Monster Hunter fait Tri fort sur Wii

23 juin 2010
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Capcom
  • Développeur Capcom
  • Sortie initiale 23 avril 2010
  • Genre Rôle

Avec ce Monster Hunter Tri, la franchise prend un tournant. Développé sur la Wii (la console la mieux implantée), Capcom veut démocratiser sa série dans le monde. En scénarisant son jeu, en assurant la localisation mondiale et en mettant en place un mode online gratuit, le pari ne semble pas impossible à atteindre. Monster Hunter Tri n'en reste pas moins un jeu particulier. Les fans vont être aux anges avec des ajouts bienvenus comme une réelle gestion des divers écosystèmes, la chasse en milieu aquatique ou un inventaire remanié. Il n'empêche que Monster Hunter Tri n'est pas simple à appréhender et surtout qu'il faut aimer partir à la quête de l'équipement de rêve et indubitablement à la chasse aux monstres. Si c'est le cas, Monster Hunter Tri va vous ravir avec un challenge à la hauteur et des dizaines, voir des centaines d'heures de jeu. La nouvelle référence en la matière.

Après plusieurs épisodes sur Playstation 2 et sur la Playstation Portable, la série des Monster Hunter débarque sur la console de salon de Nintendo. Enorme succès au Japon, chaque volet suscitant un engouement incroyable, la saga de Capcom a du mal à percer en occident. Monster Hunter Tri a donc une pression supplémentaire, même si Nintendo (qui distribue le jeu) a réalisé une mise en avant du produit plus que conséquente. En tout cas la chasse est ouverte, il est plus que temps de décimer du dinosaure.

La Wii se donne à fond graphiquement avec ce Monster Hunter Tri, le résultat est là.

Capcom a dit Wii pour le troisième opus de Monster Hunter

Monster Hunter Tri est un jeu exclusif à la Wii. Cette dernière s'en sort plutôt avec les honneurs puisque Monster Hunter Tri est surement l'un des plus beaux titres de son catalogue. La réalisation des différents monstres, le village, les décors : tout est très joli. Petits bémols à noter, les environnements sont parfois un peu vides (sauf quand un prédateur de 5 mètres de haut déboule pour vous manger). Un autre petit problème est le choix de la taille du texte. Sans être illisible, la taille de la police est petite et parfois gênante. Les musiques quant à elles donnent le ton et collent parfaitement à l'univers. Les développeurs ont accordé une place importante au silence. Il n'y a pas dans Monster Hunter Tri de musique à chaque instant. Vous pouvez profiter des bruits que vous offre la nature et ainsi repérer le cri de certains animaux, ou l'arrivée massive d'un mastodonte. Du côté de l'ambiance, Capcom prouve qu'il maîtrise son sujet, maintenant un petit rappel de ce qu'est Monster Hunterva aider les deux du fond qui n'ont rien suivi.

Le monde aquatique s'offre désormais à vous mais attention n'en est pas moins dangereux.

Monster Hunter mais qu’est ce que c’est ?

A la base la saga n'est qu'un simple jeu de chasse. Pas de scénario, pas d'introduction alambiquée, juste un jeu de chasse d'énormes dinosaures. Aujourd'hui, quand est-il ? Monster Hunter Tri est plus orienté pour le grand public. Pour la première fois, le jeu contient un scénario et qui tient la route qui plus est. Après avoir créé votre avatar (non pas un géant tout bleu qui fait des choses plus qu'étranges avec les cheveux), vous arrivez dans le magnifique port de pèche de Moga en tant que chasseur. A peine débarqué, un séisme se produit. Le chef du village, qui attendait impatiemment votre venue, vous apprend que ces tremblements de terre sont dûs à un terrible monstre. Votre tache est donc de chasser la dite bête pour que le village puisse à nouveau vivre sans crainte. Mais évidemment, tout le monde dans les environs a conscience que vous êtes un chasseur d'opérette et que ce temps n'est pas encore venu. Il va falloir enchaîner les missions avant d'en arriver là.

la faune réagit entre elle, ce n'est pas rare d'arriver sur un lieu ravagé par de grand carnivores.

Oui c’est bien beau mais Monster Hunter qu’est ce que c’est !

A la base un simple jeu de chasse. En fait, ce n'est pas entièrement vrai. La série a toujours été plus que ça. Si le but était, et est, toujours de chasser de la bonne grosse bête bien en chair, les jeux sont beaucoup plus riches. Dans ce Monster Hunter Tri (ou dans n'importe quel épisode précédent) comme dans un jeu de rôle vous avez votre équipement, très varié, qui permet d'effectuer votre travail. Mais ici pas de niveau, ni de progression de votre personnage. Seul votre arsenal compte et peut progresser. Vous récupérez des matières premières sur les cadavres, en collectant des ressources (pêche, cueillette, travail de la pierre…) ou en faisant du commerce (troc compris) avec les villageois. Ces matières premières vous servent ensuite à forger et améliorer votre équipement. C'est le seul moyen d'améliorer les statistiques de votre avatar. Cette partie du jeu n'est clairement pas à ignorer, le développement de votre attirail prend du temps et fait partie intégrante du gameplay. Ce mécanisme, connu de beaucoup de joueur de RPG ou MMO, peut être très addictif et attractif ou au contraire très repoussant. A savoir, si vous aimez passer des heures à collecter des ressources (quel bonheur de piocher afin d'excaver un minerai) pour obtenir l'arme ou l'armure de vos rêves.

