Dynasty Warriors à la sauce space opéra

31 mai 2009
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur Koei
  • Développeur Omega Force
  • Sortie initiale 26 mars 2009
  • Genre Beat'em All

Dynasty Warriors : Gundam 2 n’est pas franchement une réussite. Avec une maniabilité rigide, une caméra baladeuse et la perte du coté stratégique d’avant combat, il n’est clairement pas le meilleur des Dynasty Warriors. Ce qui sauve ce Dynasty Warriors : Gundam 2, c’est l’univers de cette série mythique qu’est Gundam. Même si les joutes spatiales sont ratées et que l’interaction avec le décor est plus que minime, les fans s’y retrouvent. Le nombre de Mechas et les améliorations possibles renforcent le titre et augmentent considérablement sa durée de vie. Dynasty Warriors : Gundam 2 est un jeu à réserver aux fans de la série ou ceux de robots géants customisables des pieds à la tête.

Jamais, Ô grand jamais, personne n’eut pu croire à certaines alliances improbables. Des concepts adaptés, modifiés, remodelés pour arriver à un résultat, un mixte entre deux idées de départ. C’est dans cette lignée que se place Dynasty Warriors : Gundam 2. Les différents Dynasty Warriors sont des Beat’em all, teintés de stratégie, se déroulant dans la Chine médiévale. Koei, a décidé d’adapter ce concept à la série Gundam. Fini, les combats en arme blanche monté sur des chevaux. Maintenant vous voilà aux commandes de robots géants avec lesquels il vous faut détruire des légions d’autres robots géants à grand coup de blaster canon et d’épée laser.

Une pléthore d'adversaires vous attendent dans chaque zone pour des combats épiques.

Un Mecha anniversaire !

La série des Mobile Suit Gundam existe depuis 1979, pour ces 30 ans les fans ont donc droit à ce Dynasty Warriors : Gundam 2. Décliné en mangas, animés et autres films, Gundam met en scène des guerres intergalactiques, dans lesquelles des humains s’affrontent dans d’énormes Mechas (des robots géants). Le jeu propose des modes attractifs, avec un mode officiel narrant les grandes lignes scénaristiques de la série, un mode mission très complet, un mode multijoueurs en ligne, plus les bonus (galeries des personnages, des Mechas…). Les cinématiques sont de bonnes factures sans être extraordinaires. En revanche, les graphismes n’exploitent clairement pas tout le potentiel de la console de Sony. Les Mechas sont fidèles à la série mais les décors restent désespérément vides, et aucune interactivité avec ces derniers n’est prévue. Aucun moyen de sauter sur un immeuble si ce n’a pas été envisagé (un mur invisible vous arrête dans ce cas), et les missions dans l’espace sont plus qu’étranges puisque votre robot reste plaqué sur un sol invisible. Vous pouvez sauter ou utiliser vos réacteurs mais le Mecha revient toujours sur ce plancher intergalactique. De plus, la caméra fait un peu ce qu’elle veut et il faut la replacer toutes les deux secondes pour voir ne serait-ce que l’ennemi en face de vous.

Les Mobile Armor sont gigantesque par rapport à votre Mecha qui est déjà énorme à l'échelle humaine.

Les développeurs ont de la Mobile Suit dans les idées

Pour les combats, mis à part l’univers, Koei sert à peu de chose près la même sauce que dans tous les autres Dynasty Warriors, le côté stratégique en moins. Fait étrange car le briefing stratégique de pré-mission avait du bon. Dans ce Dynasty Warriors : Gundam 2 tout est scripté et il suffit juste de bourriner. Et c’est ce que le joueur doit faire pour s’en sortir, en massacrant les touches de la manette pour effectuer des attaques et autres combos. Outre les attaques de bases, votre Mobile Suit (nom des Mechas) peut charger son coup au corps à corps, tirer de loin, utiliser ses réacteurs afin de se ruer sur l’ennemi ou encore sortir une attaque dévastatrice pour éliminer la horde d’ennemis qui se dresse devant vous. Car des adversaires vous allez en avoir à la pelle : plusieurs dizaines se dressent souvent devant vous, sans aucun ralentissement notable. Les objectifs de mission sont souvent les mêmes : détruire un ennemi précis, reprendre des zones stratégiques (où il faut détruire un certain nombre de robots dans chaque zone pour qu’elle soit considérée comme acquise), ou protéger un vaisseau. Rien de bien folichon, mais les Beat’em all ne sont pas connus pour leur diversité.

Vous pouvez modifier chaque partie de votre Mobile Suit dans ce menu.

Les Mobile Armor : des Boss forts

Dynasty Warriors : Gundam 2 a quand même des atouts cachés dans sa manche. Ainsi dans le mode officiel, vous choisissez votre pilote et ce dernier gagne des niveaux au fil des combats comme dans n’importe quel jeu de rôle. Ces statistiques, (défense, attaque, maniabilité) augmentent au fil de l’aventure et les combats deviennent plus intenses et agréables. De même, il est possible de modifier et d’upgrader vos Mechas. Il existe 62 Mobiles Suits, et un nombre impressionnant de pièces pour les améliorer. Les fans et autres collectionneurs vont avoir de quoi se faire plaisir. Autre bon point, lors de combats contre les boss, Dynasty Warriors : Gundam 2 met en scène des Quick Time Events : des scènes automatiques dans lesquelles il faut appuyer sur la touche affichée au bon moment. Parmi ces boss, les inconditionnels de Gundam vont être ravis de découvrir les Mobile Armor, qui sont d’énormes Mobile Suits de plusieurs dizaines de mètres de haut. Dans l’ensemble, l’univers de la série Gundam est respecté, et d’aucun ne risque d’être offusqué.
Les Plus
  • L’univers de Gundam.
  • La campagne officielle bien retranscrite.
  • Le nombre de Mechas et les modifications possibles.
Les Moins
  • La caméra qui fait des siennes.
  • La maniabilité un peu pataude.
  • Le manque flagrant d’interactivité avec les décors.
  • Où est passé la dimension stratégique ?