Blitz : The League n'est pas pour les lopettes

18 mai 2007
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Midway
  • Développeur Midway
  • Sortie initiale 16 avril 2007
  • Genre Sport

Blitz : The League est un bon jeu de football américain qui aurait mérité une meilleure finition avant d'être lâché dans la nature. Disposant d'une identité propre, il réjouira les amateurs en manque de [gamesheet=417]Speedball/gamesheet] ou de Chaos League. De plus, les joueurs désirant s'initier au genre y trouveront leur bonheur. Quelques détails gênants l'empêche de pouvoir prétendre au trône détenu par la série des Madden notamment l'absence totale de traduction mise à part le manuel. Ce gros point noir d'accessibilité handicape réellement le désir de Midway de vouloir introduire sa vision du football américain dans notre bel hexagone. Et c'est bien dommage, car Blitz : The League a tout le potentiel d'une série qui pourrait faire mouche si elle était bien exploitée.

Marre des jeux trop propres sur eux ? Envie de violence et de sang sur un joli terrain de sport ? Midway lui choisit de surfer sur la vague "street" et "underground" des grands sports américains. Cette fois, vous allez pouvoir vous défouler sur les verts pâturages du football américain. Mélangeant l'arcade pure à un nouveau gameplay, Blitz : The League a bien l'intention d'en faire voir de toutes les couleurs aux adeptes de la série des Madden.

Pas d'argent, pas de licence NHL !

Le football américain, ce grand inconnu

Genre assez anecdotique en France, le football américain n'est véhiculé dans notre beau pays que comme une sorte de résidu barbare du rugby, sa diffusion étant limitée à des heures incongrues et aux chaînes payantes. Le petit monde du jeu vidéo étant assez préoccupé des goûts de ses adeptes, le football américain ne s'adresse généralement qu'aux fans et se rencontre par le biais de l'import, à l'exception de la très policée licence EA Sports Madden. Midway tente donc une nouvelle approche pour un public férue de nouveaux concepts en sortant Blitz : The League. L'idée véhiculée par le jeu est simple : offrir une ambiance et des sensations proches du film "L'enfer du dimanche", une pression permanente sous forme de luttes de pouvoir entre les clubs, mélangeant dopage, compétition vacharde et testostérone explosive. Bien sur, le tout saupoudré, de l'habillage "cool" nécessaire pour donner une attitude rebelle au produit avec son gros rap américain qui tache et son lot d'insultes à quatre lettres. Et finalement, pour pallier à l'absence de la licence NHL, s'adjoint les services de joueurs connus pour les dialogues et le tutoriel. Ainsi, vous retrouvez des anciennes têtes d'affiche comme Lawrence Taylor, grand joueur des années 80 chez les New York Giants ou encore Bill "Romo" Romanowski, vainqueur de plusieurs superbowls à la vie mouvementée. Pour initier au jeu des quaterbacks, un tutoriel assez bien réalisé est disponible avec, qui plus est, un entraîneur qui se fait une joie de vous insulter à chaque échec. Le logo "déconseillé au moins de 16 ans" n'est assurément pas superflu.

Comme souvent, la personnalisation est au rendez-vous.

Jouez la tactique les gars !

Pour les personnes ne disposant pas de nombreux amis à disposition ou de connexion internet, Blitz : The League propose bien évidemment un mode partie rapide, un entraînement mais surtout un mode Campagne rondement mené. En tant que manager d'une équipe à bout de souffle, vous avez carte blanche pour relancer votre équipe de champions. Avant toute chose, vous avez l'obligation de créer votre propre équipe de pieds nickelés. Au delà du simple choix des couleurs des maillots, vous avez le loisir de choisir certains joueurs clés de votre équipe (quaterback, passeur, etc.) afin de personnaliser votre style de jeu : agressif, équilibré ou plutôt défensif. De même, à vous de choisir un entraîneur plutôt vieille école ou support psychologique ainsi qu'un médecin à taux d'intégrité variable. Blitz : The League surprend et impressionne par la relative profondeur qu'il donne à la gestion de l'équipe. Sans être aussi abouti qu'un Cycling Manager ou même d'un Chaos League, vous avez vraiment l'impression d'influer sur le destin de votre équipe et découvrez vite que l'habileté sur le terrain ne fait pas tout. La gestion s'effectue majoritairement grâce à la gestion du temps disponible entre chaque match et de l'argent récolté sur les rencontres et les paris. Le jeu ayant tout de même le sens des priorités, vous avez également le loisir de choisir les costumes des pom pom girls, certains pouvant être débloqués pendant la campagne. Cette dernière alternant matchs contre les 15 autres équipes et cinématiques mettant en scène la vie dans les vestiaires et dans les coulisses du spectacle. Le scénario frappe souvent en dessous de la ceinture mais demeure plutôt agréable dans un genre où son existence est quasi-nulle.

