TransOcean

28 févr. 2015
Testé par sur
Disponible sur
3

Ce n'est pas un passager clandestin

TransOcean se révèle être une bonne surprise même pour les novices. Il faudra toutefois être un joueur impliqué pour vraiment prendre du plaisir et pour vouloir continuer l'aventure. Deck 13 Hamburg parvient à rendre son jeu accessible grâce à une progression étape par étape mais qui peut vite stagner si vous vous y prenez mal. Courage, la vie de chef d'entreprise n'est pas un long fleuve tranquille.

La simulation est un genre bien particulier du jeu vidéo, vénéré par certains, détesté par d'autres. Quoi qu'il en soit, ce n'est plus un genre massivement représenté dans l'industrie depuis bon nombre d'années. L'action immédiate est sur le devant de la scène, mais certains développeurs résistent et continuent de proposer des jeux de simulation. C'est le cas de Deck 13 Hamburg avec TransOcean.

L'histoire

Vous ne le savez pas encore, mais votre passion, ce sont les bateaux. Mais pas n'importe quels bateaux non, les bateaux qui transportent des containers. Vous décidez donc de devenir le patron d'une entreprise de transport maritime de marchandises en tout genre. Mais vous n'avez pas un sou en poche, en tout cas pas assez pour vous acheter votre premier bateau. Mais heureusement, un investisseur trouve votre projet intéressant et décide de vous aider à vous lancer. Vous voilà donc fin prêt !

L'investisseur, un ami qui ne vous veut pas toujours du bien.

Le principe

TransOcean est donc un jeu de gestion. En tant que chef de votre entreprise de transport de marchandises, plusieurs tâches vous incombent. Après avoir acheté votre premier navire, il vous faut honorer plusieurs contrats. Vous débutez en Europe et en Afrique du Nord. Chaque port propose des types contrats différents avec des marchandises plus ou moins légales. Par exemple, les marchandises de contrefaçons vous feront perdre en notoriété mais vous amèneront bien plus d'argent que des produits comme le bois. C'est donc à vous de choisir entre l'argent facile ou l'honneur du chef d'entreprise. Mais il faut bien évidemment jongler entre les deux types de contrats puisqu'à certains moments, vous allez vous retrouver dans le rouge et donc en besoin urgent d'argent.

Le type de marchandise, c'est le cadet de vos soucis puisque le plus important ce n'est pas l'argent que vous engrangez mais bien celui que vous dépensez. Il faut bien gérer son budget qui passe majoritairement dans le carburant de vos navires, dans certains ports il est moins cher, mais ce sont des ports qui ne proposent que peu de contrats alléchants. Il faut donc faire des sacrifices et vous en venez à vous creuser la tête pour savoir quel voyage sera le plus lucratif. Votre assistant vous tient au courant de votre progression et de vos dépenses. Il est également de très bons conseils, surtout au début. Un vrai plaisir pour les novices.

Vers l'océan et au delà !

Pour qui ?

TransOcean s'adresse soit aux aficionados soit aux joueurs qui n'ont pas peur de baisser les bras, car même s'il se révèle très accessible, le jeu développé par Deck 13 Hamburg demande beaucoup de persévérance. La difficulté augmente rapidement et soit vous stagnez, soit vous vous retrouvez dans une situation financière difficile. Il faut du temps pour évoluer, agrandir son entreprise et au final en devenir le propriétaire car au début du jeu, c'est l'investisseur qui en est le propriétaire et qui vous demande régulièrement de lui verser l'argent que vous lui devez. Vos économies en prennent donc un coup ! C'est assez frustrant de devoir donner autant d'argent, mais il faut bien se rappeler que c'est une simulation et de ce côté-là, Deck 13 Hamburg a rempli son contrat pour fournir au joueur une réelle immersion au point de vue de la gestion de vos finances. Tout y est, après ça, remplir votre déclaration d'impôts sera un jeu d'enfant. TransOcean reste tout de même très accessible aux novices du genre. Leur progression sera peut être plus lente et il leur faudra plus de caractère pour persévérer que ceux qui sont rompus à l'exercice.

Certaines manoeuvres sont compliquées.

L'anecdote

TransOcean ne se limite pas à la simulation de gestion de vos finances, il vous offre aussi la possibilité de tâter du gouvernail lors de votre départ et votre arrivée aux différents ports. Alors, au début c'est un peu hasardeux et vous risquez de vous planter parce que conduire un navire de transport, c'est pas facile. Mes avaries ont été nombreuses au départ mais ensuite je suis devenu un as de la barre. Ce sont les seuls moments où vous maniez les bateaux, le reste du trajet est automatique. Le problème de ce système, c'est que ça devient très vite répétitif et si vous ne voulez pas le faire, vous devez faire appel à un remorqueur ce qui vous coutera 100.000€. Ça vous oblige un peu à subir cette phase de jeu quand le moindre sou compte. C'est vraiment dommage.
Les Plus
  • Le tutoriel intégré à la partie
  • Le nombre et la diversité des navires
  • L'aspect unique des ports
  • L'interface bien pensée
  • Des graphismes à la hauteur
  • Une version française impeccable
Les Moins
  • Le côté répétitif des arrivées et des départs dans les ports
  • L'impression de stagner financièrement par moment