Final Fantasy XIII : une démo qui annonce du changement

11 mai 2009
Rédigé par
Prévu sur

Final Fantasy XIII, le RPG le plus attendu sur console nouvelle génération se précise enfin, pour nos amis japonais. Hiver 2009, voilà ce que peuvent lire les joueurs nippons sur les plannings de sortie. Nous autres, européens n'avons droit qu'à un vague 2010. Prévu sur PlayStation 3 et Xbox 360, Final Fantasy XIII pointe très légèrement le bout de son nez avec une démo. Bonus, non obligatoire, du Blu-Ray du film d'animation Final Fantasy : Advent Children Complete, cette démo était très attendue par de nombreux joueurs. Enfin disponible, il est temps de la décortiquer.

Petite particularité, Sahz a un bébé Chocobo qui niche dans ses cheveux.

C’est beau ! Très beau !

Avant de faire paraitre cette version jouable, Square-Enix avait prévenu que ce n'était que les prémices de ce que va être Final Fantasy XIII. Ainsi, les combats ne sont qu'à 50% de leur capacité, les phases d'exploration ne sont pas finalisées et la démo est évidemment plus simple que ne va être la version finale. Square-Enix l'avait annoncé pour que les joueurs ne râlent pas : cette démo est une version du jeu certes mais une version bridée. Une fois ces considérations prises en compte, et la précieuse galette enfournée dans la PlayStation 3, bizarrement plus rien ne vous empêche d'oublier les fameuses alertes du développeur. Car la première chose qui saute aux yeux, la première claque que se prend le joueur devant son écran, c'est la qualité des graphismes. Final Fantasy XIII est beau à se damner, et je ne parle pas que de ses cinématiques, le moteur graphique du jeu est impressionnant. Et la transition entre les cinématiques et les graphismes du jeu ne se fait presque pas sentir, la frontière est infime.

Dans cette démo, les coffres sont des sphères flottantes.

Une démo qui n’en dit pas long

Cette démo de Final Fantasy XIII n'apprend rien de plus au niveau du scénario que ce que Square a communiqué, surtout pour ceux qui ne parle pas un mot de japonais. Ce qui s'y déroule va se passer au début du jeu finalisé. Mais il n'y a aucun moyen de savoir s'il s'agit du commencement de l'histoire où si cela va avoir lieu quelque peu après. Cette version commence dans un train, dans Cocoon, ville flottante dans un style très futuriste. Dans ce train un groupuscule a été arrêté et est acheminé dans un endroit inconnu. L'héroïne, Lightning, qui fait partie des personnes arrêtées (même si ça ressemble plus à une couverture pour une mission de sauvetage) s'échappe avec Sahz. Ensemble, ils vont essayer de retrouver plusieurs de leurs camarades. Il est difficile d'en dire plus. Pour les plus impatients, je vous laisse chercher sur le net tout ce que l'on peut trouver sur le scénario mais comme cela a déjà été dit, rien ne filtre de ce point de vue. La démo n'éclaire que ce qui entoure les combats et les phases d'exploration.

Vous pouvez apercevoir Lightning effectuer un Brasier +, qui occupe toute la barre d'ATB.

La fille sur le pont

Les phases d'exploration se présentent comme dans Final Fantasy X. Vous arpentez le décor avec un petit radar en haut de l'écran qui vous montre la forme de la zone. Sauf qu'ici, vu ne parcourez qu'un pont donc, c'est forcement très linéaire, et c'était surement voulu. La démo est scindée en deux. Dans la première partie, vous jouez Lightning suivit par Sahz. Dans la seconde vous dirigez Snow suivi par Rebro et Gadou, deux rebelles. Comme les personnages ont une grande classe, ils peuvent faire des sauts de plusieurs mètres. En pratique dès que vous pouvez passer outre un obstacle un cercle lumineux vous le signale. Une fois dessus le héros (ou l'héroïne) saute directement. Pour les mécanismes à activer il en va de même, un petit cercle rouge vous les indique. Final Fantasy XIII reste dans le classique mais la beauté des décors et la vie qui s'en dégage est impressionnant. Fait marquant, aucun menu d'équipe n'est présent dans cette démo. Les ennemis sont visibles à l'écran et dans la version finale, il va être possible de les éviter, d'engager le combat et même de se faire surprendre laissant l'avantage aux ennemis. Dans la démo, les combats s'enclenchent tout seul, vous ne pouvez pas être pris au dépourvu. Les points de vie et de magie des combattants sont intégralement récupérés à la fin d'un combat.

