Recrutement explosif pour Metal Gear : Portable Ops

01 juil. 2007
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Konami
  • Développeur Konami
  • Sortie initiale 26 avril 2007
  • Genre Action

Pour s’adapter au format portable, cet épisode se démarque réellement de ses prédécesseurs mais reste dans la continuité scénaristique et artistique de la saga. Même si Metal Gear Solid : Portable Ops peut être critiqué pour son manque de difficulté et son absence de souffle épique, il demeure néanmoins parfaitement adapté au format de la PSP. Apportant un aspect gestion plutôt agréable et jusqu’ici inédit à cette série, il se révèle un achat indispensable pour les amateurs d’infiltration et à ceux qui souhaitent goûter les joies de cette saga à n’importe quel moment.

Occulté par l'annonce du quatrième volet sur PlayStation 3 et la semi-déception causée par les épisodes Acid, Portable Ops ne partait pas du bon pied. Pourtant, Hideo Kojima veille et retrouver Snake une fois de plus prêt à lutter contre des méchants a de quoi enthousiasmer. Mais ici, il n'est pas seul. Ces retrouvailles "miniatures" amènent une question légitime : est-il possible de conserver un gameplay inchangé sur un format portable ?

Prenez garde, l'inventaire se limite à 4 objets.

Le début de la fin

La première chose attendue de pied ferme par les fans de la première heure, c'est bien sûr le scénario. En effet, ce dernier devait être le chaînon manquant entre l’opération Snake Eater et l’avènement des fameux "enfants terribles" et ainsi expliquer la raison poussant votre borgne préféré à devenir le grand vilain de l’histoire. L'histoire commence sous les chapeaux de roue, 6 ans après les évènements narrés au cours du troisième volet. Dans une base soviétique secrète située près de l’équateur, Snake est emprisonné et torturé par des membres de son ancienne unité FOX. Cette dernière s’étant rebellée sous la conduite d’un commandant charismatique répondant au nom de Gene. Pour couronner le tout, l’unité FOX a volé une nouvelle arme secrète et vous fait porter le chapeau pour tout ce qui est en train de se passer. Pour Big Boss, il ne reste qu’une solution : constituer une armée et faire tomber l’insurrection de Gene afin de s’innocenter. Très vite, un bérêt vert vient vous prêter main forte, un certain Roy Cambell. Il se chargera de vous communiquer vos missions. Dans Portable Ops, le gameplay se transforme, abandonnant une histoire continue au profit d’un jeu découpé en missions.

Chaque soldat possède sa spécialité propre.

Metal Gear Light

La première chose qui frappe au lancement de la première mission, c’est la beauté du jeu. Alors que les promesses des différentes vidéos pouvaient sembler exagérées, il n’en est rien et ce titre ressemble plus à Metal Gear Solid 2 qu’au premier volet. Le point d’orgue revient à la modélisation des personnages tout simplement irréprochable. Bien entendu, cette performance technique possède un prix car vous regretterez sûrement la petite taille des zones de jeu et les textures des décors souvent fades. La palette de mouvements de Snake demeure quasiment intacte suite à la transition depuis la PS2. Vous constatez avec joie que la maniabilité du personnage a même été améliorée sur certains aspects, notamment vis-à-vis de la visée en première personne qui autorise maintenant le déplacement. Hélas, la PSP occasionne de temps à autre quelques petits désagréments dûs à la position des boutons : ne pas réussir à viser un ennemi en première personne à cause de la sensibilité des gâchettes est une expérience assez rageante. Etrangement, le stick n’offre pas de désagrément majeur pour le déplacement du protagoniste tandis que les flèches directionnelles permettent d’user et d’abuser du placement de la caméra.

Les personnages de la série peuvent se joindre à vous .

"Engagez-vous, engagez-vous" qu’il disait...

Martelé comme étant LA nouveauté de cet épisode, le recrutement de bidasses devient très vite le centre du jeu. En effet, pour chaque mission, vous pouvez avoir jusqu’à quatre soldats sur le terrain, que vous pourrez sélectionner si votre personnage vient à mourir ou semble moins adapter à la tâche. A noter que la mort pendant une mission est sans appel (sauf pour Snake qui tombe à un point de vie syndical) mais la difficulté s’envole vite, puisque recommencer la mission vous permet d’éviter tout tracas. Pour recruter des troupes, rien de plus simple : endormez un soldat et posez-le à l’arrière de votre camion. D’abord prisonnier réticent, il se joindra vite à votre cause. Les soldats sont définis par des caractéristiques propres : santé, endurance, maniements des armes, aptitudes à la recherche et aux soins... De plus, chacun dispose de traits spéciaux donnant un bonus selon la situation. Ainsi, un soldat convoyeur est à même de rapporter automatiquement des objets récoltés au camion et donc dans votre réserve. Entre les missions, une phase de briefing vous permet de choisir votre prochain lieu d’action sur la base mais surtout de définir l’unité à laquelle chaque soldat pourra être affecté. L’unité médicale permet ainsi de renvoyer vos troupes au combat plus rapidement et l’unité scientifique de fabriquer de nouveaux gadgets. Alors que les espions vous envoient des rapports provenant des différentes zones afin de dénicher des nouvelles armes ou objectifs. Le fait de pouvoir obtenir des nouveaux soldats en scannant les bornes WiFi ou en les échangeant entre amis donne un petit aspect Pokémon au jeu n’ayant rien de déplaisant.

La mise en scène hollywoodienne est toujours de rigueur.

"Fais moi sentir vivant !"

Même si nombres des éléments typiques de la saga Metal Gear Solid sont présents (la fameuse scène de torture, l’obsession pour les boites en carton et le coup de fil d’Ocelot après le générique), Metal Gear Solid : Portable Ops mue pour mieux s'adapter à son environnement. Effectivement, les séquences de codec prolixes disparaissent au profit de courts briefings parsemés de blagues de bidasses, des séquences en dessin animé chorégraphiées de main de maître par Ashley Wood se substituent aux cinématiques produites avec le moteur du jeu. De plus, le "freak show" habituellement incarné par des boss plus bizarres les uns que les autres laisse uniquement place à des soldats surentraînés. Tant bien même le changement peut faire plaisir, les combats épiques deviennent finalement assez mous, laissant place à une succession de rafales de fusils à pompe et de roquettes, même pour le Metal Gear de circonstance. Le plus gros problème de ce Portable Ops réside dans le peu de difficulté qu’il apporte. Les missions se résument la plupart du temps à partir d’un point A pour rejoindre un point B. Dès lors, l’absence de finesse est une option très alléchante et n’est pas du tout pénalisante. Néanmoins, la mise en scène et l’habillage du jeu sont comme toujours irréprochable, David Hayther reprenant son rôle de Snake et les musiques étant signées par Norihiko Hibino, déjà à l’œuvre sur les précédents volets.
Les Plus
  • Un rendu graphique impressionant
  • Un scénario bien ficelé
  • Une armée à portée de main
Les Moins
  • Beaucoup trop facile
  • Les boss font pâle figure