Chocobo’s Dungeon sur Wii : une arrivée en fanfare pour la mascotte de Square

18 janv. 2009
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Square Enix
  • Sortie initiale 7 novembre 2008
  • Genre Rôle

Final Fantasy Fables : Chocobo's Dungeon avait tout sur le papier pour n’attirer que les fans de la mascotte de Square-Enix. Pourtant, c’est un très bon donjon/RPG que nous livrent les développeurs de la firme nippone. Simple d’accès lors des premières heures de jeu, Chocobo’s Dungeon devient très vite addictif pour tout fan du genre. Partir à la recherche de tous les métiers, obtenir le meilleur équipement possible, terminer les donjons optionnels augmentent d’autant la durée de vie du jeu. Avec des graphismes attrayant, une prise en main immédiate et une bande son épatante, Square-Enix prouve encore son savoir faire avec ce nouvel épisode des aventures de Chocobo. Un très bon donjon/RPG qui fait du bien en ces temps de disette sur la Wii.

Alors que les autres consoles nouvelle génération ont droit à plusieurs jeux estampillés Square-Enix, la Wii était pour l’instant un peu délaissée par l’éditeur japonais. Vu le planning des prochaines sorties, ce manque va bientôt être comblé. Et c’est Final Fantasy Fables : Chocobo's Dungeon qui ouvre la marche. Les donjons/RPG à l’ancienne fleurissent donc en masse ces derniers temps sur les consoles de Nintendo. Après le succès de la série des Pokémon Donjon Mystère sur DS, Square-Enix en profite pour réadapter une de ses anciennes franchises plus que populaires au Japon. Ce Chocobo's Dungeon ne révolutionne pas le genre mais il parvient à lui filer un bon coup de jeune.

Dés que le clocher de la ville sonne, chaque habitant oublie un souvenir.

Un gameplay qui a fait ses preuves

Bien qu’elle n'ait jamais franchi nos frontières, la série des Chocobo’s Dungeon existe depuis 1997. Développée sur la PlayStation première du nom, cette franchise a connu deux épisodes sur la console de Sony. La revoilà pour un nouveau volet sur la Wii, sachant qu’un épisode DS est sorti fin octobre au Pays du Soleil Levant. Square-Enix connait donc son sujet et le studio n’en est pas à son premier coup d’essai. Final Fantasy Fables : Chocobo's Dungeon est un pur donjon/RPG à l’ancienne. Son système est équivalant aux Pokémon Donjon Mystère. Chocobo's Dungeon ressemble à n’importe quel action/RPG sauf qu’il se joue au tour par tour. Les donjons sont constitués de cases, et chaque action utilise un tour (se déplacer, attaquer, utiliser une technique ou un objet). Après avoir réalisé une action, chaque ennemi dans le niveau en fait de même. Il est donc possible de réfléchir et de prendre son temps lors de son tour. Et plus vous avancez dans le jeu, plus il est conseillé de prendre son temps pour analyser la situation.

Au dernier étage de chaque donjon vous attend un boss largement plus imposant que Chocobo.

Le premier arrivé en haut à gagné

Chocobo's Dungeon peut paraitre facile lors des premières heures de jeu. Ce qui est louable car ça le rend plus accessible pour les novices qui veulent s’initier au genre. Pourtant au fil de l’aventure, les donjons sont de plus en plus retords et analyser la situation dans laquelle vous vous trouvez devient indispensable pour votre survie. Chaque zone est truffée de pièges (dont certains sont invisibles) et d’ennemis. Votre but est de trouver les escaliers menant à l’étage suivant jusqu’à affronter le boss au dernier palier. Sachant que le personnage ne peut porter qu’un certain nombre d’objets (nombre qui augmente au fil de l’aventure) et qu’il doit se nourrir de temps à autre pour ne pas perdre de points de vie. Dans la pratique, un pourcentage indique son besoin en nutriments. Une fois arrivée à zéro, la barre de vie diminue à moins que vous ne mangiez un peu. Les donjons peuvent être refaits une fois terminés, mais comme ils sont générés aléatoirement, vous êtes sûr de ne jamais parcourir le même. Il est aussi possible de les quitter, à des endroits précis, tout en gardant l’expérience et les objets obtenus.

