The Witcher 3

04 juil. 2015
Testé par sur
Disponible sur
4

Un sorceleur devenu roi

The Witcher 3 est sans conteste le meilleur jeu de rôle en monde ouvert jamais réalisé. Il est clairement le meilleur RPG occidental sorti à ce jour sur console. Ce qu’a réalisé CD Project Red est exceptionnel. Avoir autant de maîtrise dans la quasi-totalité des compartiments du jeu est une chose que nous ne voyons pas souvent dans le monde vidéo ludique. Certes, The Witcher 3 n’est pas exempt de défaut, la gestion de l’inventaire est encore en deçà de ce que les joueurs peuvent attendre. Mais c’est un véritable tour de force des développeurs de retranscrire à la perfection l’univers et son ambiance, les personnages et leur caractère et même la narration inhérente à l’œuvre de Andrzej Sapkowski. Rarement une adaptation n’a autant collé à l’œuvre originale tout en y apportant de la nouveauté et un peu de fraîcheur. Nous sommes tous devant un titre incontournable à bien des niveaux. Le chef-d’œuvre de CD Project Red.

Développé par CD Project Red, The Witcher 3 est attendu comme le messie par certains, avec méfiance par d’autres. Les développeurs polonais se sont investis dans un projet très ambitieux. Et à voir les choses en grand, le risque d’être submergé par la tâche à accomplir est réel. Repoussé deux fois, le jeu débarque enfin. Le studio a réclamé du temps en plus et bien leur en a pris tant le résultat est subjuguant.

L'histoire

Faire un pitch de The Witcher 3 n’est pas des plus simples. C’est toujours plus ou moins compliqué de faire un résumé condensé d’une histoire et d’un univers décrit dans huit livres et deux jeux parus, avant d’introduire l’intrigue du dernier chapitre. D’ailleurs pour ceux qui se demandent s’ils doivent, ou non, lire les différents tomes et jouer aux précédents titres, voici le lien d’un billet qui répond à la question.

Dans The Witcher 3 vous retrouvez Géralt de Riv, toujours sorceleur de son état. Après la fin de The Witcher 2, le bougre s’est lancé à la recherche de son amour de toujours, Yennefer de Vengerberg. Il traverse donc les Royaumes du Nord malgré la guerre qui fait de nouveau rage entre ces derniers et l’Empire du Nilfgaard. Durant cette quête il apprend que Ciri, jeune fille qu’il a recueillie très jeune et qu’il considère comme sa fille adoptive, est justement revenue dans les Royaumes du Nord. Il repart alors battre la campagne afin de la retrouver et de la mettre en sécurité.

Si ce pitch reste flou c’est pour vous en dévoiler le moins possible. Mais sachez que The Witcher 3 a une histoire mature et incroyablement prenante, un de ses nombreux points forts. Il faut aussi préciser que les développeurs ont appliqué la même qualité d’écriture aux trames secondaires et à la moindre quête annexe, donnant directement au jeu un statut d’incontournable sur ce point. Le respect de l’œuvre originale est toujours au rendez-vous, il est peut-être encore plus poussé qu’auparavant. L’univers, les personnages et leurs caractères, les lieux, tout semble sortir tout droit des romans. Mais surtout ils ont réussi à transposer dans un jeu vidéo la narration (sa construction et ses mécaniques) insufflée par Andrzej Sapkowski l’auteur des romans. Nous pouvions avoir peur sur ce point, car dans un open world, la narration est rarement un point positif. Ici, cette ouverture se met au service du récit. Les développeurs de CD Project Red ont frappé très fort.

Affronter des monstres terrorisant la population, voilà le vrai boulot d'un sorceleur.

L’Ambiance

Parlons un peu de l’univers de The Witcher 3 et de son ambiance. Pour faire court, vous êtes lâché dans un monde médiéval fantastique en proie à la guerre. Pendant votre voyage, vous allez aussi bien côtoyer de merveilleux endroits, bucoliques et empreint de magie, que des chemins boueux où les badauds font leur besoin quotidiennement. La maladie, la pauvreté, les conséquences de ce conflit vous attendent à chaque coin de rue, quand ce ne sont pas des bandits et autres monstres qui veulent votre mort quand vous parcourez la lande.

