Dragon Ball Xenoverse

19 mars 2015
Testé par sur
Disponible sur
2

Plus Krilin que Son Goku

Finalement, Dimps avait de très bonnes intentions concernant Dragon Ball Xenoverse. Seulement, le jeu est bourré de défauts qui nuisent grandement à l'expérience, aussi bien hors-ligne qu'en ligne, cette dernière pâtissant grandement de serveurs pas très au point, surtout à la sortie du jeu. Les combats ont du mal à tenir la route à cause d'une maniabilité qui serait à améliorer. En revanche, tout le travail des développeurs effectué autour de l'univers est plutôt convaincant et ils ont réussi à trouver un moyen d'impliquer réellement les joueurs dans le monde de Dragon Ball.

TOP ! Je suis un manga culte, connu de tous, enfants, ados, parents et même grands-parents. Je suis au manga ce que Michael Jackson est à la chanson. Je suis ? Je suis ? Dragon Ball ! Cette fois-ci, c'est Dimps qui se colle au développement de ce Dragon Ball Xenoverse. En innovant par rapport à ses (trop ?) nombreux prédécesseurs, les développeurs vous proposent de revivre l'histoire du manga culte mais de manière différente.

L'histoire

L'histoire se répète mais ne se ressemble pas car les victoires douloureuses de Son Goku et ses amis face à des ennemis toujours plus puissants se transforment désormais en défaites. Heureusement, la Police du temps, dirigée par la Kaïo Shin du temps et par Trunks veille au grain. Mais pour l'aider (comprendre : tout faire), le fils de Vegeta demande à Shenron de lui envoyer un guerrier pour se battre à travers le temps et enquêter sur les perturbateurs de l'histoire. Ces derniers se révèlent être Towa, la sœur de Dabra et Mira, un être créé par cette dernière et qui se bat pour elle. Ils parcourent donc le temps et modifient l'histoire en absorbant l'énergie des combats afin de diriger le monde des Démons. Mais qui tire vraiment les ficelles ?

Les temps de connexion au serveur peuvent être assez longs.

Le principe

Dragon Ball Xenoverse propose une expérience assez intéressante. Vous parcourez de nouveau l'histoire pour la rétablir. Même si vous pouvez trouver un peu dommage de ne pas incarner Son Goku, Végéta ou Piccolo, Dimps vous permet de faire partie intégrante de l'univers en créant votre propre personnage. Après une brève introduction qui pose vaguement les bases de l'histoire dans laquelle vous incarnez Goku face à Freezer, Cell et Buu sans vous expliquer comment fonctionnent les combats, vous créez votre personnage. Vous avez alors le choix entre plusieurs races : les Terriens, les Nameks, les Majins, la race de Freezer (oui, c'est le nom) et les fameux Saiyans. Chaque race a ses spécificités. Celles-ci ne sont malheureusement pas assez détaillées lors du choix de la race, ni jamais dans le jeu d'ailleurs, ce qui est un peu dommage tant cela affecte votre façon d'appréhender les combats. Vous pouvez ensuite choisir votre sexe, votre taille, votre corpulence, etc. Bref, de quoi créer un personnage qui vous correspond. Il y a vraiment de quoi faire en matière de personnalisation, l'interface est très facile d'accès et vous ne vous y perdez pas.

Si le contenu est plutôt intéressant, il ne faut pas oublier que Dragon Ball Xenoverse est avant tout un jeu de combat. Et si le sujet n'est abordé que maintenant, c'est bien qu'il pose problème. Les combats sont sommairement expliqués lors de votre première rencontre avec Trunks. C'est à vous de découvrir les mécaniques (bancales) de jeu. Vous vous retrouvez à chaque fois dans des arènes assez grandes et extrêmement fidèles au manga. Elles sont bien fournies en décors, vous n'avez pas du tout une sensation de vide. Mais cela ne suffit pas. Dimps vous permet d'aller où vous voulez dans les limites de l'arène, ce qui peut paraître attractif, mais en réalité les combats sont brouillons. Vous n'êtes jamais à l'aise dans les déplacements de votre personnage car ils sont trop approximatifs et vous tapez souvent dans le vent car l'ennemi est un peu trop au-dessus ou en-dessous de vous. Vous jouez souvent à chat avec l'ordinateur, ce dernier aimant bien fuir. Ajoutez à cela une caméra atroce qui gigote dans tous les sens au moindre élément du décor et votre plaisir se retrouve vite gâché. C'est assez problématique, pour un jeu de combat, de devoir passer plus d'une dizaine d'heures avant de commencer à y prendre du plaisir car vous maîtrisez enfin tous les aspects de celui-ci. En plus, il n'y a aucune ambiance dans les combats, la musique n'est pas digne de la série animée même si les bruitages, eux, sont de la partie.

Les effets visuels sont bien travaillés.

Le multi

Finalement, Dragon Ball Xenoverse se révèle être une sorte de MMO dans l'univers de Dragon Ball. Il faut tout de même raison garder, il n'y a de MMO que l'aspect communautaire. Si vous vous connectez au net, vous pouvez voir les autres joueurs en ligne, communiquer avec eux grâce à un chat avec des phrases pré-enregistrées, assez pratique sur console, mais grandement limité. Vous pouvez faire des quêtes parallèles avec d'autres personnes, soit sans choisir ses partenaires, au petit bonheur la chance, soit en créant ou en intégrant une équipe. L'interface est incroyablement mal faite et absolument pas intuitive, si bien qu'il est possible de passer à côté de certaines fonctionnalités. Il y a un petit paquet de missions à faire qui font fi de l'histoire. Vous devrez le plus souvent vous battre contre des ennemis ; d'autres fois vous devrez rassembler sept boules de cristal pendant que l'on tente de vous en empêcher. Ces missions sont également faisables hors ligne avec des alliés contrôlés par l'ordinateur. Le problème des combats à plusieurs, c'est que lorsque vous affrontez un ennemi à 3 contre 1, tout le monde s'acharne sur lui. Pas de challenge et donc pas d'intérêt.

