Batman : Arkham Origins Blackgate

09 janv. 2014
Testé par sur
Disponible sur
2

Bat-metroidvania ?

À l'instar de Ready at Dawn sur PSP, Armature est un studio de gens talentueux qui maîtrisent l'aspect technique de la Vita à la perfection. Batman : Arkham Origins Blackgate est beau, fluide et offre une version 2.5D de la série Arkham d'une grande fidélité. Mais ce type de gameplay n'est pas adapté à une portable et nuit énormément à l'intérêt du jeu. Tout ce qui faisait le charme de la série de Rocksteady devient ici poussif. La structure ouverte à la Metroid n'arrange pas nos affaires puisque Batman doit se livrer à des allers-retours incessants à travers le pénitencier de Blackgate. Le savoir-faire est là mais il serait temps de laisser le studio travailler sur ses propres projets.

Les grosses sorties sur consoles de salon sont toujours accompagnées par des spin-off portables. Incapable d'offrir le même gameplay pour des raisons diverses (puissance, contrôles), ces jeux s'apparentent à des effets de bord cherchant à surfer sur la vague du grand frère. En associant Batman et la Vita, le studio Armature tente de relever le niveau et de reste fidèle à la licence Arkham. Une fausse bonne idée ?

L'histoire

Six mois se sont écoulés depuis les événements d'Arkham Origins. Mais pas le temps de prendre des RTT pour Batman puisque cette fois c'est Blackgate qui est en flammes. Abritant tous les plus beaux fils de salaud de Gotham, le pénitencier est maintenant contrôlé par ses détenus et le personnel est réduit en otage. L'objectif est donc assez simple pour le justicier masqué : arrêter le Joker, Blackmask et le Pingouin, les trois leaders de l'insurrection afin de mettre un terme aux émeutes. Histoire d'équilibrer les forces en présence, Catwoman est également de la partie et sert de contact radio à Batman pour lui offrir informations diverses et soutien moral. Bien sûr, les troubles qui secouent le pénitencier ne sont pas le fruit du hasard et une bonne vieille conspiration gouvernementale pointera le bout de son nez au fil de l'aventure. Silence et bouche cousue puisque le scénario est très sympathique et permet de vous tenir en haleine. Illustré par de nombreuses scènes animées, Blackgate offre plein de clins d’œil à des personnages secondaires peu habitués à être sous les bat-projecteurs.

Grande absente d'Origins, Catwoman occupe un rôle central dans cet épisode.

Le principe

Batman : Arkham Origins Blackgate est un jeu d'action-aventure en vue de côté en 2.5D. Le système de progression et le level design sont identiques à n'importe quel Metroid ou Castlevania portable. Batman débloque de plus en plus de parties du pénitencier en trouvant de nouveaux gadgets, eux-mêmes éparpillés aux quatre coins de Blackgate. Le level-design est organisé en trois régions distinctes, chacune dirigée par un boss différent. Le gros problème de ce type de structure est la nécessité de faire des allers-retours en permanence. Ici, pas de téléporteurs à la Castlevania donc obligation de retraverser chaque zone à pied. Le système est aberrant et nuit à une grande partie du plaisir de jeu. Le gameplay lui-même est exactement le même que dans la série Arkham mais en deux dimensions. Résultat des courses, le combat est très terne, les phases prédateurs bien moins intenses et les séquences de plate-forme sont poussives au possible. Prendre des libertés avec le système original aurait été bienvenu. La progression à base de gadgets tous plus high-tech les uns que les autres et le panel d'options disponibles restent surprenants pour un jeu portable. Le jeu est également de toute beauté.

Les séquences prédateurs sont aussi présentes mais en rotation.

Pour qui ?

L'un dans l'autre, Batman : Arkham Origins Blackgate rappelle beaucoup Castlevania : Mirror of Fate. Un principe solide mais terriblement peu inspiré. Par conséquent, il est très difficile de le conseiller à d'autres personnes que les fans de la série ou les accros aux metroidvania.

Les graphismes exploitent bien les capacités de la Vita.

L'anecdote

La vision détective était l'une des bonnes idées de la série Arkham. D'une simple pression de bouton, il devenait possible de repérer tous les endroits importants d'une pièce. Cet élément est également présent dans Batman : Arkham Origins Blackgate mais son intégration est opposée à toute logique humaine. Il faut en effet toucher du doigt l'écran afin de scanner (pendant plusieurs secondes) les éléments d'une pièce. Pour ajouter au comique troupier, cet aspect est obligatoire pour décrocher les échelles ou les systèmes de sécurité.
Les Plus
  • Joli et fluide
  • Une histoire intéressante
  • L'adaptation fidèle de la série Arkham
Les Moins
  • Rébarbatif
  • Les fonctions Vita handicapantes
  • Un level-design foutraque