Nombreux sont les fans de la saga à avoir attendu une version open world des aventures de Géralt afin de parcourir ce monde incroyable sortant de l’esprit brillant de Andrzej Sapkowski. Après avoir pris leurs marques, les développeurs de CD Project Red ont enfin livré leur vision et avec une maestria qui flirte avec le génie. Rarement un jeu n’a été aussi proche de son modèle. La direction artistique est bluffante. De plus, rarement un jeu vidéo réalisé en monde ouvert n’a été aussi vivant. Les PNJ foisonnent dans cet univers, et ils vivent leur vie en faisant fi de la vôtre. Malgré la grandeur du monde proposé et les vastes étendues qui le composent, le titre ne paraît jamais vide et sans vie.

Un point sur l’ambiance sonore de The Witcher 3 qui est juste magnifique. Si les musiques sont remarquables, l’environnement sonore n’est pas en reste. Le travail réalisé est grandiose et rajoute des points au côté immersif de The Witcher 3. Pour ceux possédant un home cinéma ou un casque 5.1, nous vous conseillons vivement de vous en servir. Pouvoir déterminer d’où viennent les cris d’une créature pour se préparer au combat ; rentrer en ville et entendre au loin un groupe de saltimbanques jouer de la musique et pouvoir les repérer et s’en approcher juste avec votre ouïe est jouissif. Les voix des personnages sont, là encore, à un niveau rarement entendu dans un jeu vidéo. Le seul bémol vient pour la voix française de Géralt. Elle est réussie et colle plutôt bien au personnage mais elle ne tient pas la comparaison avec la version anglaise.

Le système des compétences à activer, et à booster avec des mutagènes, est vraiment bien pensé.

Le Principe - Préparation au combat

Le jeu vous met dans la peau d’un sorceleur. Et plus que brillamment ! C’est simple, le jeu aurait pu s’appeler Sorceleur Simulation. Un tel respect de l’œuvre originale (au risque de nous répéter) est incroyable. Mis à part pour les magies (beaucoup trop puissantes une fois certains arbres de compétentes complétés au maximum), The Witcher 3 retranscrit à la perfection ce que vous pouvez lire dans les romans. Et si presque tout ce qu’on retrouve dans le jeu existait déjà dans les deux opus précédents, ces éléments sont améliorés et poussés à leur paroxysme. Que ce soit dans la gestion de l’alchimie qui a été simplifiée, du craft qui est plus approfondi ou des combats. Ces derniers ne ressemblent plus à un jeu de rythme. Géralt gagne en agilité, les animations sont plus réalistes et les combats sont plus fluides. Le sorceleur peut désormais exécuter une esquive rapide qui ne consomme pas de vigueur. Cette dernière est réduite à une seule barre mais elle se régénère plus vite. Elle permet de courir, de faire des roulades et surtout de lancer les signes (sorts de base des sorceleurs). Plus vous portez de coup et plus vous gagnez de points d’adrénaline qui permettent d’augmenter sensiblement vos dégâts.

L’inventaire de Géralt contient toujours des huiles à enduire sur vos armes afin d’augmenter vos dégâts contre une famille de monstres précise. Les potions, décoctions ou bombes font, elles aussi, leur retour. En revanche, les pièges disparaissent alors qu’une arbalète vient finaliser l’arsenal du sorceleur. Pratique essentiellement pour clouer des ennemis volant au sol ou pour se débarrasser des nuisibles sous-marins. Restons sur l’inventaire. Le menu est plus intuitif qu’il n’a pu l’être dans les anciens opus. Malheureusement, il est encore loin d’être parfait. C’est un des défauts récurrents que les développeurs polonais n’ont su surmonter. Avec les dernières mises à jour, le jeu ne s’en tire pas si mal même si pour les potions et décoctions un onglet spécial n’aurait pas été de trop (ou au moins des raccourcis supplémentaires).

Le sorceleur peut toujours méditer, s’il possède de l’alcool cela lui permet de régénérer son stock de potions/décoctions/bombes. Dans les deux premiers niveaux de difficulté, elle sert aussi à remonter votre barre de vie. Au début de l’aventure, The Witcher 3 est assez difficile. Mais une fois intégré les différentes possibilités de combats et quelques niveaux engrangés, il se laisse assez facilement dompter. Avec un peu d’expérience et les bonnes compétences, le titre de Bandaï Namco devient rapidement assez simple. Il existe trois arbres de compétences : un pour le combat physique, la magie et l’alchimie. Quelques compétences passives sont aussi de la partie. La particularité de The Witcher 3 ne vient pas de ses arbres de compétences (somme toute classiques) mais du tableau qui sert à les activer. Si vous pouvez apprendre de nombreuses capacités, vous ne pouvez en activer que douze et seulement après avoir atteint un niveau élevé. Les emplacements pour enclencher les compétences sont regroupés par trois. Elles sont reliées à un mutagène qui améliore leur effet et augmente vos caractéristiques selon leur famille de compétences. Il existe donc des mutagènes pour le combat physique, la magie et l’alchimie. C’est à vous de composer la meilleure combinaison possible pour devenir une vraie machine à tuer.

