Final Fantasy envahit le coté obscur du WiiWare

18 oct. 2009
Testé par sur
Disponible sur
3

Final Fantasy Crystal Chronicles : My Life as a Darklord est une bonne surprise, comme il est fréquent d’en trouver dans le catalogue WiiWare. Bien pensé et facile d’accès ce jeu de stratégie est fun et ne vous fait pas lâcher la manette une fois lancé dans ces batailles pour la protection du cristal noir. Il est doté d’une durée de vie honnête (environ 6 heures de jeu), d’une prise en main simple et efficace et de graphismes mignons collant parfaitement à l’univers de la série. My Life as a Darklord a tout du petit jeu sympa qui divertit à moindre coût. Malheureusement, il est entaché par le contenu téléchargeable, certes conséquent, mais qui peut le conduire au rang d’arnaque du mois au prix d’un jeu PS3 ou Xbox 360. Final Fantasy Crystal Chronicles : My Life as a Darklord de base (ou en limitant les dépenses du DLC) est un jeu intéressant sur lequel le un joueur revient avec plaisir.

Square Enix a été l'un des premiers à annoncer l’arrivée de jeux sur le WiiWare de Nintendo. Le développeur japonais a tenu ses promesses avec pas moins de 3 titres sortis à ce jour. C’est la licence des Crystal Chronicles qui revient à l’honneur avec ce Final Fantasy Crystal Chronicles : My Life as a Darklord, et comme avec ses prédécesseurs, Square Enix surprend son petit monde.

Choisissez votre niveau et la bataille commence. Il est conseillé de refaire les combats pour accumuler des points de Karma.

La maîtresse de la tour

Connu pour être un éditeur de jeux axé sur le jeu de rôle, les développeurs nippons nous gratifient cette fois d’un jeu de stratégie. Alors que le public pensait à une suite de My Life as a King, qui est un jeu de gestion de royaume, ce Final Fantasy Crystal Chronicles : My Life as a Darklord est un Tower Defense (traduction : Défense de tour). Le concept est relativement simple, en tant que seigneur vous gérez une tour et la défendez contre des vilains qui veulent la détruire. A une exception près, c’est vous qui jouez le vilain ou plutôt... la vilaine. Le jeu vous met dans la peau de Mira, fille unique de l’ancien Darklord emprisonné dans un cristal noir. Mira doit à tout prix protéger ce cristal afin que son père puisse un jour revenir. Cette pierre précieuse couleur ébène, étant cachée au sommet d’une tour que des aventuriers attaquent à foison pour devenir le libérateur du royaume. Le gameplay de ce My Life as a Darklord est assez simple, le plaisir de jeu est là et il devient vite addictif.

Trois sorciers arrivent en même temps pour envahir la tour, prévoyez les archers.

Dans quel étage j’ère ?

Lors d’un niveau vous avez votre tour qui ne contient que le dernier étage. Un certains nombre d’aventuriers arrivent au fur et à mesure du temps. Votre but et de rajouter des étages, en temps réel, et d’y ajouter des unités (tirées du bestiaire des différents Final Fantasy) pour occire les vils combattants venus vous bouter. Seulement ajouter des étages et y placer des monstres à votre solde n’est pas gratuit. Vous commencez chaque niveau avec un pécule d’énergie négative. C’est cette énergie qui vous permet de placer tous les obstacles nécessaires à votre victoire. Chaque étage est au moins composé d’un piège et lorsqu’un aventurier arrive il prend automatiquement un coup du piège et lui en inflige un en retour. Si d’autres ennemis sont présents un combat s’engage. Il se termine soit par la mort de l’unité adverse ou à la fin d’un temps imparti. Une fois la durée atteinte le brave aventurier monte à l’étage suivant. Si le piège inclus dans un étage est détruit, l’étage est pulvérisé avec lui. C’est à vous de rajouter ou non un étage (ou des unités) selon le nombre d’ennemi restant et votre solde d’énergie négative (sachant que vous en récupérez à chaque victoire contre un défenseur de l’axe du bien).

Il ne reste plus qu'un attaquant dans la tour, mais il se trouve à l'avant dernier étage.

Un jeu qui peut coûter cher

Vos unités, tout comme celles que vous affrontez, ont une caste. Les guerriers, les archers et les sorciers. Il est important de bien choisir vos unités puisque les guerriers sont plus efficaces face aux archers, qui eux sont efficaces contre les sorciers, ainsi de suite. En plus de l’énergie négative, il existe les points de Karma. Ils permettent d’améliorer votre tour et vos unités. Ces points se gagnent à la fin de chaque bataille. Au début de l’aventure vous ne pouvez insérer que 5 étages maximum et en dépensant vos points de Karma ce nombre monte jusqu’à 10. Ils vous offrent aussi la possibilité d’améliorer vos soldats en leur faisant gagner des niveaux ou en améliorant leurs capacités. Si ce Final Fantasy Crystal Chronicles : My Life as a Darklord est simple lors des premières batailles, il monte en puissance et vous offre de vrais combats épiques. Il devient vite prenant et le plaisir de jeu ne s’estompe pas au fil de l’aventure qui se révèle plutôt longue pour un jeu dont le montant ne dépasse pas 10 Euros. Le seul bémol, qui a son importance, est le contenu téléchargeable. Si c’est une bonne idée de mettre du contenu en ligne cela devient vite une arnaque quand, cumulée, la somme arrive aux alentours des 70 Euros! Obtenir des niveaux supplémentaires, de nouvelles unités, des costumes ou autres items spécifiques devient vite onéreux et inutile puisque le jeu de base se suffit à lui-même.
Les Plus
  • Un bon jeu de stratégie.
  • Prenant de bout en bout.
  • La monté en puissance de la difficulté.
  • L’univers des Final Fantasy Crystal Chronicles.
Les Moins
  • Le contenu téléchargeable honteux au niveau du prix.
  • Le début de l’aventure trop simple et longuette.