Orcs Must Die! another day

19 oct. 2011
Testé par sur
Disponible sur
4

Orcs Must Die! est un Tower Defense très jouissif, puisque, en plus des pièges, il place votre personnage en dernier rempart contre l’ennemi vert, pour des heures entières de tueries. Le gameplay bien tourné fait du jeu de Robot Entertainement un défouloir de qualité qui compense son manque de longévité par le fait de pouvoir recommencer le jeu à l’infini sans se lasser, en changeant la difficulté et en disposant de nouveaux types de pièges.

Après l’excellent Age of Empires Online, le studio Robot entertainement nous revient avec un jeu en téléchargement : Orcs Must Die!. Que pouvons-nous attendre de cette énième jeu dématérialisé ? La réponse est verte, à mauvaise haleine, mange des enfants au petit déjeuner et adore porter des pagnes !

Votre héros a une bonne tête de vainqueur et le Q.I. qui va avec... et c'est lui le dernier rempart de l'humanité!

Les orcs ne sont pas des mecs bien

Orcs Must Die! est un jeu d’action/aventure, mais pas que. Il s’agit surtout d’un Tower Defense dans un univers médiéval-fantastique, à la sauce Le Seigneur des Anneaux. Une horde d’orcs, et de divers créatures de la même famille (gnomes, trolls...), souhaite envahir les bastion et détruire l'humanité. Pour cela, ils attaquent sans répit une faille, point central de votre bâtiment, matérialisé par une grosse boule lumineuse. Vous incarnez un champion (ou presque). Après avoir succédé à son mentor, un magicien bien malchanceux, il devra se débrouiller seul pour arrêter l’invasion, ce qui va être long puisque les vagues d’ennemis se succèderont jusqu’à que vous ayez procédé au génocide de la race Orcine. Le jeu se décompose en 24 donjons, du plus simple au plus complexe. Le premier ne présente qu’un seul point d’entrée pour les monstres et qu’une seule faille, relié par un couloir. Le nombre de chaque éléments augment bien évidemment au fur et à mesure des niveaux bouclés. Tous les ennemis qui auront atteint la faille feront diminuer votre score obtenu en fin de partie. Vous pourrez aussi mourir une fois et réapparaitre en faisant seulement réduire ce score. Orcs Must Die! vous propose un mélange d’humour et de baston, un peu dans l’esprit de Fable II. Les graphismes 3D sont beaux, les textures plutôt propres pour un rendu visuel vraiment très agréable. La caméra fixe, derrière le personnage, apparaît assez dynamique : une fois acculé contre un mur, vous passerez directement à la vue première personne. A cette ambiance visuelle très agréable s’ajoute une ambiance sonore de bonne facture, la musique rock moyenâgeuse est de circonstance et les bruitages laissent souvent la place à cette musique déjantée.

Bien souvent, les pièges ne suffiront pas à finir le travail, vous devrez donc faire vous même la basse besogne.

La valse Orcine à 4 temps

Les niveaux de Orcs Must Die! sont découpés en quatre phases. Dans une première, vous disposez d’un temps illimité pour découvrir la carte, repérer les meilleurs endroits pour poser vos pièges, identifier les passages de téléportation et les différents points stratégiques. Vous pourrez alors dépenser vos écus comme bon vous semble dans les divers pièges et hommes de mains. Une fois cette phase de jeu passée, vous pouvez lancer l’assaut de la horde. Il se décompose en réalité en plusieurs petits assauts séparés par une quinzaine de secondes chacun. Chaque mort vous rapporte des pièces, vous pouvez donc de nouveau acheter d'autres pièges durant le jeu. Mais il faut avouer qu’il est compliqué de gérer à la fois la horde qui avance, les coups d'épées à donner et la pose des pièges. Le tout se fait soit durant les courts laps de temps de répit, soit durant la troisième phase, sorte de break avant l’assaut final qui constitue logiquement la quatrième et dernière phase de jeu. Durant la troisième phase donc, vous avez la possibilité de revendre les pièges inutiles, d'en placer de nouveaux et de perfectionner votre stratégie, pour en finir avec les bestioles vertes qui vous assaillent. A vous la gloire. A vous la fortune. A vous la légende !

Les pièges sont vos amis les plus fidèles dans la défense contre les orcs.

Une folie meurtrière

Pour accomplir votre tâche, plusieurs possibilités s'offrent à vous. La principale caractéristique de votre héros est son aptitude à poser des pièges. Et il faut dire que, dans ce domaine, l’équipe de Robot Entertainment a été généreuse et fait preuve d'inventivité. Du simple piège à piques qui sortent du sol, en passant par le mur qui lance des flèches ou la catapulte permettant de projeter les ennemis dans l’acide, vous aurez le choix parmi une vingtaine de pièges. Ils peuvent aussi être améliorés grâce aux cranes obtenus à la fin de chaque niveau bouclé. Les pièges ne sont pas les seuls éléments que vous pouvez acheter puisque vous aurez aussi à votre disposition des barricades pour orienter le flux des monstres, ainsi que des unités comme les archers, qui peuvent lancer des salves de flèches à partir des hauteurs. Et si la horde avait le malheur de franchir tout vos pièges, vous êtes le dernier rempart de l’humanité face à cette horde. Armé initialement d’une arbalète, votre inventaire augmente progressivement pour vous fournir en plus une épée et de la magie. A vous les grillades d’orcs et les bourrasques de vent pour les projeter dans le vide. Votre héros dispose d’une barre de santé qui diminue après avoir reçu des coups mais peut être rechargée grâce à des potions récupérées sur les cadavres ennemis. Principe presque similaire pour votre barre de magie qui se vide bien vite mais se rempli toute seule. Voila qui limite grandement l’utilisation de cette dernière.
Les Plus
  • L'ambiance sonore avec la musique rock médiéval
  • Ça fait du bien de taper sur les orcs : déstressant à souhait
  • La diversité et le nombre de pièges
  • Le visuel, mélange de cartoon et de 3D vraiment sympa
Les Moins
  • La durée de jeu est un peu courte même si la rejouablité est bonne

À propos de l'auteur

Si kharg était un jeu vidéo, il serait sans doute un jeu de rôle, un peu long au démarrage, rébarbatif dans tous ces abords et surtout où il faudrait chercher dans tous les coins pour trouver les trucs sympas. Un peu à l'image de Final Fantasy VII en réalité.

Ses derniers articles :