Jett Rocket II : The Wrath of Taikai

17 déc. 2013
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Shin'en
  • Développeur Shin'en
  • Sortie initiale 13 novembre 2013
  • Genres Action, Plateformes

Les bonnes recettes font-elles les meilleurs jeux ?

Jett Rocket II est l'un de ses jeux sympathiques qui ne payent pas de mine derrière des allures bateau mais qui permettent aux amateurs du genre de s'amuser et de relever des défis. Avec les bons éléments pris un peu partout, les différents niveaux en 2D se parcourent avec un véritable plaisir non dissimulé. Les niveaux en 3D sont plus problématiques mais n'empêchent pas la bonne évolution. Un très bon rapport qualité prix pour un jeu sympathique.

Nous l'oublions bien souvent mais le Nintendo e-shop a lui aussi le droit a ses exclus. Jett Rocket II fait parti de ses jeux qui ne font pas parler d'eux mais qui ont pourtant le mérite d'exister et surtout a un prix abordable. Alors, bonne idée ou jeu gâché ?

L'histoire

Jett Rocket II est la suite d'un jeu sortie sur le Wiiware en 2010. Nintendo a reconduit la même équipe, Shin'en, suite à la bonne critique du premier volet. Pour faire bref, car nous pouvons difficilement faire long, vous incarnez Jeff, le shérif de Yoroppa, qui doit sauver ses amis robots du grand méchant Taikai. C'est sans intérêt et l'égal d'un Mario à peu près, mais l'aventure en plateforme se construit souvent sans réel scénario. Vous l'avez compris, la trame scénaristique ne sert qu’à introduire des zones, le tout pour un jeu plutôt court, à savoir cinq heures. Il vous faudra une bonne heure de plus pour le 100% mais la durée est très correct pour un jeu vraiment pas cher, environ 9€.

Les niveaux en 2D proposent un vrai challenge.

Le principe

Jett Rocket II utilise toutes les bonnes recettes des jeux de plateformes existants. Entre Megaman, les vieux Mario, Sonic ou Ratchet & Clank, les références sont nombreuses et habillement utilisées. Dans les niveaux en 2D, vous trouvez un esprit old school bien pensé qui permet d'alterner entre phases d'action, d'attaque et de réflexion saut assez prenantes. Il s'agit sans aucun doute du point fort de ce titre. Les niveaux en 3D sont plus complexes, dû notamment à une caméra capricieuse qu'il faut trop souvent aider. Là aussi, les niveaux vous rappelleront Mario dans les épisodes 3DS. Entre chaque chapitre, vous avez le droit à une petite phase de jeu marrante, même si accessoire, de jet ski ou de parachute, qui permet de rendre le jeu un peu plus amusant. Il est à noter aussi la présence de Boss qui suivent des mécaniques propre à chacun mais dont la difficulté est proche de celle des Bowsers, sans grand intérêt donc.

Des mini-jeux entrecoupent les chapitres, mais sans grand intérêt.

Pour qui ?

Jett Rocket II n'est pas un jeu restrictif. La difficulté est croissante avec le temps de jeu, ce qui permet une bonne adaptation aux niveaux et aux éléments. Pas de besoin d'être ultra précis car Jeff ne court pas vite, ne saute pas haut et donc pas besoin de jouer avec un timing serré. Bref, il s'adresse à tous ceux qui aiment les jeux de plateforme 2D avec un minimum de challenge.

L'anecdote

Comme dans les Marios de la grande époque, certains passage nécessitent des vies, beaucoup de vies pour espérer passer et acquérir les mécanismes de bases du jeu. Jett Rocket II m'a fait enrager et poser la console bien souvent et dire des noms d'oiseaux par moment, et cela dès le quatrième niveau. Et ce n'est pourtant pas dans mes habitudes !
Les Plus
  • L'alternance des niveaux 2D et 3D
  • Les niveaux 2D bien construits
  • Le prix très abordable (inférieux à 9€)
  • Le challenge dans les niveaux
Les Moins
  • La caméra capricieuse en 3D
  • Les boss superflus
  • Jeu assez court, meme si facilement rejouable