Voici le tableau des statistiques de fin de combat.

Une valse à trois temps

Finis les combats en semi temps réel de Final Fantasy XII, la jauge d'ATB (Active Time Battle) chère à la série revient mais avec quelques modifications. La jauge est découpée en trois paliers. Une action coute 1 ou 3 points (des actions à 2 points sont à envisager dans la version finale). Une fois la barre remplie, à vous de choisir de réaliser trois attaques à 1 point ou une à 3 points. Cependant, même remplie, vous pouvez choisir de ne réaliser qu'une action à 1 point pour enchainer les attaques suivantes plus rapidement. Car dans ce Final Fantasy XIII, vous êtes récompensés par votre style et la vitesse. Fini les combats attentistes où il était possible de prendre son temps en choisissant quelle magie utiliser. Il faut faire vite et bien pour obtenir un bon score et le plus d'expérience. A la fin du combat vous obtenez une note sur 5, plus elle est élevée, plus de bonus vous recevez. La note dépend de trois critères : le temps du combat, le nombre de combo max et le nombre de Break, qui vont être décrits un peu plus loin. Dans cette version, seules les attaques de votre héros/héroïne sont sélectionnables. Vos coéquipiers sont gérés, avec efficacité, par l'IA de la console.

Quand l'ennemi est rouge comme cela, c'est que le mode Break est actif.

Lightning Break, non ce n’est pas le nom d’une voiture

Final Fantasy XIII amorce un autre changement : celui de la barre de menu lors du combat. Comme il faut aller vite le menu est raccourci pour aller à l'essentiel. Dans la démo, vous avez trois choix : les attaques de base, les attaques magiques et les soins. Les attaques de base sont constitués du coup de base et d'un coup "uppercut" (qui projette l'ennemi en l'air). Les attaques magiques, sont constitués de Brasier et Brasier + pour Lightning et Glacier et Glacier + pour Snow. Pour les soins, vos personnages n'ont accès qu'au sort du même nom. Il n'y a que les sorts Brasier + et Glacier + qui coûte 3 points. A vous de réaliser des combinaisons de coups avec ces actions. Lors d'un combat, plus vous enchainez de combos et de dégâts aux adversaires et plus vos remplissez la barre de Break. Une fois cette barre remplie, l'ennemi subissant vos assauts devient rouge et vos coups font plus mal. En dessous de la barre de Break est indiqué le pourcentage de dommage que vos attaques infligent en plus. C'est pendant le mode Break que vous pouvez envoyer vos ennemis en l'air avec les attaques "uppercut". Une fois en l'air vous pouvez continuer le combo vous et vos coéquipiers.

A l'instar de Final Fantasy XII, les ennemis sont visibles à l'écran.

2010, c’est loin

Finalement, cette démo est frustrante mais sans laisser de goût amer. Elle permet d'admirer les graphismes somptueux, elle montre l'orientation que vont prendre les combats et présente quelques personnages. C'est à ce moment qu'il faut se rappeler les mises en garde de Square-Enix : cette démo est bridée, les combats ne sont qu'à 50% de ce qu'ils vont être etc. Du coup, les questions fusent dans la tête des joueurs. Est-ce que les autres personnages vont être jouables en combat, le joueur va-t-il les gérer avec un système proche des gambits de Final Fantasy XII, va-t-il falloir présélectionner les actions à placer dans le menu de combat (pour éviter que ce sont trop le foutoir) ou est ce que les combattants vont être très limités au niveau des attaques... Bref, cette démo fait autant de bien, qu'elle torture nos méninges. Square-Enix nous offre une version incomplète d'un jeu très attendu et il a la décence de ne pas la faire payer un prix exorbitant (je rappelle qu'il est possible d'acheter le film sans la démo). Mais même cette version incomplète pousse à croire que Final Fantasy XIII va être un RPG marquant (dans le bon sens comme dans le mauvais), et au vu des changements entrepris, il est difficile d'en douter.