Cinq secondes pour choisir sa tactique, c'est court !

Multiplication des pains

Blitz : The League tente de se démarquer de ses aînés en annonçant la couleur : rouge sang. En effet, sur le terrain pas question de faire dans la finesse. Tout d'abord, les différentes actions spéciales (engagements, tirs, etc.) se jouent par un enchaînement de touches spécifiques, voir des flèches à l'écran, comme dans un jeu musical. Ensuite, le nerf du jeu se voit attribuer un élément de gameplay tout droit sorti de Max Payne. En effet, plus vous réussirez des actions, plus vous augmenterez votre barre d'adrénaline. Cette dernière vous permet de passer en mode ralenti par une simple pression prolongée de la gâchette gauche. A cet instant, les joueurs de l'équipe adverse se voient ralenti, voir même mieux, vous pouvez enchaîner des combos contre eux. Cela peut être dans un jeu offensif, comme esquiver les adversaires, faire des feintes, ou en défense pour blesser vos adversaires (attention aux coups non-réglementaires) et même les immobiliser. Un craquement d'os et vous êtes bon pour le toubib. C'est là que Blitz : The League se détourne du politiquement correct en vous permettant de remettre sur pied directement le joueur avec des substances peu légales mais qui le rendront plus sensibles aux prochains accrochages. A l'inverse, vous pouvez choisir de perdre plus de temps pour le soigner. Le jeu propose tout de même un peu de tactique, laissant la possibilité à chaque engagement de revoir la stratégie en cours, parmi une vingtaine de formations différentes, chacune appartenant à un style variable (attaque, agression, défense, barrage, etc.).

Les joueurs n'hésiteront pas à faire leur show.

Blitz 1.5 : Brutal Deluxe

Blitz : The League tient toutes ses promesses et semble tenir le pari d'initier de manière simple et efficace les nouveaux adhérants à ce sport, hélas deux problèmes de taille sont rencontrés lors du jeu. En premier lieu, le plus visible, les graphismes. En effet, les adaptations sur console nouvelle génération sont tenues d'avoir un lifting minimal règlementaire. Or pour Blitz, ce n'est pas du tout le cas : cinématiques ingame floues et moches, textures dignes de la PS2, bref ce n'est pas la panacée. C'est d'autant plus ennuyeux que le jeu possède de réels atouts pour se faire une place dans le milieu. Ainsi, l'ambiance est là : les joueurs passent leur temps à s'insulter, l'abus de coups non-règlementaires peut entraîner des bagarres entre les joueurs et les hurlements retentissent dans tout le stade. L'autre problème consiste dans le caractère aléatoire de l'intelligence artificielle. C'est bien simple, le jeu bascule du mode difficile à celui de débutant un match sur deux. Déjà ennuyeux pour les parties simples, la tâche tourne au parcours du combattant pour la campagne. Autre petit désagrément, un super mouvement peut être enclenché lorsque la barre d'adrénaline est à son maximum, vous permettant d'esquiver avec panache les attaques des adversaires ou de leur fracasser une jambe. Le seul petit problème, à l'instar de Mario Tennis, c'est que le mouvement lance une mini cut-scene qui coupe l'action et vous fait perdre de précieuses secondes au retour à l'action. Rageant, le bonus devient une tare que vous éviterez d'employer.
Les Plus
  • De l'adrénaline, du sang et des larmes
  • Une campagne solo très sympatique
  • Des apports frais et novateurs
  • Idéal pour jouer entre amis
Les Moins
  • Difficile d'accès
  • Une IA décevante
  • Des graphisme indignes d'une Xbox 360