Ridge Racer 6, à fond la forme

22 mars 2006
Testé par sur
Disponible sur
3

Pour peu que vous vous laissiez griser par la vitesse d'animation impeccable et par la rapidité des courses avancées, Ridge Racer 6 va largement vous satisfaire. Ce titre a beau être un peu bas du front, il renoue avec l'essence même des jeux : le plaisir à l'état brut, le bonheur d'une maniabilité simple, caricaturale même, qui procure des sensations immédiates. Bon, les décors rudimentaires et la modélisation des voitures font un peu tache mais une fois l'accélérateur écrabouillé, cette lacune se fait clairement oublier. Même le mode multijoueur s'avère particulièrement bien conçu, avec des adversaires humains redoutables. De quoi satisfaire à la perfection les amoureux de jeux arcade un peu benêts mais tellement efficaces, qui préfèrent cent fois un jeu fun à un titre prétentieux, vaguement intello et ennuyeux à mourir.

Les savonnettes qui glissent, c'est drôle dans les baignoires comme sur le bitume de Ridge Racer 6. Dans ce jeu de course qui rend hommage aux meilleures bornes d'arcade, oubliez vos cours de conduite accompagnée et tout ce que vous avez pu apprendre avec les simulations les plus pointues. Ridge Racer 6, c'est un jeu qui va vite, très vite, et qui glisse beaucoup, vraiment beaucoup. Deux caractéristiques qui rendent ce titre hyper convivial, à défaut d'offrir de véritables sensations de conduite.

Plus votre vitesse de pointe est élevée, plus le turbo est efficace.

Dérapages contrôlés

Si vous avez toujours rêvé d'incarner une bille, une balle de mini-golf ou un bobsleigh, Ridge Racer 6 va vous l'apprendre en deux temps trois mouvements. Cinq minutes, c'est ce qu'il faut pour comprendre comment ça marche, le temps de trouver l'accélérateur, de le presser comme un sagouin et de le relâcher juste avant un virage, histoire de placer la voiture en travers et de la faire déraper à toute berzingue. Comptez à la rigueur cinq minutes supplémentaires pour découvrir comment utiliser le turbo, qui se recharge à chaque dérapage, et voilà, vous aurez tout compris au jeu. Retenez juste qu'il n'est presque jamais nécessaire de freiner et que le turbo s'utilise à pleine vitesse pour devenir vraiment efficace, avec deux ou trois de ses jauges remplies si possible.

Malgré quelques changements, tous les circuits se ressemblent.

Malin comme un singe

A partir de là, vous êtes fin prêt pour avaler la centaine de courses offertes par le mode Carrière. Ne rêvez pas, les environnements comme les circuits sont peu nombreux. Il s'agit en fait de multiples déclinaisons, avec quelques rares embranchements, de jour ou de nuit, à l'endroit et à l'envers, voire en mode "Miroir". Après quelques heures seulement, vous allez reconnaître des portions similaires. Parfois, vous allez même effectuer une course identique, sur le même circuit, avec la même voiture, face aux mêmes concurrents ! L'astuce, c'est que le mode Carrière se déroule sur une mosaïque bien conçue qui vous laisse le choix entre de multiples itinéraires. A vous d'ajouter des courses pour aller jusqu'au bout de ce patchwork d'épreuves, sans les faire toutes obligatoirement ; compléter des portions donne juste accès à de nouveaux véhicules, bien utiles quand la difficulté s'envole.

Avec les catégories de voitures les plus rapides, le jeu devient très technique.

Pied au plancher

Si les premières courses donnent presque envie de bâiller tant les bousins se traînent misérablement, les suivantes donnent rapidement de grosses sueurs froides. Plus les voitures gagnent en puissance et plus les courses deviennent intenses et techniques. L'obligation de finir premier à chaque course, et le fait de partir systématiquement dernier, rendent chaque dernier tour bien stressant. Et franchement, avec les catégories de voitures les plus rapides, Ridge Racer 6 devient très technique. Pour un peu, on en oublierait presque que les voitures pivotent sur un axe central et donnent l'impression de glisser sur un rail invisible, dès qu'un dérapage est amorcé. C'est simpliste, c'est ballot, mais ça marche super bien si l'on est pas trop exigeant sur les modèles physiques, particulièrement fantaisistes.
Les Plus
  • C'est rapide
  • Ca glisse bien
  • C'est vraiment fun
Les Moins
  • Modèles physiques caricaturaux
  • Pas assez de circuits et d'environnements vraiment différents