LastFight

02 nov. 2016
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Développeur Piranaking
  • Sortie initiale 19 mai 2016
  • Genre Combat

Espérons que ça ne soit pas le dernier

LastFight est indéniablement un jeu de combat réussi. Même s'ils ont globalement emprunté la porte grande ouverte du créneau du jeu combat multi, les développeurs du titre n'ont pas blâclé le travail. Le jeu est bien équilibré, très drôle et assure de bonnes heures de fun à plusieurs. Replonger dans l'ambiance loufoque des années 90 tout en jouant à un jeu qui s'inspire de Power Stone et qui le fait bien, ça fait très plaisir !

Développé par le studio français Piranaking, LastFight se lance sur le créneau peu encombré du jeu de combat de jusqu'à quatre sur PS4 et Xbox One. Entre nostalgie, références franco-françaises et combats équilibrés, LastFight semble avoir trouvé la bonne recette pour convaincre les joueurs.

L'histoire

LastFight vous plonge au cœur d'un complot gigantesque. Une sombre organisation a kidnappé la copine de Richard. Il s'en va donc la sauver avec son pote boxeur Duke au travers différents combats face à des adversaires bien loufoques. L'histoire de LastFight est clichée, c'est d'ailleurs ce qui fait le charme de tout son univers très rétro. Vous avez vraiment l'impression de vous plonger dans un jeu des années 90 avec ces dessins fixes qui font progresser l'histoire, ce qui est complètement en accord avec le ton du titre et son ambiance. Ce choix est d'ailleurs pertinent puisqu'il vous rappelle le ton du jeu. Chaque personnage dispose d'une réplique bien ridicule. Tout est doublé en français puisque les développeurs le sont, ce qui donne lieu à quelques références pas piquées des hannetons.

Avant d'aller chercher sa copine kidnappée, rien de tel qu'un bon sauna.

Le principe

LastFight met à votre disposition neuf combattants (plus un à débloquer) et huit arènes. Vous pouvez vous affronter jusqu'à quatre dans un niveau en équipe ou chacun pour soi. Chaque combattant a ses propres coups à disposition. Richard et Duke, les deux personnages principaux disposent d'un gameplay sensiblement similaire mais qui est plus subtil qu'il n'y parait. Vous devez alterner entre les coups standards et les coups spéciaux. Avec Richard, vous avez l'impression que c'est assez simple de venir à bout de vos adversaires, mais le timing est tout de même très important pour infliger un combo efficace à son ennemi et surtout pour éviter de ramasser un combo en plein dans les dents. Face à un personnage comme CrackJack, il est impératif de bien étudier le timing sinon la grosse brute qu'il est va vous éclater en deux temps trois mouvements.

Comme tout jeu de combat qui se respecte, LastFight vous demande de maitriser ce timing pour être efficace. Attraper vos ennemis pour les lancer est aussi crucial. Ce court moment où ils seront hors d'état de vous nuire, vous permet de récolter les différents objets sur le ring. Des objets apparaissent régulièrement au cours du combat, certains sont des éléments du décor à lancer sur votre adversaire, d'autres sont des armes à utiliser, c'est selon le niveau. Il y a même des potions qui ont des effets sur vous, pas toujours très positifs. De plus, il est intéressant de récolter des items pour vous transformer en monstre. Il existe quatre transformations différentes. Attention toutefois, il vous faut récolter trois fois le même item, et le moindre coup vous fait perdre un objet que vous possédez. Les développeurs ont fait en sorte que les différentes transformations ne changent pas radicalement le cours du combat. Il est assez simple d'éviter les attaques et celles-ci ne sont pas trop destructrices non plus. Le jeu est donc plutôt équilibré.

Les boules, ça fait des ravages.

Le multi

LastFight permet aux joueurs de s'affronter jusqu'à quatre ce qui est plutôt sympa. Impossible de ne pas penser à la série des Power Stone tant par son angle de caméra que par son gameplay. Le titre dispose d'une bonne dose de fun à plusieurs tout comme son père spirituel à l'époque. Plusieurs modes sont à votre disposition : le classique Versus, les combats classés en ligne, le mode infini et le mode flipper. Ce dernier consiste à envoyer des énormes boules sur la tronche de vos ennemis, seul moyen de leur infliger des dégâts. En un contre un, vous disposez de trois boules. Le combat se finit généralement assez vite. Ce mode de jeu est bien plus drôle à plusieurs, une seul boule pour quatre joueurs, lorsque c'est chacun pour soi, les équipes se font et se défont très rapidement. C'est simplement jouissif.

Quand vous gagnez un round, vous gagnez un coupe que vous pouvez ensuite jeter sur votre adversaire.

Pour qui ?

LastFight est plutôt bien équilibré. Il est accessible à tous question jouabilité mais aussi au niveau du fun. C'est un jeu de combat qui rassemble et qui se trouve être une bonne alternative aux pontes du genre. Ceux qui ne possèdent pas de console de Nintendo peuvent se consoler car enfin un bon jeu de baston jusqu'à quatre débarque sur PS4, One et PC.

Les vrais savent.

L'anecdote

Comme mentionné plus haut, les développeurs de LastFight sont français. Ils se sont fait des petits plaisirs dans le doublage. Ainsi, l'un des personnages, Mr. Dreamer nous gratifie lors de son entrée en combat d'une citation de la chanson Nuit de Folie du groupe français Début de Soirée, de quoi satisfaire les fans de Stars 80. Autre référence, cette fois-ci à Ordralfabétix, de la BD Astérix, où un personnage fait son entrée en s'exclamant : "Comment ça il est pas frais mon poisson?! " Les développeurs se sont fait plaisir et par la même occasion nous font plaisir aussi.
Les Plus
  • Des personnages équilibrés
  • Le mode flipper
  • L'ambiance 90s déjantée
  • L'histoire débile comme on aime
  • Le gameplay à la Power Stone
  • Enfin un bon jeu de combat multi sur One et PS4
Les Moins
  • Seulement 10 personnages jouables