La revanche de Pro Evolution Soccer 2009

12 nov. 2008
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Konami
  • Sortie initiale 17 octobre 2008
  • Genre Sport

Pro Evolution Soccer 2009 corrige les gros défauts de son prédécesseur, sorti un peu vite sur les consoles nouvelle génération. C'est bien, mais ce n'est pas assez. Malgré l'ajout de nouveaux modes de jeu, dont certains franchement anecdotiques, la magie ne fonctionne plus aussi bien. Les petites astuces permettant de remonter le terrain en deux temps trois mouvements fonctionnent toujours trop bien et le manque de remise à plat du gameplay commence vraiment à se faire sentir. Pas de quoi bouder son plaisir, évidemment, mais avec sa physique et ses licences, la concurrence de FIFA 09 prend désormais tout son sens. A méditer !

Après une édition 2008 décevante, Pro Evolution Soccer revient sur le terrain plus motivé que jamais. Les gros défauts de la précédente version ont été corrigés, certes, histoire de rassurer les fans de la première heure. Mais le problème, c'est que la concurrence ne s'est pas endormie pendant ce temps... Dans ces conditions, rester le meilleur jeu de foot du moment n'est pas simple. Et c'est précisément ce qui inquiète au premier lancement de Pro Evolution Soccer 2009.

Les ralentis ne rament plus. C'est déjà ça !

Le monstre sacré

La grande force de Pro Evolution Soccer, c'est l'équilibre parfait entre stratégie et plaisir de jeu. Construire une action, réussir des passes, gérer la pression, dribbler, placer un boulet de canon dans la lucarne... Contrairement à la concurrence, chaque but était arraché à l'adversaire et chaque victoire laissait dans la bouche une agréable sensation de performance. Jusqu'à la funeste version 2008, très en-dessous des attentes des joueurs. La physique de la balle n'était plus aussi convaincante, avec une inertie mal rendue et un ballon beaucoup trop léger. De ce point de vue, la version 2009 marque une rupture bienvenue : le jeu retrouve son niveau habituel. Les saccades dans l'animation disparaissent, c'était bien le minimum - surtout pendant les ralentis. De ce point de vue, Pro Evolution Soccer 2009 marque indéniablement des points.

FIFA garde une longueur d'avance avec les licences officielles.

De nets progrès

Bien sûr, c'est au niveau de la réalisation technique que Pro Evolution Soccer 2009 se distingue de la version précédente. Les animations des joueurs sont encore plus soignées, les visages sont plus travaillés et le tout fait vraiment plaisir à voir. Mais c'est surtout le mode de la Ligue des Champions qui vaut le détour. Matchs d'exhibition, championnat respectant à la lettre les sélections, tout est possible. L'habillage est vraiment réussi, l'impression d'assister à une retransmission télévisée est convaincante et forcément, ça donne envie de s'investir. En comparaison, la Ligue des Masters est un peu vide, tous comme les clubs officiels. FIFA 09 garde évidemment une bonne longueur d'avance de ce point de vue, même si Pro Evolution Soccer 2009 lorgne vers son éternel rival avec l'ajout anecdotique d'un mode Carrière, baptisé pompeusement "Vers une légende". Long et guère passionnant, il aurait mérité un meilleur traitement.

Remonter le terrain est toujours trop facile. Tout se joue dans la surface.

Peut mieux faire

Pro Evolution Soccer 2009 corrige les défauts de la précédente version, mais n'est pas encore tout à fait au point. Certes, le jeu est beau, les animations sont réussies, la physique du ballon est réussie, les actions sont spectaculaires, la précision et le contrôle s'avèrent excellents... Reste que les bonnes vieilles techniques consistant à remonter le terrain par les côtés fonctionnent toujours trop bien, et c'est bien ça qui finit par poser problème. Les stratégies se limitent à utiliser les stars à bon escient, leurs capacités étant clairement exagérées, et à remonter le terrain comme une bête avant de batailler dans la surface. Du vu et revu, qui risque de lasser les fans de la série. C'est clair, Pro Evolution Soccer 2009 a perdu son statut d'icône technique, de référence absolue en matière de simulation sportive : les petites astuces consistant à profiter des quelques faiblesses du gameplay, et l'absence de réelles remise à plat du système de jeu, finissent par être réellement handicapantes. Pas de quoi crier au scandale ou jouer les gros déçus, évidemment, mais il faut bien reconnaître que cette année encore, c'est surtout FIFA 09 qui élève le niveau.
Les Plus
  • Les gros défauts de la version 2008 sont corrigés, ouf !
  • La Ligue des Champions
  • Toujours aussi agréable à jouer
Les Moins
  • Le mode Vers une Légende pas assez travaillé
  • Le manque de licences officielles