Ménage à trois pour Trine 2

14 déc. 2011
Testé par sur
Disponible sur
4

Trine 2 est une suite réussie. Non contente de proposer une meilleure expérience de jeu, en allégeant la partie combat par exemple, elle se paie le luxe d'offrir un univers toujours aussi enchanteur. Elle renouvelle également un concept encore une fois très attractif, entre puzzle-game et plate-forme, sans jamais simplifier sa recette. Réclamé à corps et à cris, la présence d'un mode multijoueur reste l'argument de vente numéro un de Frozenbyte et la raison pour laquelle vous ne pouvez pas faire l'impasse dessus en cette fin d'année, certes chargée mais incroyablement paresseuse.

Fouiller dans les vieux pots pour faire une bonne soupe, c'est bien... Mais encore faut-il pouvoir le faire avec classe. Avec Trine, les nordiques de Frozenbyte donnèrent un second souffle à The Lost Vikings mais sans offrir de multijoueur en ligne. C'est aujourd'hui chose faite avec une suite plus ambitieuse et toujours aussi enchanteresse.

Pas le temps de baver, les boss font office de puzzles mortels.

Triple entente

Il était une fois, trois pieds nickelés qui durent s'unir pour sauver le monde : un magicien coureur de jupon, un guerrier lourdaud et une voleuse pas vraiment loquace. Grâce à un objet magique triangulaire baptisé "Trine", ils purent unirent leurs esprits pour faire face à toutes sortes de puzzles diaboliques et de monstres innommables. Pas de chance pour eux (mais heureusement pour vous), le jeu a eu suffisamment de succès pour que nos vaillants héros soient à nouveau plongés dans les embrouilles. Des années plus tard, la fine équipe se fait convoquer illico presto pour aller affronter des gobelins, tailler une bavette avec des sorcières et jouer les botanistes pour plantes hautement magiques. Oubliez le scénario de Trine 2, seules les chamailleries incessantes des protagonistes viendront pimenter votre escapade fabuleuse, ce qui n'est pas si mal quand on y réfléchit. Pour rester sur le conte de fées, la présentation est impeccable : beau, fluide et coloré, Trine 2 est une orgie esthétique permanente. Frostbyte est un studio malin : plutôt que de repomper des licences connues, il fouille dans les tréfonds de notre enfance. Trine est un réarrangement du fabuleux The Lost Vikings : trois héros s'unissent pour parcourir des niveaux en deux dimensions remplis de pièges, de monstres et d'énigmes saugrenues. Attention, pas de quiproquo ! C'est un jeu d'énigme et si vous devrez casser quelques crânes, l'intérêt du jeu n'est pas là, loin de là. Explications.

La faune locale est un chouïa envahissante.

Triple plaisir

Contrairement aux vikings casse-cou, la trine rend votre tache beaucoup plus flexible. En effet, à tout moment, vous pouvez changer de personnage mais en gardant le même corps. Résultat, plus besoin de faire traverser le pataud Olaf comme un lemming. Niveau CV, votre équipe en jette : Amadeus le sorcier peut invoquer des caisses et pratique la télékinésie, Zoya la voleuse peut s'accrocher sur les surfaces en bois à l'aide d'un grappin et tirer des flèches et enfin Pontius le chevalier peut taper, utiliser son bouclier comme miroir et détruire l'environnement. Le concept simple comme vous vous en doutez consiste à traverser les pièces en employant le personnage approprié. En collectant des potions, vous pourrez améliorer leurs capacités : créer plusieurs objets en même temps, devenir invisible, lancer votre marteau, etc. Pas indispensable pour progresser, ces talents se révèlent toutefois bien utiles pour vous simplifier la vie. Dommage que les artefacts, un moyen de personnaliser votre équipement, est complètement été laissé de côté au profit d'artworks à collecter. Ça motive beaucoup moins. Réclamé à corps et à cris, le multijoueur en ligne vous permet de jouer jusqu'à trois en simultané. Réactif et étrangement stable, ce mode démultiplie les possibilités : créer des ascenseurs, utiliser le bouclier comme une plate-forme, etc. Tout ou presque devient possible et le plaisir est décuplé. C'est tellement chouette que les heures s'enchaînent, six au total... Un peu court mais pour une douzaine d'euros et avec un tel contenu, pas question de faire la fine bouche.
Les Plus
  • Un concept toujours aussi accrocheur
  • Un multi enfin à la hauteur
  • Mignon tout plein
Les Moins
  • Un peu court
  • L'abandon des artefacts