Lost Planet 3

30 sept. 2013
Testé par sur
Disponible sur
3

A la découverte d'étendues sauvages

Lost Planet 3 aurait sans doute mérité un peu plus de gestation, si ce n'est un changement de génération. Sans démériter complètement, surtout par une ambiance soignée et quelques bonnes idées, les graphismes et le scénario trop convenu plombent un peu l'intérêt du jeu. Lost Planet 3 aura sans doute du mal à trouver ça place dans votre salon, mais à l'occasion faîtes-y un petit détour. Avec un peu de chance, vous pourriez vous y perdre.

De nos jours, qui parle de "jeu à succès" entend souvent "une suite moins bonne". Cette année a encore été riche en pseudos déceptions. Dans cette période charnière où tout le monde attend la nouvelle génération de consoles, Capcom nous propose Lost Planet 3, avec l'idée originale de revenir sur les origines de la série. Doit-on pour autant craindre le pire ?

L'histoire

Jim peyton est un vieillard mourant sur une planète isolée, coincé sous un rocher suite à un éboulement. Sur son lit de mort, il va procéder au récit de son histoire ainsi que de ses mauvaises actions. De son arrivée sur une planète désertique et hostile à son adaptation au milieu, vous allez vivre les hauts et les bas d'un homme parti loin de sa femme et de son fils pour une expédition fort dangereuse. La société NEVEC, commenditrice de l'étude, projette d'exploiter l'énergie qui coule dans les veines des créatures hostiles et du sous sol de la planète. Vous avez même pouvoir vivre cette relation a distance par de courte vidéo. Un des points positifs de Lost Planet 3 est son ambiance de jeu même si celle ci rappelera parfois d'autres jeux tel que Dead Space 3. Les balades dans les étendus glacées, ou l'exploration de caverne, ainsi que les pauses au camp, participe grandement à l'intérêt du jeu et à l'immersion.

Les conversations vidéo aident à comprendre la psychologie du personnage.

Le principe

Dès les premiers instants de jeu, vous comprenez vite que le point fort de Lost Planet 3 n'est pas les graphismes. L'Unreal Technology a déjà montré moult fois ses limites, et la preuve est encore là. Concernant le gameplay, il s'agit d'un TPS classique avec son lot de roulade, de technologie et de tir. Le jeu est tout de même relativement facile a prendre en main ce qui l'ouvre a un plus grand public, tout en gardant des instants somptueux de difficulté. Une fois la manette en main, et après avoir passé les différentes scènes d'introduction, c'est surtout l'intérêt de votre méca qui saute aux yeux. Celui-ci s'avère être le lien avec la vie. Il permet à votre combinaison d'afficher la carte, les ennemis et les objectifs. Le cordon ombilicale est d'ailleurs assez court et dès que celui ci est coupé, vous vous trouvez bien seul dans ses étendus désertes, infesté de monstre. Le méca est aussi une source sur de munition, très pratique quand vous vous retrouvez à court.

Les armes et les améliorations s'achètent grâce aux réservoirs d'énergie Th'en obtenues pendant vos missions. A échanger auprès de l'intendance militaire de la base, vous pouvez ainsi vous équiper d'arme nouvelle, de plus grand chargeur ou de diverses options. Votre méca est lui aussi améliorable par ce procédé. Les améliorations sont alors d'ordre d'armure, de portée ou de nombre de coup.

Une vaste étendue, des gros problèmes ? Ça sent le boss !

Le multi

Le jeu dispose bien entendu d'un mode multi. Il est d'ailleurs réussi et varié. Le mode de jeu qui regroupe le plus de joueur est d'ailleurs fort sympathique. En équipe de 4 joueurs, vous allez devoir franchir trois étapes successives. La première, dans votre base, vous demande de nettoyer votre zone de petit Akrids basique. La seconde vous demande de tuer 3 ou 4 gros loulou Akrids qui n'hésiterons pas à sauter sur les rebords pour venir vous faire des calinous de prêt (entendez par la vous manger sur les collines). Enfin, la dernière étapes consistes à prendre un lieu et à le conserver, du mode domination classique. Si vous commencez vos parties avec un fusil d'assaut et une arbalète, les niveaux acquis grâce à l'expérience vous permettront d'améliorer vos armes et vos bonus pour faire de vous un joueur indispensable. Les évolutions sont présentées dans un sphèrier, déjà vu plusieurs fois.

Pour qui ?

Lost Planet 3 n'est pas un TPS élitiste ni même trop difficile. Sa prise en main rapide et sa jouabilité des plus communes en font un des jeux les plus accessibles du moment. Sans compter son univers absorbant qui plaira au plus grand nombre. Cependant, les graphismes et son côté trop commun pousseront les habitués du genres à le délaisser au profit d'autres licences. Bref, un bon jeu pour néophyte et attaché au genre mais qui blasera les purs et durs.

Un petit tour chez Carglass ne serait pas du luxe.

L'anecdote

Lost Planet 3 propose une possibilité interessante, celle de composer vous même la playliste de votre méca pendant vos sorties festives. Celle proposée d'office par le jeu étant plutôt country, je me suis alors mis à la recherche de musique qui collerait le mieux à l'ambiance du jeu et au mouvement de la bête. J'ai ainsi retrouvé un bon Gorillaz (installé sur le disque dur). Nettoyer une planète inconnu et exploser des aliens sur Dare ou repenser à la mission dangereuse confiée par NEVEC sur Feelgood Inc, la classe !
Les Plus
  • Un scénario convenu mais agréable
  • Une ambiance prenante
  • Pouvoir personnaliser sa playlist
  • Le méca et le lien avec (map, inventaire...)
  • Parfois difficile et stressant
Les Moins
  • Des graphismes mauvais
  • Des akrids qui manquent d'originalité