglette ou faire demi-tour et reprendre ma route. En général, si vos équipiers ont les compétences suffisantes pour déterminer ce qui s’y trouve (ou au moins vous aiguiller sur l’issue à venir) ce n’est pas toujours le cas. Souvent Etrian Odyssey 2 Untold vous laisse le choix de tenter votre chance ou de repartir. Cette dernière option m’a souvent placée dans un état de frustration durable quand la raison l’a emportée sur la curiosité. Car ça peut être une simple babiole qui peut s’y trouver. Mais ça peut aussi vous mener à un combat mortel ou encore à une arme bénie des dieux. De quoi rajouter un peu de sel à l’exploration.
Les Plus
  • Un jeu proposant deux versions dont une avec un vrai scénario pensé en tant que tel
  • L’effet de profondeur immersive dans les donjons
  • Les pierres de grimoire qui permettent de sortir du carcan de la classe des personnages
  • Pouvoir incarner une bête (loup, ours, tigre ou panda) c’est quand même la classe
  • Le côté cartographe fonctionne toujours autant
  • La série parvient encore en Europe
Les Moins
  • Une histoire trop classique
  • Trop peu d’évolution ou de nouveauté
  • Même s’il n’est pas inaccessible, le jeu est entièrement en anglais