Wall-E, le petit robot attachant et débrouillard

05 août 2008
Testé par sur
Disponible sur
3

Toujours plein d'humour, Wall-E sait se rendre attachant. Son histoire tient la route et réussit à vous entraîner de niveau en niveau, reprenant les ficelles du film et même au-delà avec quelques lieux inédits. Avec sa prise en main aisée et son ambiance toujours bon enfant, il parvient à satisfaire les attentes d'un public déjà conquis par le film, désireux d'en voir plus, même si un coup de main d'un adulte sera toujours le bienvenu pour les moments les plus délicats.

Le succès du moment de Pixar ne peut pas sortir en salles sans être accompagné d'une armada d'"à côtés", comme à chaque fois. Peluches, livres, pyjamas et housses de couettes... et bien sûr, jeux vidéo. Regardons de plus près Wall-E. Ce petit robot chargé de ranger les déchets humains va vivre des aventures qui vont l'emmener bien au-delà de ce pourquoi il a été configuré. Et l'air de rien, avec son humour très présent et son univers sympathique, vous vous laissez embarquer avec lui.

Wall-E et Eve ont des capacités très différentes.

Revivez le film en profondeur

Le jeu ne se détache pas beaucoup de l'histoire du film. Pour résumer sans tout dévoiler, en 2700 et quelques, les habitants de la Terre l'ont depuis longtemps abandonnée, laissant derrière eux un monde sale et rendu inhabitable. Seuls quelques robots continuent à travailler, dont notre héros, qui a pour unique tâche d'empiler des blocs compacts de détritus. Wall-E (c'est son nom) se retrouve rapidement tout seul après une tempête de sable qui a anéanti ses collègues robots... Il n'a plus qu'à continuer sa tâche laborieuse et répétitive. Mais ce robot est tout de même curieux. Ainsi, dès qu'il aperçoit quelque chose d'anormal, il ne peut s'empêcher d'aller voir, quitte à grimper par tous les moyens un immeuble en ruines. Alors quand un robot-femelle débarque de nulle part, il devient tout fou-fou.

L'exploration des niveaux se fait sans peine.

Wall-E connaît ses classiques

La prise en main du petit robot est aisée. Un tutoriel vous permet de rapidement prendre connaissance de ses fonctions et de les harmoniser avec ses déplacements. Tirer un rayon laser, prendre de la vitesse, sauter, passer d'un half-pipe à l'autre, se mettre en cube, sont autant d'actions qu'il faudra savoir utiliser à bon escient tout au long du jeu, parfois de manière combinée. Idéaux pour les plus jeunes joueurs, les différents niveaux mêlent à la fois aventure, exploration, course et action selon les moments de l'histoire. Si le principe de base est de se déplacer dans un niveau, débloquer des accès et récolter des objets, il arrive souvent que vous ayez affaire à un gameplay spécifique. Wall-E mêle en réalité plusieurs types de gameplay de manière relativement rythmée, en adéquation avec le moment de l'histoire.

Une petite descente en vitesse dans ce défilé, ça vous tente ?

Un robot original qui sait rester simple

En pleine fuite dans le vaisseau Axiom de votre nouvelle copine Eve, vous devez par exemple traverser de temps en temps des voies de circulation, reprenant complètement le principe du jeu Frog (un jeu des années 80 où une grenouille qui doit traverser la route). Parfois, c'est en l'air que cela se passe, certains niveaux vous proposant de contrôler Eve, qui a la capacité de voler : sur un chemin tout tracé, fuyez la tempête, ou évitez les blocs de glace en plein astéroïdes...A propos d'astéroïdes, Wall-E fait un beau clin d'œil à Star Wars, en voulant s'engouffrant malgré lui dans un champ d'astéroïdes à bord d'une petite navette. Ni une ni deux vous attrapez les commandes des blasters et à vous de tirer dedans pour éviter le crash.
Les Plus
  • De nombreux niveaux accessibles, à la difficulté croissante et bien dosée
  • Un univers riche, faisant appel à la logique et la débrouillardise du joueur
  • Des mini-jeux multijoueurs à débloquer
  • Des cinématiques entre chaque niveau, de quoi prolonger l'expérience au maximum
  • Petit ou grand, vous pouvez vite vous attacher au jeu et ne pas le lâcher si facilement
Les Moins
  • Quelques passages un peu houleux
  • Le mode défi, anecdotique