Géralt se prend pour Batman.

Le Principe - Contrats et autres activités

Mais un bon sorceleur n’est pas qu’un bon guerrier. C’est aussi un fin limier. Géralt peut donc utiliser ses sens pour fouiller les environs et trouver rapidement les objets ou indices intéressants aux alentours. Dans les faits, The Witcher 3 calque ce que nous avons pu voir dans la série des Batman Arkham. Le temps est légèrement ralenti, le monde perd ses couleurs et seuls les objets ou indices ressortent en surbrillance. Un homme recherche sa femme disparue, il ne vous reste plus qu’à suivre les traces de pas ou suivre l’odeur de son parfum pour remonter sa trace. Très pratique, cela vous permet aussi de retrouver les objets clés permettant de finir une quête. Mais là encore, les développeurs ont su s’adapter aux divers styles de joueurs. Car en l’état, si vous avez mené à bien votre enquête préliminaire (en apprenant plus sur votre mission) vous pouvez trouver la quasi-totalité des indices sans vos sens de sorceleur. Les traces de pas sont visibles au sol, comme les traces de sang ou de griffures et les documents sont sélectionnables et récoltables à tout moment. Il n’y a que pour suivre une odeur où votre sens paraît indispensable. Et vous allez devoir en mener des investigations, les quêtes secondaires étant très nombreuses.

Des occupations ce n’est pas ce qu’il manque dans The Witcher 3. En tant que sorceleur vous avez bien évidemment les contrats pour éliminer certains monstres. Là encore, vous pouvez voir toute l’application qu’ont prise les développeurs pour coller au mieux aux romans et, là encore, le résultat est réellement jouissif à l'usage. Il vous faudra enquêter et trouver le meilleur moyen de venir à bout dudit monstre. Vous retrouvez les phases de préparation avant le combat, avec prise de potions ou décoctions pour booster votre personnage, ainsi que la mise au point de stratégies pour remédier à toutes les situations. Malgré son professionnalisme à toute épreuve, Géralt a d’autres activités toutes aussi distrayantes. La récolte pour l’alchimie ou le craft (fabrication d’armes, armures, runes ou autres pièces d’équipements), la recherche de trésors oubliés, les tournois de combats de rue ou encore le Gwynt, pour en citer quelques-uns. Le Gwynt est d’ailleurs une des activités les plus chronophages. Il s’agit d’un jeu de carte comportant des règles simples et de riches subtilités. Il vous faut constituer un deck et choisir une faction pour obtenir des capacités spécifiques. Le Gwynt demande beaucoup de stratégie, il peut aussi titiller la fibre des collectionneurs désirant obtenir toutes les cartes. Un véritable jeu dans le jeu qui montre encore une fois la profondeur de The Witcher 3 et l’investissement des développeurs sur ce projet.

Les effets météorologiques, ici la brume, sont de toute beauté.

La Technique

Depuis quelques années, le monde vidéo ludique ne jure que par les capacités techniques. Que ce soit les développeurs, éditeurs ou joueurs, tous animent des débats ou s’enflamment pour savoir si oui ou non le 1080p et le 30/60/120 fps sont les standards actuels ou des minima à atteindre. Votre humble serviteur n’est malheureusement pas bionique et ne peut pas donner de statistiques précises pour The Witcher 3.

En revanche, il peut vous affirmer que le jeu à une direction artistique incroyable et que le tout est cohérent. Alors, certes avec The Witcher 3 il n’y a pas de claque graphique. D’ailleurs, si vous stoppez votre personnage et regardez de plus près certaines textures, le titre pixelise beaucoup et c’est plutôt moche. Idem, si vous montez sur des hauteurs, tout ce que vous voyez au loin et flou ou trouble. The Witcher 3 scintille parfois et des éléments du décor apparaissent au dernier moment. Cependant, dans sa globalité, lorsque vous évoluez normalement dans cette aventure, le jeu est de toute beauté. The Witcher 3 est d’ailleurs le jeu vidéo en monde ouvert le plus beau et cohérent avec Grand Theft Auto V. Car il faut prendre en compte, les changements climatiques aléatoires, les différents environnements ou encore le cycle jour/nuit. Sortir d’un bois de nuit et entrer dans un marais dans lequel s’installe un léger brouillard, puis entendre le bruit du vent s’intensifier secouant les branches des arbres aux alentours ainsi que les herbes environnantes, pour enfin voir la pluie tomber, d’abord en crachin et monter crescendo jusqu’au déluge, voilà ce que vous propose The Witcher 3. Autant vous dire que l’immersion est totale et que le tableau est magnifique. Le tout sans ralentissements, les développeurs ayant sorti de nombreux correctifs pour pallier à ces problèmes.

