Heureux qui comme Ulysses a joué à Lonesome Road

05 oct. 2011
Testé par sur
Disponible sur
3

Même si Lonesome Road n'est pas le DLC parfait, il offre une conclusion satisfaisante à l'histoire débutée avec Dead Money. Dotée d'un antagoniste intéressant et d'une écriture toujours au top, l'aventure rebutera tout de même les amateurs de grands jeux de rôles par sa linéarité et son bourrinisme ostensible. Passé outre cette bavure, vous aurez une expérience de jeu courte mais agréable.

Dévoilons un secret de polichinelle : dans 90% des cas, un contenu téléchargeable est sacrement mauvais. Entre les armures pour cheval et les chapeaux rigolos, les joueurs sont constamment pris pour des pigeons ou des vaches à lait. Pourtant, il arrive que certains développeurs aient un éclair de génie et produisent une véritable valeur ajoutée. Oui, vous vous en doutez, c'est le cas de Obsidian Entertainement avec Fallout New Vegas. Pleins feux (atomiques) sur la dernière escapade du courrier.

Le final offre un choix assez brutal pour la région du Mojave.

Dernier arrêt avant l'Apocalypse

Lonesome Road est le dernier DLC de Fallout New Vegas, il se situe dans la lignée directe de Old World Blues et de Honest Hearts. Jusqu'à présent, chaque épisode faisait référence à un étrange personnage nommé Ulysses. Ce dernier, présent uniquement par des messages cryptiques, se révèle comme le courrier 6 originel : votre prédécesseur qui refusa de porter le jeton de platine à New Vegas (la cause de tous vos soucis). Observant votre parcours depuis le début de l'aventure, Ulysses a décidé qu'il était temps de vous apporter toutes les réponses concernant sa relation avec vous et les mystères qui entourent votre passé. Bien évidemment, pour cela vous devrez venir jusqu'à lui, au cœur de "The Divide" un canyon tiraillé en permanence par de puissantes tempêtes et rempli de créatures hostiles. Petit point important : vous devrez vous rendre dans cet endroit paradisiaque seul et si possible avec un niveau très élevé (25 ou plus) sous peine de vous faire atomiser par la première bestiole venue. Lonesome Road ne plaisante pas mais n'est pas non plus complètement ingrat puisque vous aurez accès à de nouvelles armes et de nouveaux talents bien utiles.

Le pointeur laser permet de découvrir de nombreux passages secrets.

La fin de l'Histoire

Le gros point noir de cet ultime DLC est sans aucun doute sa linéarité. New Vegas et ses DLC étaient fabuleux pour la liberté qu'ils offraient en permanence au joueur. Ici, ça n'est plus vraiment le cas. De plus, la difficulté extrême de l'ensemble ne fait aucun cadeau aux joueurs les plus pacifistes, même si l'arsenal disponible permet d'équiper les plus babas cools d'entre eux. La progression le long de cette route solitaire est ultra-violente, très intéressante du point de vue de l'histoire et des personnages mais horriblement téléguidée. Lonesome Road se la joue Apocalypse où la remontée de l'ancienne autoroute devient l'occasion de découvrir comment Ulysses est devenu fou et la véritable nature de ses intentions. Vu que le personnage était présent depuis le premier DLC, les craintes de tomber sur un méchant caricatural étaient grandes mais vite levées. Obsidian émerveille encore une fois par son écriture et la balade ne déçoit pas. De plus, en la personne de EDE, le petit robot qui nous suit depuis le début du jeu, tout un pan caché de l'historique du jeu se dévoile et l'on finit par s'attacher à cette petite boule de métal.
Les Plus
  • Le personnage d'Ulysses, ambigu à souhait
  • E-D-E, complètement retravaillée
  • Un véritable sentiment de conclusion dans un DLC
Les Moins
  • Du bon gros couloir qui tâche
  • Très court