Ken survivra à Fist of the North Star 2

26 févr. 2013
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur Koei
  • Développeur Koei
  • Sortie initiale 7 février 2013
  • Genre Beat'em All

Malgré une réalisation qui tire le jeu vers le bas, Fist of the North Star : Ken's Rage 2 rappellera de très bons souvenirs aux joueurs qui ont passé leur enfance devant le Club Dorothée. Les amateurs du Hokuto apprécieront les efforts faits pour retranscrire le scénario du manga. Tandis que les autres passeront sans doute leur chemin à cause de la répétitivité des combats et des graphismes assez laids.

Après être passé complètement à côté des points vitaux des joueurs il y a deux ans, Ken Le Survivant revient dans nos salons avec Fist of the North Star : Ken's Rage 2. L’adaptation de la licence s’est révélée périlleuse pour Koei. Alors que vous réserve l’héritier du Hokuto Shinken pour son grand retour ? De la baston. Et la mort. Sans aucun doute.

Sanglant et violent, deux adjectifs qui caractérisent Fist of the North Star 2.

Tatatatatatatatatatata !

Fist of the North Star : Ken's Rage 2 est axé sur deux modes de jeux représentant pour une fois un intérêt égal. Tout d’abord, le mode Légende vous fait revivre toutes les aventures de Kenshiro, et rien que pour ça, vous pouvez remercier Koei. Pour les 30 ans de Ken Le Survivant, l'éditeur a vu les choses en grand et vous propose de revisiter l’intégralité du manga ou presque et ce, sur une durée de jeu plus que correcte. Durant votre périple, vous allez croiser Batt, Lynn, Rei mais également Toki ou encore Raoh. Le second mode est le mode Rêve. Il vous permet d’incarner et de vivre les histoires des personnages rencontrés durant les combats du mode Légende, généralement une fois que ceux-ci sont morts. Ce mode de jeu a l’avantage de vous proposer un peu d’inédit et plus de variété que le mode Légende. Ce qui vous amène à une drôle de constatation : même s’il dispose de la plus grande variété de coups spéciaux, Ken n’est pas le personnage le plus évolué au niveau des coups et combos disponibles. Les cinématiques sont présentées quant à elles sous forme de bulle de bande-dessinée. Elles ont du charme, charme qui se retrouve malheureusement vite éclipsé face aux nombreux défauts graphiques.

Les cinématiques sous forme de BD sont vraiment d'une autre époque.

"Tu ne le sais pas encore, mais tu es déjà mort !"

Si vous étiez branché tous les jours devant le Club Dorothée dans les années 83-88, vous ne serez pas surpris par le style de jeu, un bon Beat Them All à l’ancienne. Ken - ou un personnage maitrisant un art martial - va devoir enchainer des vagues et des vagues d’ennemis. Une fois vaincues, vous aurez le droit à un sous-boss, souvent commandant dans l’armée du méchant du moment. Et ainsi de suite jusqu’à affronter le grand méchant du niveau, dépositaire d’un art bien à lui, synonyme quelques fois de difficulté accrue. Pour vos combats, vous avez à votre disposition un coup fort et un coup faible mais rapide. Vous disposez aussi d’une esquive et d’une chope. Là où tous vos vieux souvenirs remontent, c’est avec l’utilisation des coups spéciaux et des prises spéciales. Pour Ken par exemple, la prise spéciale vous permet d’enfoncer vos deux pouces dans la tête de l’ennemi pour le faire imploser. Un pur bonheur. Vous disposez aussi de coups spéciaux, à débloquer au fur et à mesure de l’aventure, que ce soit les cents points du Hokuto (et le fameux "Tatatatatatata")ou la vague pourfendeuse de montagne. De quoi étoffer toute une panoplie de coups et essayer de casser un peu le côté répétitif du jeu, car il faut l’admettre, si vous n’aimez pas le manga, l’ennui risque de s’installer bien vite.

Shun li ne ferait pas mieux.

Le Hokuto pour les grands

Les plus gros problèmes de Fist of the North Star : Ken's Rage 2 ne viennent pas du contenu, ni du gameplay, mais bel et bien de la réalisation. Tout d’abord les décors, censés être issus de l’apocalypse nucléaire, sont vraiment bâclés, même pour du Beat Them All. Les personnages sont relativement bien modélisés sauf que certains détails, comme les cheveux, sont gérés comme un bloc et peuvent donc passer au travers des tenues ou des muscles, ce qui nuit à la crédibilité de certaines cinématiques. Les soucis techniques ne s’arrêtent pas là. La caméra est souvent mal placée, et certains combats, comme celui contre Jagi, deviennent vite compliqués car votre ennemi disparait de votre champ de vision et a ainsi largement le temps de placer une attaque spéciale. Heureusement, le jeu est servi par une bande son sans reproche, très proche de l’idée du manga et des bruitages assez bons. Sans oublier le détail ultime des ennemis qui implosent ou qui se font découper, le tout avec des giclées de sang monstrueuses.
Les Plus
  • Vraiment très fidèle au manga
  • Le mode Légende complet
  • Le mode Rêve qui permet de vivre l'histoire des autres personnages
  • La bande son qui mélange douce mélodie et hard rock
Les Moins
  • Post-apocalyptique ne veut pas dire forcément laid graphiquement
  • Les sous-titres qui n'ont pas été vérifiés
  • Les temps de chargement nombreux et lents
  • Très répétitif

À propos de l'auteur

Si kharg était un jeu vidéo, il serait sans doute un jeu de rôle, un peu long au démarrage, rébarbatif dans tous ces abords et surtout où il faudrait chercher dans tous les coins pour trouver les trucs sympas. Un peu à l'image de Final Fantasy VII en réalité.

Ses derniers articles :