Abyss Odyssey

05 oct. 2014
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Atlus
  • Développeur ACE Team
  • Sortie initiale 14 juillet 2014
  • Genres Action, Plateformes

Quand nécromancie et chronophagie vont de paire

Abyss Odyssey est foutraque, oui. Son gameplay se recentre sur l'essentiel mais sa jouabilité pêche par manque de finition. Les décors changent mais le level design semble cloné d'un palier à l'autre. De plus, pour un rogue-like la difficulté de base est faible. Malgré tout, un charme inespéré se dégage de cet ensemble. L'association d'un background réussi à un style tout à fait original et un gameplay classique mais perfectible vous retient des heures durant. Alors, pourquoi bouder son plaisir et ne pas tenter l'aventure ?

Abyss Odyssey, dernier né du studio ACE Team papa de Zeno Clash entre autre, joue dans la cour ô combien estimée du rogue-like. Forcément, les développeurs opèrent avec un style bien à eux. Pour en savoir plus, descendez les étages de ce test.

L'histoire

1890, Santiago du Chili. Des trous béants apparaissent à la surface de la terre. Des monstres étranges émergent de ces cavités et s'attaquent aux humains. Des soldats descendent dans l'abysse pour mettre fin à cette situation. Mais nous sommes dans une réalité éthérée, née des songes d'un nécromancien, où vous incarnez Katrien, le moine fantôme ou Pincoya. Ces trois héros émanent du rêve du fauteur de trouble, à vous de les incarner pour le battre. Et pour cela il faudra atteindre le fond du gouffre créé par magie en terrassant taureaux dorés, femmes-biches, squelettes mariachis, liches, golems, hommes-paons, etc. Dans une ambiance emprunt de féerie, style art-nouveau, légendes d'Amérique du Sud et fantasy se mêlent à la perfection.

Les doubles maléfiques des personnages contrôlables vous barrent le chemin.

Le principe

Après cette entrée en matière pour le moins déroutante, vous reprenez vite vos marques. Surtout si vous êtes familier du genre rogue-like. En effet, le gameplay de ce jeu arbore un aspect classique : trois héros, trois façons de jouer. Des niveaux conçus aléatoirement, des monstres et des trésors en pagaille. Vos attaques s'enclenchent avec la touche X du pad Xbox 360. B pour parer et Y combinée aux touches de déplacements pour les attaques spéciales. Vous avez à choisir trois attaques spéciales associées à des atouts en attaque, en défense ou en mana. Ce dernier attribut n'est pas utilisé de manière classique. En effet, remplir votre jauge de mana vous octrois l'avantage d'une attaque puissante ayant pour but la capture des monstres ! Vous pouvez avoir un seul monstre dans votre inventaire invocable à tout moment pour vous remplacer, et qui possède ses propres attaques et sa propre barre de vie. La capture de monstre se déroule comme dans un Pokémon : il faut l'affaiblir avant de l'attraper.

Mais les monstres ne sont pas vos meilleurs alliés. Les soldats descendus dans la brèche prennent le relais : une fois que vous mourrez, c'est l'un d'eux que vous contrôlez suivant le héros choisi. Vous nous direz que ce système facilite les choses. Oui mais une fois le soldat mort, vous perdez toute votre progression dans l'abysse. A moins d'avoir acheté et enclenché des jetons de camps, activables à certains étages. Vous explorez de surcroît trois tunnels différents, qui vous mènent tous au boss. Seul le chemin varie, suivant la difficulté de la zone. Pour éviter certains points difficiles vous bifurquez entre les tunnels. Pour accéder au boss, cela est primordial : les monstres sont très nombreux dans certaines zones.

Jouer à deux c'est un peu brouillon.

Le multi

Deux modes sont proposés en multijoueur : le coop et le versus. Dans ce dernier vous affrontez trois autres joueurs incarnant un des monstres ou un des héros aux choix. En coopération, le but est le même qu'en solo mais avec une aide supplémentaire contre les monstres plutôt coriaces. Malheureusement, durant les premiers jours de sortie du jeu, le friendly fire était enclenché. Comme les combats peuvent vite devenir brouillon, il n'était pas rare de massacrer son allié en lieu et place des bêtes infâmes peuplant l'abysse. Le problème fut rapidement réglé, sur la version PC tout du moins. Cela rend les choses un peu trop aisées, et il est conseillé d'activer le mode de difficulté le plus élevé.

Les phases de plateforme peuvent être compliquées.

Pour qui ?

L'ambiance enivrante mêlée au plaisir intrinsèque du rogue-like plaira à plusieurs d'entre vous. Le plaisir de jeu est tout de même entaché par une maniabilité approximative, assez lente, peu adaptée au genre. Les développeurs l'ont bien compris et mettent régulièrement à jour la maniabilité et le contenu du jeu. Ainsi un mode cauchemar a été rajouté pour les plus courageux. Il faut dire que la difficulté de base laissait à désirer.

Les dialogues avec les PNJ surprennent par leur esthétique.

L'anecdote

Ah ! Oui un rogue-like peut être frustrant (Rogue Legacy m'a fait souffrir bien des fois). Dans celui-ci les ennemis jonglent avec votre personnage, ils se passent votre personnage jusqu'à ce que mort s'en suive. Alors, quelle est l'origine de cette mauvaise manie ? Une soudaine passion footballistique post-Coupe du Monde ?
Les Plus
  • Une ambiance et des graphismes superbes
  • Une bande-son agréable
  • Chronophage, progression jouissive
  • Implémentation du mode cauchemar
  • La vitesse de retournement des personnages corrigée par la version 1.01
Les Moins
  • Le système de défense raté
  • Une phase de plateforme brouillone