Mario Kart DS : qui dit mieux ?

20 janv. 2006
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Nintendo
  • Sortie initiale 25 novembre 2005
  • Genres Arcade, Simulation

Pour résumer, Mario Kart DS c'est du concentré de bonheur : un univers frais et coloré, des courses trépidantes et des adversaires à la pelle, rien de mieux pour assurer le fun du jeu. Mais à cela s'ajoute une foultitude de bonnes idées, des petits plus qui font la différence, comme l'effet d'aspiration qui permet de bénéficer d'un turbo si l'on s'y prend bien. Certes, à trop y regarder, on pourrait remarquer quelques manques : une chatroom à la manière du PictoChat aurait été la bienvenue pour les parties multijoueurs, et un mode solo à peine plus long n'aurait pas été de refus. Mais la durée de vie infinie offerte par le online et le plaisir de conduite toujours aussi présent font que Mario Kart DS atteint avec succès le haut du palmarès des jeux Nintendo DS actuellement. Entre nous, à part quelques rares exceptions, ce n'est pas compliqué.


Mille pétarades ! Mario Kart DS. Rien que le nom de la saga fait vibrer. Quand on y accole les initiales de la dernière née des consoles portables de Nintendo, on ne peut que s'attendre au meilleur mélange des carburants. Et pour cause : un gameplay encore plus fun, des courses encore plus folles, des parties multijoueur encore plus délurées, sans compter l'énorme apport du online, grâce auquel Mario Kart DS connaît une durée de vie sans fin et ouvre par la même occasion les joies du jeu en ligne grand public sur console portable. En piste pour les tours d'essai !

"Je t'emmène faire un tour, poupée ?"

Le coup de génie : le online gratuit

Toute l'intelligence de Nintendo a été de miser sur Mario Kart DS pour lancer son service de jeu en ligne. Une réussite puisqu'il a suffit de sept semaines à Nintendo pour atteindre la somme colossale de 550.000 connectés de par le monde. Le fonctionnement est aussi simple que celui d'un jouet érotique : allumez et jouez. Dans le détail, il suffit de lancer une partie Wi-Fi depuis chez soi si l'on a un routeur sans fil ou près d'une borne. Pour éviter les configurations de réseau, Nintendo va même jusqu'à vendre une clé USB Wi-Fi qui automatise toute la procédure. Rien à toucher, il n'y a plus qu'à jouer. Et une fois lancé dans les parties dantesques contre des brésiliens, des japonais ou même des français, difficile de se déconnecter. Simple, gratuit et illimité : il n'y a pas mieux pour assurer le succès d'un jeu aussi efficace que Mario Kart DS qui cumule les bons points.

Un des circuits les plus stressants !

A fond dans le multijoueur

Les parties online sont tout simplement ébouriffantes. Aucun ralentissements pendant les courses, un système de bonus / malus qui génère un classement du joueur, des courses nombreuses et sympas à jouer, des joueurs en permanence... Le défi lancé par Nintendo est remporté haut la main et prouve que le grand public est prêt à dépasser les limites du jeu en cercle fermé pour s'ouvrir au online. Si le concept n'est pas neuf, l'appliquer à une console portable si vastement répandue est une première. Jouer à Mario Kart online, c'est jouer à Mario Kart mais en mieux. Le challenge de la première place crée quelques sueurs froides, d'autant qu'écraser de vrais gens est toujours plus jouissifs que de battre la console. Alors on s'entraîne, on repère les raccourcis et on maximise les victoires pour avoir un classement positif. Quand on arrive dans l'arène de Mario Kart, on peut en effet choisir ses adversaires selon leur situation géographique (continent ou monde) ou par les affinités (amis ou rivaux, ces derniers étant des joueurs ayant le même ratio de victoires que soi). Les courses se font entre 2 et 4 joueurs sur 4 circuits tirés au sort parmi les votes des participants. Pour l'anecdote, les français ont la réputation d'être mauvais joueur : ils quittent la partie quand ils comprennent qu'ils ne finiront pas premier. Bravo.

Une bonne course bien rétro, y'a pas mieux

C'est dans les vieux pots...

