Killzone : Shadow Fall

27 janv. 2014
Testé par sur
Disponible sur
4

Killzone embrase la PS4

Réussi, c'est le moins que l'on puisse dire de cet opus Killzone. Même si la licence est un succès depuis trois générations de PlayStation, Guerrilla Games a su garder la tête froide et assurer le lancement de la PS4 avec un titre graphiquement éblouissant et plus qu'honnête dans sa campagne solo. Une aventure à vivre, malgré un scénario parfois un peu décousu ou manquant de profondeur et un OWL très réussi mais à l'utilisation un peu éparse au cours du jeu... Notamment pour la tyrolienne, qui ne trouve son utilité que dans quelques missions, là où l'on aurait pu s'attendre à l'utiliser davantage pour explorer les niveaux. Cependant, malgré une progression linéaire, différentes approches sont possibles, de la discrétion à la boucherie, même si cette dernière option se révèle bien souvent la moins efficace.

Exclusivité à la PlayStation 4, Killzone : Shadow Fall est poussé par Sony dans les mains des joueurs pour se familiariser avec la console. En général, la méfiance prime quant aux titres constituant le line-up d'une console nouvelle génération. Et pourtant ce FPS a tous les atouts pour éblouir le quidam, de par ses graphismes ou la nervosité de son gameplay, et se révèle être un titre indispensable à tout possesseur de PS4.

L'histoire

À la fin de Killzone 3, les Hellgasts voient leur planète détruite par les terriens. Contraints à fuir à bord de leurs vaisseaux, ils échouent en catastrophe sur la planète Vecta, alors occupée par les terriens. Une trêve laisse la moitié de la planète aux Hellgasts, tandis qu'un mur est construit, ceinturant la planète. La prise en main du jeu démarre sur ces quelques notes : vous êtes un jeune enfant en territoire cédé aux Hellgasts et suivez votre père pour vous échapper à temps. Puis trente années passent et votre carrière militaire en tant que Shadow Marshall vous a parachuté plus d'une fois au-delà du mur. Cette fois-ci, les circonstances des premières missions laissent sous-entendre une invasion de Vecta par l'ennemi...

En tyrolienne, je vais me payer ce garde à mon arrivée.

Le principe

En tant que Shadow Marshall, vos missions vous contraignent à avancer seul, dans l'ombre et en territoire ennemi. Vous avez ainsi l'occasion d'explorer la partie terrienne de Vecta, chatoyante et colorée, en pleine nature ou au sein de la capitale. Vous serez également en mission dans une station spatiale abandonnée, flottant parfois dans les airs le temps de réactiver la gravité. Mais vous serez pour la majeure partie du jeu en infiltration chez les Hellgasts, triste monde nuageux et industriel, tantôt prisonnier, tantôt soldat en cavale. Chacun de ces espaces dégage un univers particuliers, une ambiance qui lui est propre. Pour vous aider dans votre aventure, vous disposez d'un drone de combat des plus pratiques : l'OWL. Au toucher sur le trackpad de votre manette PS4, vous pouvez lui assigner un ordre : attaquer l'ennemi, créer un bouclier, lancer une tyrolienne, vous injecter de l'adrénaline ou hacker les terminaux ennemis. Pour éviter par exemple que des soldats Hellgasts se ruent sur une borne SOS censée rameuter leurs petits camarades, prenez soin de la pirater avant.

Votre vie ne tient qu'à un fil.

Les graphismes

Au cour des différentes missions, vous serez surpris de vous arrêter en pleine progression pour tout simplement admirer ce que vous avez en face de vous. Les décors, qu'ils soient en espace fermé ou ouvert à perte de vue, sont littéralement bluffants. À en devenir presque une démonstration des prouesses de la PS4, ce qui justifie que Sony propose le jeu en pack de lancement. Certaines missions sont introduites par un long travelling qui se révèle ne pas être une cinématique mais bel et bien une séquence de jeu. Ou lors de missions plus calme - notamment à l'arrivée côté Hellgast en tant que prisonnier -, vous prenez le temps de contempler le triste panorama, mais aussi les armures de vos ennemis et chaque recoin du ponton. Un peu plus tôt à Vecta City, ce sont les immeubles, fontaines, passants qui vous feront presque instinctivement appuyer sur la touche "share" de votre manette pour immortaliser la scène. Notez que toutes les images de ce test sont des captures réalisées par nos soins.

On ne peut plus rien pour lui.

Le multi

Le mutlijoueur est tout à fait accessible aux novices, de par une progression simple et des objectifs tout à fait atteignables avec les armes de base. Différents modes des plus classiques accompagnent le titre, comme le deathmatch seul ou en équipe, la capture d'objectifs... Un mode propose quant à lui de découper la séquence de jeu en plusieurs sous-modes : tantôt capture de drapeau, tantôt garde de la mallette, etc. Ce qui rythme un peu le tout. Le mutli de Shadow Fall est sympathique et nerveux et permet de garder un contact avec l'univers du jeu pour ceux qui n'auraient pas le courage de le recommencer avec un mode de difficulté supérieur, par exemple. Mais sans plus. D'autres concurrents de haut niveau se battent la domination du multijoueur sur PS4, notamment Battlefield 4 ou même des free-to-play disponibles dans le Store PSN, comme Blacklight : Retribution.

Il y a quelqu'un ?

L'anecdote

Bien évidemment les missions sont variées. Vous avez également la variété des armes, terriennes ou Hellgastes. La mission dans la station spatiale abandonnée où vous ne croisez pas âme qui vive a un vague écho de Dead Space, surtout si vous prenez le soin de comprendre ce qui s'est vraiment passé ici en cherchant les mémos abandonnés. Et tout comme les missions sur Vecta reflètent bien le surnom d'Eden qu'a cette planète, le versant Hellgast ressemble à l'enfer sur Terre, ultra industrialisé et terriblement déprimant. Ce sont ces ambiances qui ne vous feront que difficilement lâcher la manette. Le scénario semble presque moins important comme fil rouge que ce qui se dégage des environnements dans lesquels vous progressez. Jusqu'à la dernière mission après le générique, que vous aurez presque envie de faire durer le plus possible pour grappiller quelques miettes de cet univers si particulier.
Les Plus
  • Sortez les appareils photo, il y a des panoramas à perte de vue
  • À chaque mission son ambiance
  • L'OWL, plus qu'un gadget, un atout de combat
  • Votre camarade Echo
  • La mission qui vous fera traverser Vecta tendu à une corde
Les Moins
  • Un scénario classique sur fond de revanche et d'honneur
  • Des ennemis un peu trop bêtes, il faut joueur en hard pour avoir de vrais combats