La ville portuaire de Moga est fort bien réalisée et son charme fait son petit effet.

Coté nouveauté, Capcom a fait le Tri !

En plus d'un bestiaire plus étoffé, d'autres nouveautés sont à noter. Quelques disparitions le sont aussi. Vous ne trouvez plus de lames doubles dans la liste des armes, qui sont remplacées ici par la morpho-hache. Derrière ce nom barbare se cache une hache qui peut se transformer en épée. Coté armes à feu, le développeur nippon a fait le ménage car il n'en reste plus qu'une : le fusarbalète. Composé de trois parties distinctes avec des caractéristiques différentes et améliorables séparément. Une fois réunies, cela donne soit une arme légère (rapide mais peu efficace), lourde (très long à recharger que compensent de lourds dégâts) ou moyen (un compromis entre les deux). Parmi les ajouts, l'IA des monstres a été complètement revue à la hausse. Désormais les animaux de la faune réagissent entre eux : il n'est pas rare d'arriver sur une scène de bataille entre deux (ou plusieurs) bêtes. Mais ce que l'on retient le plus dans ce Monster Hunter Tri, c'est évidemment l'intégration du milieu aquatique. Vous pouvez désormais nager et plonger sous l'eau pour chasser. Ces phases ne sont pas forcément faciles à prendre en main, mais une fois habitué, vous devenez un vrai prédateur sous-marin.

Commencez par chasser de petites créatures avant de vous en prendre à un plus gros gibier.

Bats-toi en rythme

Il n'y a pas que les phases subaquatiques qui, manette en main, donnent du fil à retordre. Il faut quelques temps pour prendre en main le jeu à la Wiimote et au Nunchuk. Non pas que la maniabilité ait été mal pensé, mais la diversité des actions et la manière de les réaliser n'est pas forcément instinctive. Pour les moins patients, la manette classique noire de Nintendo fait l'affaire très rapidement. Au niveau des combats, là encore, il faut parfois du temps. Les non initiés risquent de pâlir devant la difficulté de Monster Hunter Tri. Aucun système de verrouillage, aucun pouvoir particulier et les monstres peuvent faire cinq fois votre taille (voire plus). Capcom reste dans l'optique de livrer un jeu avec une difficulté à l'ancienne. Dans les faits, les combats sont plutôt bien pensés. Votre armure, selon son volume, sa matière et son épaisseur gêne ou améliore vos mouvements. Les joutes sont une question de timing. Une fois que vous connaissez les enchaînements possibles avec une arme, le temps entre chaque coup porté et ceux de vos adversaires, les batailles sont beaucoup plus faciles et jouissives. Évidemment, les coups, enchainements et le timing changent avec chaque arme, il en découle donc une multitude de style de combat.

Certains décors (comme celui-ci) sont sublimes, à quand un Monster Hunter en HD ?

Le Cha-Cha à son pépère et du online gratos : c’est festival !

Monster Hunter Tri réserve bien des surprises aux fans. Si dans les dernières moutures PSP, votre avatar était accompagné de félyne, maintenant c'est Cha-Cha de la race des Shakalaka qui vous suit partout. Dans l'absolu son rôle est (à peu de chose près) le même que celui des félynes, à savoir vous apporter une petite aide lors des combats. Sorte de petit lutin, il danse lorsque vous vous battez. Loin d'être anecdotiques ses danses modifient certaines de vos statistiques ou celles de vos adversaires. Il possède plusieurs masques (que vous gérez) qui modifient ses statistiques et actions. Comme dit précédemment Capcom et Nintendo espère que ce Monster Hunter Tri va faire un carton en occident. Pour se faire, sur le continent européen le jeu online est gratuit, alors que nos amis japonais sont obligés de payer un abonnement. Ainsi vous pouvez réaliser des missions à quatre, échanger des items et matières premières ou tout simplement discuter grâce au Wii Speak. Tout cela sans utiliser les codes amis. Une fois connecté vous vous retrouvez dans la grande ville de Loc Lac, qui sert de point de départ pour tous les joueurs. Il ne vous reste plus qu'à trouver trois compagnons de route pour aller charcuter du monstre.
Les Plus
  • L'univers bien maîtrisé.
  • L'ambiance musicale et sonore.
  • Des armes amenant des styles de combats différents.
  • Le online gratuit.
  • Une durée de vie incroyable.
  • Un bestiaire épatant.
  • Une réalisation impressionnant pour la Wii.
Les Moins
  • Toujours pas de système de verrouillage des ennemis.
  • La caméra qui joue parfois des tours.
  • Pas de tri des serveurs par langues ou pays.
  • La police un peu trop petite et la traduction pas forcément au top.