Shift 2 Unleashed dérape

18 mai 2011
Testé par sur
Disponible sur
2

Shift 2 Unleashed ne brille pas autant que son prédécesseur : conduite imparfaite, intelligence artificielle sur des rails et difficulté frustrante rendent le jeu agaçant. Il faut des nerfs solides pour ne pas craquer et commencer à dompter les véhicules, après des heures et des heures de pratique. Même en activant les aides à la conduite, il reste des défauts techniques, notamment graphiques - Shift 2 Unleashed n'est pas à la hauteur de la concurrence , surtout que l'animation n'est pas toujours fluide. Une déception, surtout sur PlayStation 3 où les courses de voiture n'ont décidément pas la côte.

Vous êtes vraiment dans le cockpit : vous voyez ce que le pilote voit, vous ressentez ce qu'il ressent - ce boost d'adrénaline, ce rétrécissement du champ de vision lors des pointes de vitesse, cet ultime réflexe lorsqu'un concurrent perd le contrôle de son véhicule juste devant vous, après une erreur de pilotage... Shift 2 Unleashed a pour mission de placer la barre encore plus haut après l'exploit réalisé par son prédécesseur - une simulation aussi spectaculaire en vue intérieure qu'exigeante en termes de conduite.

La conduite manque de précision

Le jeu de la vie

La vue extérieure, c'est bien, la vue cockpit, c'est mieux : Shift 2 Unleashed propose, comme son prédécesseur, de se glisser dans la peau d'un pilote avec une vue subjective absolument renversante - et tout à fait jouable, pour une fois. C'est sur cette vue là que la série a gagné ses galons, et il faut reconnaître que Shift 2 Unleashed place la barre très haut en la matière. Vous allez serrer les mâchoires lors des accidents, plisser les yeux pendant les pointes de vitesse, pencher le corps dans les virages et voir votre vie défiler pendant les crashs ! A côté de ça, Shift 2 Unleashed est un jeu de course orienté simulation, un titre exigeant qui risque de vous surprendre.

Les courses de nuit sont spectaculaires.

Dérapage et tête à queue

Il existe deux façons de jouer à Shift 2 Unleashed : activer toutes les aides à la conduite... ou pas. Dans le premier cas, vous ne vous occupez plus que des trajectoires. Le jeu est pépère mais la difficulté reste très corsée, notamment parce que vos adversaires ont des vitesses de pointe élevées et font très peu d'erreurs : à vous de les y aider en les poussant un peu, sur leurs freinages par exemple. Mais c'est quand vous désactivez les aides au pilotage que Shift 2 Unleashed prend une dimension... surprenante. Au pad comme au volant, la précision n'est pas au rendez-vous. Les voitures manquent de grip et ont tendance à chasser méchamment, la direction n'est pas assez précise, même en passant du temps dans les réglages. Le comportement des voitures est très spécial et demande une bonne dose d'adaptation - et de nombreuses heures de pratique. La difficulté étant élevée, autant dire que seuls les acharnés ou les masochistes vont prendre leur pied.

La vue cockpit, la signature de la série

Frustrant

Très vite, Shift 2 Unleashed devient synonyme de frustration : au lieu de prendre du plaisir à réaliser des déplacements, on s'acharne à garder le contrôle de son véhicule. L'intelligence artificielle est aussi décevante : les voitures restent trop souvent sur des rails et vous tamponnent si vous avez le malheur de ne pas freiner comme elles - ce qui vous fait sortir de la piste et vous oblige à recommencer la course, puisqu'il devient alors impossible de remonter la pente. Plus gênant : le jeu est franchement décevant, côté réalisation - palette terne, pixelisation, affichage tardif et framerate inconstant sur PlayStation 3 gâchent le plaisir, malgré quelques effets réussis (les reflets du soleil notamment). Shift 2 Unleashed est moins marquant que son prédécesseurs, alors que tout le monde s'attendait à ce qu'il relève le niveau - une petite déception.
Les Plus
  • La vue subjective, toujours spectaculaire
  • Un parti pris réaliste
Les Moins
  • Manque de précision et de grip
  • Réalisation technique trop juste