Voici Chocobo, en tenue de chevalier, arpentant un donjon.

Un chocobo qui ne connait pas la crise de l’emploi

Une des nouveautés, par rapport aux anciens épisodes et même aux autres jeux du genre, sont les métiers que le chocobo peut endosser. En entrant dans un donjon, il est possible de choisir un métier pour le personnage. Il existe une dizaine de métiers à débloquer et chacun d’eux a son propre niveau d’expérience. A chaque niveau, pour un métier, se débloquent des techniques spécifiques. Il est impossible d’en changer comme bon vous semble, seules certaines zones vous le permettent. Dès qu’un métier est sélectionné, vous ne pouvez utiliser une autre technique d’un job différent. En revanche vous trouvez des grimoires qui permettent de jeter une magie quel que soit le métier. Certains boss que vous affrontez deviennent des invocations sous la forme de magilithes. Une fois utilisé, il faut retourner dans le donjon adéquat pour battre de nouveau l’invocation afin de recevoir une nouvelle magilithe. Dans Chocobo's Dungeon, il faut toujours faire attention à votre stock d’objets, car si le chocobo meurt, vous perdez tout objet non équipé. Pour prévenir une perte éventuelle, passer à la réserve est obligatoire. Deux énormes chocobos gardent pour vous vos objets en trop et votre argent.

Bien souvent, vous vous trouvez à la croisée des chemins ne sachant quelles directions prendre.

C’est en forgeant qu’on devient un bon aventurier

Heureusement, le chocobo que vous incarnez ne se lance pas dans de lugubres donjons sans s’équiper. Ainsi, une selle fait office d’armure, des serres d’armes et un collier d’accessoire. Evidemment, vous trouvez différents équipements au cours de vos pérégrinations. Autre nouveauté de ce Chocobo's Dungeon par rapport à la série : la forge. En échange de quelques Gils (la monnaie locale), la forgeronne du coin améliore vos armes et armures. Chaque type d’arme et d’armure peut être amélioré un certains nombre de fois. En plus de cela, vous pouvez fusionner deux armes (ou armures) entre elles pour obtenir une pièce unique. Prenons un exemple : des serres de fer peuvent être améliorées 16 fois mais elles rouillent. Les serres dorées ne sont améliorables que 5 fois mais ne rouillent pas. En les fusionnant, vous pouvez obtenir des serres de fer dorées améliorables 13 fois et qui ne rouillent pas. Il existe plusieurs combinaisons possibles pour chaque pièce d’équipement. En plus de ça, les équipements possèdent des sceaux. Chaque sceau donne un bonus ou malus : attaque de feu, protection contre la glace, perte constante de points de vie, poison permanent sur soi, etc. La forge vous permet de retirer un sceau ou d’en transférer un avec la fusion. Grâce à ce système, vous pouvez obtenir l’équipement de vos rêves.

Les ennemis rencontrés sont pour la plupart de grands habitués de la série des Final Fantasy.

Un scénario qui tient debout

Final Fantasy Fables : Chocobo's Dungeon, bien qu’étant un donjon/RPG, est doté d’un scénario intéressant avec quelques rebondissements bien pensés, ce qui est une chose rare pour le genre. Chocobo's Dungeon n’a pas à rougir, face à d’autres RPG sortis récemment, du point de vue du développement de l’histoire. Cid et son assistant Chocobo sont des chasseurs de trésors. Alors qu’ils visitent la tour des sables, les deux héros sont téléportés. Ils se retrouvent sur le continent perdu de Mémoria censé avoir disparu 50 ans plus tôt. La ville dans laquelle ils arrivent se nomme Temperdu, petite bourgade fort sympathique munie d’un très beau clocher. Cependant, à chaque fois que ce dernier sonne, les habitants perdent un de leurs souvenirs. Peu de temps après l’arrivée de nos deux compères, un œuf tombe du ciel tel une météorite. A l’intérieur se trouve un bébé, connaissant les noms de chaque protagoniste en ville et capable d’entrer dans la mémoire des gens pour leur faire retrouver la mémoire. Avec l’aide de Chocobo, ce jeune garçon va petit à petit rendre la mémoire aux habitants et faire ressurgir les plus grands secrets de la ville. Même si parfois le scénario peut paraître bateau, il s’en sort avec les honneurs, une bonne surprise que les futurs jeux du genre doivent prendre en exemple.

