The Guided Fate Paradox

02 nov. 2013
Testé par sur
Disponible sur
3

Un ange passe sur nos voeux

The Guided Fate Paradox est avant tout un jeu de niche. Réservé aux joueurs anglophones, certains mécanismes de répétitions des donjons calmeront en grande partie les autres qui auraient pu loucher dessus. Cependant, l'univers est travaillé et c'est avec un certains plaisir que vous revisitez des histoires connues. Le level design dont le brouillard est l'élément négatif, comble parfaitement les attentes. Bref, un bon jeu pour les joueurs qui aiment les donjons RPG et les jeux estampillés NIS America.

Les donjons RPG ne sont pas nombreux à arpenter nos contrés européennes. Alors quand l'occasion se présente, vous retrouvez NIS America aux commandes d'un jeu à leur image. The Guided Fate Paradox s'offre à vous amateur de manga et de RPG pour une aventure qui se promet divine. Ayez la foi chers lecteurs, vos prières seront exaucées.

L'histoire

Renya est un lycéen de 17 ans des plus malchanceux. Si la loterie ne lui a jamais souri, elle va cependant lui apporter le plus grand des titres, celui de Dieu. Accompagné de Lilliel, votre ange personnel, vous allez devoir exaucer les prières des humains et dieu seul sait qu'elles sont nombreuses. Grâce à une machine assemblée à Célestia, les vœux prennent la forme de donjons que vous allez devoir parcourir avec votre servante puis avec les autres anges et leurs pouvoirs. The Guided Fate Paradox a l'avantage de présenter un scénario digne des mangas actuels, avec les tenues de servantes légères et les comportements adéquates. Les interrogations du jeune héros, des anges et des humains portent la réflexion sur les évènements de notre monde. De plus, l'apport des légendes telles que Cendrillon ne cesseront de venir améliorer le fil de la progression. Si le jeu est bon, les dialogues présents entre chaque étage viennent malheureusement couper le rythme de la progression par leurs longueurs.

Pirate, il nous a volé notre recette !

Le principe

The Guided Fate Paradox est un donjon RPG de très bonne réalisation avec une ressemblance aux Disgaea assez frappante. Vous allez donc explorer une multitude d'étages de donjons, en fritant tout ce qui bouge et en évitant les pièges. Chaque étage est conçu comme un jeu de plateau ou vous évoluez case après case. Les ennemis, visibles à l'écran, peuvent vous voir arriver sauf s'ils dorment dans leurs coins. En approchant d'un ennemi vous passez en mode combat ou chaque déplacement équivaut à une action. Il est donc difficile de passer derrière l'ennemi sans prendre trois attaques au passage. En plus d'attaques classiques, vous disposez de Divine Skills qui permettent de faire plus de dégâts. Ils sont propres à chaque arme et chaque arme modifie l'apparence de votre dieu. NIS a instauré un système dit de "burst" qui une fois la jauge de ce nom pleine, diminue les dégâts, mais rend l'arme améliorable par le forgeron. Un peu plus tard les armes peuvent être fusionnées. Les boutiques de Celestia sont pour le coup assez variées : magasin d'items, forgeron, magasin pour changer le nom de vos armes, magasin de musique, recueil de connaissances. Un ensemble très correct qui donne envie d'avancer de donjon en donjon. Il est à noter qu'une fois sorti d'un donjon, vos niveaux retombent à zéro mais vos statistiques de bases sont améliorées.

Des tenues de servantes, des mini jupes et des couleurs flashy, pas de doute, c'est un manga !

Pour qui ?

En réalité, le plus gros défaut de The Guided Fate Paradox est aussi sa plus grande limite. En effet, pour apprécier à sa juste valeur le titre de NIS, il vous faudra un très bon niveau en anglais. Une fois cette barrière franchie, il faut dire que le style a ses fans et que malgré un niveau accessible, seul ceux-ci arracheront la vérité aux anges.

Le héros dispose d'un sphérier assez semblable à celui des Final Fantasy.

L'anecdote

Lorsque j'ai lancé le jeu, je ne savais pas vraiment où je mettais les pieds, même si je me doutais du résultat connaissant le travail de NIS. Je commence donc ma partie, du bla bla en anglais qui m'oblige à réviser bien vite mes vieux courts. Quand tout à coup, présentation des différents anges, et là, la constatation est sans appel : des animaux personnifiés, des tenues de servants pour les anges, un ange à forte poitrine qui veut absolument laver le nouveau dieu que vous êtes. Pas de doute, c'est un manga japonnais...
Les Plus
  • Les doublages japonnais, un régal
  • Un univers coloré et sympathique
  • Le système d'évolution complet et abordable
  • Une difficulté accessible, malgré les boss
  • Les musiques d'ambiances qui collent parfaitement au thème
Les Moins
  • Les doublages anglais mauvais et pas de VF
  • Le brouillard qui occupe plus du tiers de l'écran dans les donjons
  • Mourrir dans un donjon signifie perdre tous ses items