L'Oeil Noir : Les Chaînes de Satinav

22 sept. 2013
Testé par sur
Disponible sur
3

À vos souris... Pointez, cliquez !

Malgré des animations peu réussies, L'Oeil Noir : Les Chaînes de Satinav parvient à vous tenir en haleine tout au long de l'aventure grâce à ses très beaux décors et à son écriture qui dévoile savamment sa qualité au fur et à mesure du jeu. Les amateurs de point & click bien écrits passeront assurément un bon moment.

S'il est un genre particulier très peu médiatisé, il s'agit bien de point & click, ces jeux très calmes dans lesquels il faut résoudre des énigmes afin d'arrêter un mal qui, souvent, menace le monde du héros. Pendant des années, LucasArts étaient considérés comme les maîtres du genre. Mais ça, c'était avant. Daedalic Entertainment, un studio allemand, a développé plusieurs jeux d'aventure point & click, dont L'Oeil Noir : Les Chaînes de Satinav.

L'histoire

L'Oeil Noir : Les Chaînes de Satinav raconte l'histoire du jeune Geron, un oiseleur, qui vit à Andergast où les habitants le considère tous comme maudit. Il y a 13 ans, lorsqu'un devin a été brûlé, ce dernier a affirmé que Geron portait malheur. Ajoutez à cela qu'il a le pouvoir de briser des objets et tous les habitants le fuient. Mais un destin funeste va semble-t-il s'abattre sur Andergast, puisque le nombre croissant de corbeaux dans la ville annoncent le retour du devin. Pour assurer son retour, le devin a besoin d'une fée. Gwinnling, le maître de Geron, demande à Geron d'aller chercher Nuri, la fée qui réside dans les bois proches de la ville. Gwinnling veut tuer la fée afin d'empêcher le retour du devin. Mais Geron ne veut en aucun cas supprimer sa nouvelle amie et part en quête d'une solution pour sauver la vie de Nuri.

Les décors sont généralement très fouillés.

Le principe

L'Oeil Noir : Les Chaînes de Satinav est un point & click. Il s'agit donc de se déplacer de tableau en tableau en résolvant les énigmes qui vous barrent la route. Si la mécanique de jeu est assez classique, les développeurs ont eu la bonne idée de donner des pouvoirs aux deux personnages principaux. Ainsi, Geron peut briser les objets et Nuri à la possibilité de les réparer à condition d'avoir chaque morceau de l'objet. Il y a des énigmes plus ou moins difficiles dans le jeu. Certaines sont logiques et vous prenez un malin plaisir à les élucider. A l'inverse, d'autres apparaissent complètements illogiques et vous font vous arrachez les cheveux. Heureusement, les développeurs ont pensé à inclure des aides que vous pouvez activer ou non via le menu. L'univers de L'Oeil Noir est représenté par des dessins magnifiques. Les environnements sont vraiment soignés et rares sont les objets interactifs qui jurent dans le décor. Tout est plutôt bien intégré. Les personnages sont assez bien dessinés également, en particulier Geron et Nuri. Néanmoins, le titre pêche grandement dans ses animations, pas toujours très jolies et assez lentes.

Trouver son chemin dans cette grotte n'est pas aisé.

Pour qui ?

Le jeu s'adresse plutôt aux joueurs de point & click chevronnés. L'Oeil Noir : Les Chaînes de Satinav n'est pas le jeu auquel il faut jouer en premier si vous souhaitez découvrir le genre, certaines énigmes étant vraiment trop difficiles. De plus, il s'adresse à un public adulte. Pour les enfants, penchez plutôt pour un épisode de la série Monkey Island où l'humour prédomine. En effet, l'histoire de L'Oeil Noir est sombre et ne plaira pas aux plus jeunes.

Je crois qu'il y a anguille sous roche.

L'anecdote

Le début du jeu est assez lent voire même ennuyeux. Mais après le départ d'Andergast, les personnages de Nuri et de Geron prennent une tout autre dimension, leur relation se développe grandement et vous vous attachez à eux. Le travail d'écriture a vraiment été soigné malgré ce qui est montré au début de l'aventure.
Les Plus
  • Les décors somptueux
  • L'écriture excellente
  • Le développement des personnages principaux
  • Les pouvoirs de Geron et de Nuri
  • Le ton assez sombre de l'histoire
Les Moins
  • Les animations un peu à la ramasse
  • Certaines énigmes peut-être trop difficiles