Voici le petit lopin de terre mis à votre disposition pour cultiver des fleurs.

Il n’y a pas que les donjons dans la vie

Donjon/RPG oblige, même avec ses différentes subtilités Chocobo's Dungeon reste dans le fond assez répétitif. Afin de remédier à cela, les développeurs ont ajouté divers lieux de divertissement. Chocobo peut donc pêcher, afin de revendre les poissons et se faire un peu d’argent. Il peut aussi cultiver les fleurs, rien de bien folichon en apparence. Mais les fleurs ont un réel impact dans le jeu. Ces dernières ont des effets différents et peuvent être utilisées qu’une seule fois. Vous pouvez bien sûr cultiver plusieurs fois la même fleur. Les effets sont toujours positifs : certains favorisent l’obtention de l’expérience pour les métiers, d’autres favorisent les attributs physiques et défensifs pendant plusieurs tours, etc. Près du village se trouve un Mog qui attend que vous lui déclamiez des tirades romantiques. Une fois que vous avez trouvé une de ces tirades, il vous offre des cartes Pop-Up Duel. Dans le village un autre Mog vous propose de jouer à deux mini-jeux. Sans être extraordinaires ils ont le mérite d’être là et de sortir du train-train des donjons. Eux aussi vous font gagner des cartes Pop-Up Duel. Ces cartes vous permettent de jouer, contre l’ordinateur ou contre un ami en ligne, à un jeu du type Magic l’Assemblée. Les possesseurs de Final Fantasy Fables : Chocobo Tales ne sont pas dépaysés puisqu’il s’agit du même jeu de carte proposé dans cet autre production Square-Enix.

Après une dure journée passée dans un donjon, qu'il est bon de pouvoir se détendre dans une salle d'arcade.

Une réalisation maîtrisée

Graphiquement Chocobo's Dungeon se veut enfantin, pourtant il ne tombe pas dans la facilité en offrant des graphismes de qualité. Avec un univers coloré mais sans démesure Final Fantasy Fables : Chocobo's Dungeon fait ressortir la magie de certains Final Fantasy. Coté maniabilité, les développeurs ont pensé à tout le monde. Trois styles sont proposés : soit la Wiimote à la verticale, à l’horizontale ou avec la manette classique Wii. Il est nettement plus simple de prendre en main ce Chocobo's Dungeon avec la Wiimote à l’horizontale ou avec la manette classique Wii mais dans l’ensemble la prise en main est immédiate. Musicalement parlant, le jeu fait très fort. En plus des musiques originales ou des réarrangements des anciens morceaux des Chocobo’s Dungeon, Square-Enix a incorporé tout les grands titres de la saga Final Fantasy. Le jeu est donc muni d’une bande son hétéroclite et assez fabuleuse, les fans de la saga de Square retrouvant avec plaisir des pistes entrées dans la légende vidéoludique. Square-Enix oblige, le jeu recense plusieurs cinématiques qui flattent les rétines. Les scènes réalisées avec le moteur du jeu sont, quant à elles, un peu mollassonnes par moment mais cela n’empêche en rien le plaisir de jeu et le bon déroulement de l’histoire.
Les Plus
  • Un système de jeu addictif
  • La forge et ses possibilités
  • La durée de vie conséquente
  • La présence d’un scénario qui tient la route
  • Les plus grands morceaux de la saga des Final Fantasy
Les Moins
  • Le jeu garde la répétitivité inhérente au genre
  • Des mini-jeux présents mais peu nombreux
  • L’impossibilité d’avoir les voix en japonais