Vous avez aussi la possibilité de vous battre seul ou en équipe en ligne, ou de jouer contre un ami hors ligne. Dans ce dernier mode, la caméra est plutôt bien gérée. Ce qui est une très bonne surprise, car faire se battre deux joueurs sur un même écran avec un tel gameplay n'était pas chose aisée. Il faut donc faire honneur aux développeurs sur ce point. Tous les modes de jeux sont accessibles via la ville de TokiToki dans laquelle vous évoluez. Et c'est sûrement la plus mauvaise idée des développeurs. Vous n'avancez pas vite alors que la ville est assez grande. Il devient vite pénible d'aller à la boutique pour s'acheter des équipements. Les PNJ vous disent toujours une petite phrase qu'il faut passer pour accéder à leur boutique. Vous ne savez pas du tout à quoi correspondent les codes couleurs des objets. Rien n'est expliqué, cette ville est un véritable calvaire. Même pour des combats hors ligne vous devez passer par la ville. Qui a eu cette idée ? C'est insupportable ! Vous perdez du temps à aller d'un point à un autre. Après chaque quête parallèle vous perdez votre groupe s'il est généré aléatoirement, bonne chance pour les retrouver si vous en aviez envie, et vous apparaissez à quelques mètres du comptoir des quêtes. Mais quand vous voulez les enchaîner pour monter en niveau (indispensable pour terminer le jeu), cela devient pénible quand c'est la quinzième fois que vous faites le chemin.

À trois contre un, ça ne devrait pas être très difficile...

Pour qui ?

Comme dans tout jeu Dragon Ball qui se respecte, Xenoverse propose certains combats qui sont presque infaisables. Puisque vous montez en niveau grâce à l'expérience accumulée lors des missions, vous attribuez des points dans diverses catégories pour parfaire votre personnage. Hors, quoiqu'il arrive, les ennemis auront, si vous n'êtes pas accro à l'idée de refaire 15 fois les quêtes pour monter de niveau, toujours plus de vie que vous. Et vous ne voyez que leur barre de vie. Vous ne voyez pas leur niveau de Ki qui permet les attaques spéciales, ni leur barre d'endurance qui permet les esquives. C'est le deuxième problème des combats (outre la maniabilité douteuse), vous aurez toujours l'avantage si vous avez beaucoup de Ki et de vie. L'endurance se consomme très vite et se recharge trop lentement. Le principe est donc de construire son personnage selon ces critères et la partie est jouée. La victoire ne sera jamais dûe à votre skill. Le jeu s'adresse donc aux fans, qui seront ravis d'intégrer l'univers de Dragon Ball, mais plus particulièrement aux fans de Kaméhaméha en boucle. À moins d'un rééquilibrage de gameplay, ceux qui aiment le combat rapproché peuvent passer leur chemin ou accepter d'être un brin frustrés. Néanmoins, la possibilité de mettre le jeu en version japonaise est là, ce qui est toujours mieux que la version anglaise. Dommage que les cut-scenes soient molles et mal réalisées, on s'ennuie ferme devant celles-ci.

Vous pouvez même vous déguiser en Général Red de Dragon Ball.

L'anecdote

Qu'il est dur de ne choisir qu'une anecdote tant il y a de choses à dire sur Dragon Ball Xenoverse. Vous avez la possibilité d'avoir des maîtres que sont les PNJ. Dans ces maîtres, il y a Vegeta qui vous apprend des techniques. Après avoir appris sa deuxième attaque, il vous demande de lui ramener un objet "Je suis le plus fort de la Terre". Aucune indication n'est donnée quant au moyen de le récupérer et en regardant sur Internet, on s'aperçoit que vous le droppez aléatoirement, j'ai bien dit "aléatoirement" à la fin d'une mission. On peut donc se retrouver bloqué. C'est stupide.

Une autre anecdote, plus légère cette fois-ci, concerne les incohérences du scénario. Trunks est votre guide dans votre quête pour rétablir l'histoire. Arrivé à la quête des cyborgs, le Trunks du passé mais du futur (les vrais comprendront) meurt. Le Trunks de l'histoire, votre guide, commence alors à disparaitre car il est tué dans le passé. Mais par contre, lorsque Végéta se fait tuer dans l'histoire modifiée de Freezer, la question ne se pose même pas. C'est le même problème lorsque Buu détruit la terre. Trunks ne se met pas à disparaitre. C'est un détail certes, mais lorsqu'on écrit une histoire de voyage dans le temps, il faut essayer de rester cohérent. D'un autre côté, s'il disparaissait à chaque histoire, ça aurait également de quoi énerver.
Les Plus
  • L'univers de Dragon Ball fidèlement retranscrit
  • Les bruitages des combats
  • Un bon paquet de personnages à débloquer
  • Une bonne rejouabilité
  • La diversité des races
Les Moins
  • Les combats pas franchement optimisés
  • L'ambiance de mort des combats
  • Cha-la Head Cha-la en version auto-tune
  • Les serveurs pas très stables
  • L'obligation de monter en niveau pour progresser dans l'histoire
  • Les alliés contrôlés par l'ordinateur sont plutôt inutiles