Faites chauffer la gomme, Mario Kart DS est un petit bijou. Ses deux types de championnats plongent le joueur dans l'épopée de Mario Kart au fil des ages, reprenant quelques célèbres circuits, mais offre également des circuits inédits du meilleur goût. Les pièges sont toujours au rendez-vous, il faudra ainsi compter sur les boule de flipper, les fleurs piranha et les boules de neige géantes, entre autre. Au milieu de tout cela à chacun de circuler comme il le peut, en balançant ses adversaires dans le fossé à coups de carapaces. Ca va vite, le fun est présent de bout en bout, et chaque course a ses particularités qui font qu'on ne se lasse pas de si tôt. Pour le mode de jeu online, les courses trop alambiquées ont été retirées, ce qui réduit le nombre de circuit à une quinzaine, ce qui est déjà beaucoup. La plupart sont des circuits rétro, et c'est un véritable bonheur que de les retrouver, tout beaux tout propres. Il existe même quelques circuits de Mario Kart: Double Dash !!, ce qui prouve que la console portable en a dans le ventre. Certes, ils sont simplifiés et l'architecture est adaptée, mais l'intention est là. Les objets à récupérer sont également identiques, sauf deux nouveautés : le boulet de canon qui permet de rattraper son retard quand on est au plus bas du classement, et le calamar. Cette saleté particulièrement efficace vous crache de l'encre sur le pare-brise, de sorte que seule la vitesse permettra de s'en défaire, pendant que l'on continue la course à l'aveuglette.

Et j'vis comme une boule de flipper, qui roule, ...

Quand y'en a plus, y'en a encore

Mario Kart DS, c'est surtout des courses. Mais comme on le sait, c'est aussi des batailles de ballons et de soleils : deux classiques où il faut prouver ses capacités de pilotage dans une arène fermée. La nouveauté vient des missions, qui permettent de développer ses facultés de conduite en remplissant des objectifs simples et rapides. Idéal pour progresser à vitesse grand V. Enfin, le multijoueur est redoutablement efficace : une seule cartouche suffit pour jouer jusqu'à 8, et si chacun a sa cartouche le jeu s'élargit. C'est simple et rapide, comme d'habitude. Notons que le style graphique et la technique de conduite de Mario Kart DS est assez proche de l'opus GameCube : les dérapages sont à peu près identiques et souvent indispensables pour gagner, le design des objets est très semblables et la prise en main se révèle identique. Alors quid de l'écran tactile ?

Là, soit on regarde dans les coins, soit on se sert de la carte

Deux écrans, pourquoi faire ?

Hormis lors de la configuration de la connexion Wi-Fi, on n'utilise absolument pas l'écran tactile dans Mario Kart DS. Si certains s'attendaient à pouvoir contrôler le volant du kart par simple touché se mettent le doigt dans l'oeil, à défaut d'écran. Tout se joue entièrement aux boutons, à l'ancienne. En fait, cela permet de tenir correctement la console, vu la dextérité requise pour enchaîner les dérapages turbo et les envois de carapaces. De fait, on remarque les quelques écueils ergonomiques de la console, un chouya trop large et trop pointue des angles. L'utilisation du double écran est cependant originale. En haut, la course, en bas, les informations : carte, position, et grande nouveauté : l'arme des ennemis, en temps réel. Un coup d'oeil sur ce tableau permet d'organiser sa stratégie défensive quand on est premier, et éviter ainsi quelques carapaces à tête chercheuse. Mais gare à ne pas quitter la route des yeux trop longtemps, sans quoi les adversaires auront vite fait de vous rattraper !
Les Plus
  • Le online : addictif, puissant et sans limite, une réussite
  • Multijoueur possible avec une seule cartouche
  • Les circuits rétro mêlés aux circuits inédits
  • L'esprit et l'univers Mario Kart
  • Tous les petits "plus" du jeu liés à la conduite
  • R.O.B. est de retour !
Les Moins
  • Un poil trop vite fini en solo
  • Les problèmes liés aux connexions Wi-Fi (cf lien résolution des problèmes)
  • 'Seulement' 4 joueurs online
  • Pas de chatroom pour le multi