Knack

10 janv. 2014
Testé par sur
Disponible sur
2

Ne se finit pas en un tour de main

Dommage pour ce petit bonhomme de blocs de pierre, Knack ne parvient pas à nous tenir la main au fil du jeu. Car certes, si le game over n'existe pas, si le joueur est tout le temps poussé à avancer, les quelques maladresses inhérentes au système de combat vous font contrôler un personnage bancal, parfois surpuissant, parfois trop faible pour passer un piège de flèches sans mourir immédiatement. Si la volonté était de faire un jeu accessible, le contrat n'est pas rempli. À moins de jouer à deux pour enfin avancer d'une traite et s'amuser au passage.

Marre des jeux open world ? Envie de suivre un aventure simple, en ligne droite, trouver des petits trésors cachés, battre vos ennemis avec deux boutons ? Eh bien Knack se présente à vous comme la solution toute trouvée. Le tout dans un univers graphique mignon, dans un monde si proche du nôtre et si différent à la fois. Ceci dit, ne vous fiez pas aux apparences...

L'histoire

Vous voilà dans la peau de Knack, un mystérieux petit personnage composé d'un orbe et de reliques, qui, assemblées entre elles, forment le corps du petit héros. Sur une planète semblable à la Terre, la population cohabite avec une culture laissée par un ancien peuple totalement inconnu, dont les reliques sont le principal leg. De l'autre côté de la planète, les gobelins, plutôt stupides et peu évolués, commencent à acquérir une technologie de plus en plus poussée. Qui leur a mise entre les mains ? C'est une des premières questions qui motive l'histoire, tandis que vous partez sur leurs traces avec une équipe de choc. Au fil des quelques dialogues qui ne manquent pas d'humour gentillet, vous en apprendrez un peu plus sur ce monde et ses habitants.

Vilains gobelins

Le principe

Knack est composé de reliques mais sa forme n'est pas unique. En effet, plus il en absorbe, plus il grandit. De petit comme un nourrisson jusqu'à grand comme un ogre, Knack varie ainsi de taille et de force, selon qu'il trouve des reliques pour grandir... Ou redevient plus petit s'il se prend des baffes en se battant. Véritable beat'em all pour enfants, dans Knack vous scruterez toute caisse ou éboulis de reliques à chaque recoin au fil des niveaux, pour éviter de vous retrouver tout petit et faible face aux ennemis. Suivant une aventure plutôt linéaire, vous affrontez des ennemis plus redoutables qu'il n'y paraît. Car si souvent deux à trois coups suffisent pour en venir à bout, vous vous étonnerez de l'étrange difficulté de certains passages. Très concrètement, certains ennemis n'ont besoin que d'un coup fatal pour vous mettre K.O. et vous faire donc recommencer le dernier tronçon de jeu, même si Knack a déjà une bonne taille. Une fois, passe encore, vous avez mal esquivé le coup ; mais au bout de cinq fois de suite, seul votre ego vous pousse à persévérer. De plus, il n'y a pas de possibilité de contrer les coups, uniquement de les esquiver avec le stick droit ; le héros a alors un mouvement rapide mais est ensuite affublé d'une inertie telle que l'ennemi a le temps de reprendre le dessus et vous exploser en mille morceaux, à la manière des jeux Lego. Aïe, avancer dans ce jeu se révèle parfois plus pénible qu'amusant.

Petit Knack deviendra grand

Pour qui ?

Avec une motivation solide comme un roc, vous parviendrez non sans peine au bout de cette aventure qui avait pourtant l'air si guillerette. Censé attirer le jeune public vers la PS4, il faudra régler la difficulté sur "facile" pour ne pas voir les plus jeunes (et même les moins jeunes en fait) rester incrédules face à leur Knack réduit en miettes à n'importe quel moment. Un jeu qui met les nerfs à rude épreuve et qui aurait su trouver un intérêt plus fort si la difficulté saisissante apparaissait progressivement. Pourtant, l'idée du personnage qui grandit à différents moments, symbolisant le passage de l'enfance à l'âge adulte en passant par l'adolescence, appuyé par un doublage français des plus réussi, avait tout pour séduire. Visuellement correct sans servir de démonstration des prouesses de la nouvelle console de Sony, Knack laisse un petit goût amer en bouche, comme si vous croquiez dans un bonbon alléchant au goût de désagréable. Finalement, la force du jeu réside en fait dans son mode coopératif : à deux joueurs, vous voilà suffisamment armés pour aller battre ces elfes et autres ennemis peu variés. Voilà de quoi rassurer un enfant désemparé devant ses K.O. à répétition, tout en l'accompagnant dans cette aventure.
Les Plus
  • Rien de neuf, mais l'univers est globalement séduisant
  • Le coop
Les Moins
  • Pas le jeu le plus beau de PS4, mais un beau jeu PS3
  • La difficulté qui joue au yo-yo
  • Une aventure un peu monotone par moments