FIFA 15

07 oct. 2014
Testé par sur
Disponible sur
2

Fidèle mais pas courageux

FIFA 15 est de nouveau un bon jeu, avec des qualités certaines et un réalisme de plus en plus poussé. Mais pour cette nouvelle année, pas de réelle grosse surprise ni de nouveauté décapante. Le jeu souffre même de défauts plus importants que les anciens épisodes, notamment à cause de la nouvelle IA des gardiens et de celle des arbitres. Un épisode que vous pourrez aimer sans nul doute, mais qui ne fera pas la différence dans la guerre entre les deux franchises footballistiques. Une sorte de grosse mise à jour plutôt qu'une réelle nouveauté. À acheter si vous ne possédez pas l'opus précédent.

Le championnat a déjà repris depuis le mois d’août. Alors que le PSG et l’OM bataillent pour la première place, avec les girondins comme arbitre, il est grand temps pour vous de rechausser vos manettes pour la nouvelle bataille FIFA / PES, qui tient en haleine les sportifs sur console. Cette année, FIFA a la chance de pouvoir ouvrir le bal, mais EA saura-t-il en profiter ?

L'historique

FIFA 14 était le premier épisode destiné aux consoles next-gen tout en gardant la compatibilité avec l’ancienne génération. Le nouveau moteur graphique utilisé pour cet épisode a fait merveille et il faut le dire : FIFA 14 était une réussite, avec en plus pour la première fois des supporters qui prenaient vie. Cependant, le passé vous a aussi apporté son lot de mauvaises surprises et de stagnation entre deux épisodes. Bref un nouveau FIFA, c’est un peu comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais vraiment sur quoi on va tomber de nouveau. Et FIFA 15 ne déroge pas à la règle.

Les graphismes ont légèrement progressés.

Le principe

FIFA est le football sur console depuis quelques années. Rien de plus, rien de moins. Vous retrouvez tous les ingrédients des succès passés en un peu plus beau, un peu plus dynamique et un peu plus réaliste. Si les stades, les stadiers et autres acteurs secondaires ont vu leur qualité croître de manière significative, il n'en va pas de même pour les joueurs. Effectivement, les grosses équipes ont vu le rendu s'améliorer, mais faire un match FC Tour - FC Nantes vous replonge dans les années précédentes, c'est-à-dire avec des têtes floues. En terme de jeu, pas d'innovation non plus. Une petite régression même, puisque les joueurs moyens voient leur niveau chuter (faire un bon contrôle et enchaîner sur une course relève de l'exploit) alors que les mieux notés jouent comme des dieux.

À cela s'ajoutent tout de même quelques éléments nouveaux. Le plus fragrant à l'œil est sans aucun doute l’ajout de plans de caméra qui font de plus en plus penser à ceux visibles sur Canal+ ou TF1. Ces plans ont cependant tendance à ralentir le rythme des matchs. Le second ajout, qui est probablement l'ajout majeur de cet épisode, vient de la mise en place d’un système d’émotivité. N’allez pas penser que les 22 acteurs vont se mettre à pleurer en repensant à Titanic mais les actions, les réussites et les échecs pourront galvaniser vos joueurs (et les supporters). Prenons un exemple concret : un joueur milieu offensif, qui réussira une feinte puis deux, aura plus facilement un contre favorable et réalisera plus aisément le drible suivant (dans une certaine limite). À l’inverse, un gardien qui aura fait une boulette sur un but sera dans de bonnes conditions pour en prendre un second. FIFA 15 se voit aussi doté d'un système de dégradation du terrain bien venu. Il faut aussi ajouter un réel problème d'arbitrage qui ferait passer le l'arbitrage du championnat de L1 pour du haut niveau. Entre petites fautes imaginaires et tacles assassins, tout est sifflé mais dans le mauvais sens. Bref, c'est beau ! Ça pourrait être bon s'il n'y avait pas autant d'erreur d'IA ! Et en plus, ça ressemble beaucoup à l'ancien épisode, trop sans doute.

Le public est plus vivant que jamais. Il est le douzième homme !

Le multi

Bien évidemment, vous retrouvez des parties endiablées en local et en ligne (car que serait FIFA sans son multi ?) mais il n'y a pas que cela dans FIFA, et FIFA 15 n'est pas dépourvu d'intérêt. D'ailleurs bonne nouvelle, FIFA 15 voit le retour du mode compétition. Accessible en local ou en ligne, celui-ci vous permet d'affronter vos amis dans des tournois prédéfinis avec leurs équipes favorites. Ce mode de jeu était absent depuis quelques temps maintenant. Vous retrouvez bien évidement aussi le jeu de cartes à collectionner FUT qui vous permet de créer votre équipe de rêve au fil des matchs. Cette année, les joueurs Microsoft ont en plus la possibilité d'y intégrer les joueurs de légendes. Ce mode de jeu a donc encore quelques belles années devant lui. FIFA 15 est toujours aussi complet et un peu plus riche que ses prédécesseurs.

Pour qui ?

Le public visé par ce FIFA 15 est sans surprise les amateurs de foot et de jeux de foot. Il se destinera cependant plus aux joueurs qui n'auraient pas fait l'acquisition de FIFA 14 sur One ou PS4, notamment par son manque d'innovation global.

La nouvelle IA des gardiens est assez inégale.

L'anecdote

FIFA 15 a notamment vu pour amélioration une nouvelle IA des gardiens. Les passoires lors de tirs aux 16 mètres devaient donc laisser place à des gardiens de qualité. Cependant dès le match d'ouverture, j'ai pu vérifier la limite de ce système. Si effectivement les tirs de loin ont fait du gardien une légende qui plonge sur tous les ballons, lors des duels en face à face, le constat est bien différent. Les petits lobes et les grands ponts sont autant d'appels aux erreurs et à l'auto-goal. Tout est décidément loin d'être parfait.
Les Plus
  • Le public vivant
  • Toujours plus proche de la réalité visuellement
  • L'émotivité qui rapproche du sport
  • La dégradation du terrain progressive, surtout lorsqu'il pleut
Les Moins
  • Toujours des défauts qui trainent depuis quelques épisodes
  • L'IA des gardiens inégale
  • L' arbitrage souvent à côté de la plaque

À propos de l'auteur

Si kharg était un jeu vidéo, il serait sans doute un jeu de rôle, un peu long au démarrage, rébarbatif dans tous ces abords et surtout où il faudrait chercher dans tous les coins pour trouver les trucs sympas. Un peu à l'image de Final Fantasy VII en réalité.

Ses derniers articles :