Le studio polonais pense aux joueurs, il suffit de voir le système d’ATH personnalisable pour s’en apercevoir. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est l’ATH, il s’agit de l’Affichage Tête Haute, en somme toutes les informations affichées à l’écran. De base, il est très (trop) chargé. En plus de vos points de vie, de vigueur, d’adrénaline, vous trouvez la mini-carte, les jauges d’endurance et de terreur de votre cheval, des indications sur vos quêtes en cours et un récapitulatif des fonctions des touches. Quand vous ouvrez la carte du monde, tous les lieux importants ou visitables sont indiqués par un point d’interrogation. Certains joueurs sont peut-être fainéants au point de détester la recherche mais ce n’est pas le cas de tous. Et CD Project Red l’a bien compris. The Witcher 3 propose donc des options très poussées. Vous pouvez rendre votre carte vierge et il en va de même pour l’écran de jeu. À vous de choisir si vous ne voulez voir que votre barre de vie, d’afficher ou non la mini-carte etc. Cette fonction peut paraître banale mais elle est au contraire très importante. Pour les joueurs voulant découvrir ce monde, se mettre à la place du personnage, sans avoir la moindre indication pouvant lui gâcher le plaisir, ça fait la différence. Sachant que ces options sont modifiables à tout moment et rapidement dans un menu spécifique, si jamais votre configuration ne vous convient plus.

Des raccourcis, bien sentis, permettent de naviguer plus facilement dans l'inventaire.

Pour qui ?

À qui s’adresse The Witcher 3 ? À toute personne ayant le goût de l’aventure et qu’un dépaysement n’effraie pas. Avec tout ce que permettent les options, sur la difficulté ou sur l’affichage, vous pouvez vivre des aventures complètement différentes et ça, sans prendre en compte le contenu (l’histoire et les choix pouvant être fait). The Witcher 3 va clairement trouver grâce aux yeux des aficionados de jeux d’aventure ou de jeux de rôle, mais son univers, son scénario et l’immersion totale dont l’œuvre fait preuve peut clairement embarquer des joueurs peu habitués au genre. Seul le manque de connaissance sur plusieurs sujets abordés risque de laisser de côté des joueurs frustrés. C’est souvent le cas quand une personne commence une histoire, quelle qu’elle soit, par la fin.

De base, l’écran est vraiment surchargé. Et quand les trophées s’en mêlent, ça n’aide pas.

L’Anecdote

Comme dans toute adaptation, quelques changements ont eu lieu par rapport à l’œuvre originale. C’est d’autant plus vrai quand le titre qui nous intéresse est la suite de deux jeux qui ne continuaient pas l’histoire principale de ladite œuvre. Mais de nombreux joueurs ont constaté qu’une information majeure, apprise dans les romans, est étrangement passée sous silence dans The Witcher 3. Si certains trouvent qu’il y a une incohérence importante à ce niveau, en y regardant de plus près ce n’est pas forcément le cas. Car le fait que cette information ne soit pas évoquée n’implique pas son éviction pure et simple. Plusieurs explications peuvent amener à ce non-dit. Et si ça peut-être une facilité d’écriture pour les développeurs de CD Project Red, ce procédé permet aux joueurs d’interpréter ce manque comme il le souhaite et de faire le lien avec les différentes voies que peut prendre le scénario. Au final, ça ne gâche en rien l’expérience vécue et le plaisir que procure The Witcher 3.
Les Plus
  • Une vraie simulation de sorceleur
  • Le respect de l’œuvre originale
  • Un monde ouvert plein de vie et enchanteur
  • Un scénario bien pensé avec des choix aux réelles conséquences
  • Une direction artistique incroyable
  • Une ambiance sonore sublime
  • Des combats repensés et améliorés
  • Le Gwynt, un jeu simple mais incroyablement prenant
Les Moins
  • La gestion de l’inventaire qui n’est pas au top
  • La voix de Géralt en français n’est pas la plus réussie