Port du string obligatoire avec The Baconing

22 sept. 2011
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Développeur Hothead Games
  • Sortie initiale 31 août 2011
  • Genre Action

The Baconing est un jeu d’arcade typé hack’n’slash plutôt sympathique. Il offre une aventure d'une durée très correcte mais l’intérêt est un peu limité par le rythme décousu et le manque de liberté choisis par les développeurs. L’humour décalé mis en avant reste bon enfant, ce qui amène facilement un petit rictus. Notez enfin que le jeu n’est sous-titré qu’en anglais, mais dans un anglais abordable pour tous.

Après un été riche en bonnes surprises côté jeux dématérialisés, The Baconing vient enrichir les titres du Xbox Live Arcade. Hothead games nous propose ainsi la suite de sa série à succès, Deathspan. Rarement synonymes de réussite, les suites sont plus souvent économiques que ludiques. Alors que pouvons-nous attendre face à ce troisième volet ? La réponse vaut bien un string.

L'arène de Forbiden est riche en combats.

En avril, ne te découvre pas d'un string

Votre héros, Deathspank, s’ennuie fortement après avoir vaincu tous les méchants du monde (et n’avoir sauvé aucune femme en détresse au passage). Confortablement installé sur son trône, il attend l’arrivée d'un nouveau méchant assez fou pour lui tenir tête. Quand, tout à coup, surgit une horde de pas beaux de toutes sortes détruisant tout sur leur passage. Après consultation d’un spécialiste, il s’avère que notre héros à enfiler les cinq strings de la vertu en même temps, engendrant ainsi le "antideathspank", un méchant démesuré, à la taille de l’égo de notre héros. Il ne vous reste plus qu’a vous exécutez et partir au quatre coins (enfin, cinq pour le coup) du globe. Votre objectif : détruire les strings de la vertu et ainsi sauver le monde du chaos. A la trame principale s’ajoute un lot de petites quêtes annexes comme, par exemple, l’arène de Forbiden. Ce nouvel épisode de la série de Hothead Games, habituellement subtile mélange d’exploration, de combats et d’intrigue, s’oriente très baston, délaissant un monde large et ouvert pour un couloir avec quelques embranchements, certes très grands. Alors, oui, le couloir est très long et complet, mais ça reste tout de même un couloir.

Les ennemis sont très variés.

En mai, frappe tout ce qu'il te plait

Armée d’une épée dans chaque main et d’un pistolet, votre mission est assez simple à comprendre : "Bââââston !" Le gameplay n’est pas innovant pour le genre concerné. Chaque touche de la manette a son objet d’attaque correspondant. Pas question de faire des roulades et des sauts sur les murs. L’essentiel est de taper, de massacrer, de castagner tout ce qui bouge et qui entre dans votre périmètre d’action. Et pour cela, Hothead Games a mis le paquet puisque lors de votre parcours vous trouverez épée, marteau, tronçonneuse, pistolet et grenade pour mettre un terme à la vie de vos adversaires. Certaines armes disposent d’une attaque spéciale qui peut se déclencher après avoir rempli la jauge de justice. Elle augmente lorsque vous tapez sur les ennemis ou les bloquez avec votre bouclier. Au sujet de ce dernier, il peut aussi servir à cogner puisque après un certain nombre de coups parés, notre héros s’en servira pour effectuer une charge et ainsi se libérer des ennemis qui l’entourent.

Le mélange de décors en 2D et 3D rend l'univers visuel à part.

En juin, regarde les bien

Le level design est sympathique. Plutôt que d’offrir un décor 3D déjà vu dans une multitude de titres, les créateurs de The Baconing ont choisi de conserver leur marque de fabrique : des décors 2D mélangés avec de la 3D. Le rendu est assez agréable et relativement coloré. Quant à l’ambiance sonore, elle est plutôt bonne. Les explosions et les animations de fonds viennent rythmer une musique correcte. Les bruitages des armes sont réussis eux aussi et variés, que se soit pour les pistolets ou pour les tronçonneuses et autres vrilles. Ces éléments rendent l’ambiance du jeu très agréable. Du coup, vous oubliez un peu que vous avancez dans un couloir et vous émerveillez plutôt des paysages. Dernier petit point, fort agréable également, il s'agit des doublages anglais, qui sont, encore une fois, de très bonne facture.
Les Plus
  • Les équipements à la pelle
  • Une durée de vie plutôt bonne pour un titre en téléchargement
  • L'existence d'un mode deux joueurs toujours agréable
  • Je peux parler de string librement sans me faire taper sur les doigts par le rédacteur en chef !
Les Moins
  • On meurt, re-meurt et re-re-meurt assez souvent : c'est pénible !
  • Un effet couloir qui sabre les côtés positifs du jeu

À propos de l'auteur

Si kharg était un jeu vidéo, il serait sans doute un jeu de rôle, un peu long au démarrage, rébarbatif dans tous ces abords et surtout où il faudrait chercher dans tous les coins pour trouver les trucs sympas. Un peu à l'image de Final Fantasy VII en réalité.

Ses derniers articles :