Gran Turismo 5 Prologue, la mise en bouche

05 juil. 2008
Testé par sur
Disponible sur
3

Superbe, précis, agréable, nerveux, réaliste, Gran Turismo 5 Prologue donne une excellente idée de ce qu’offrira la version complète. Évidemment, c’est un peu une démo de luxe. Mais vu le plaisir procuré par la conduite, vu les sensations uniques, qu’aucun autre titre n’arrive à reproduire de manière aussi fidèle, cet aspect n’est pas gênant. Le seul hic, c’est cette mauvaise idée qui consiste à forcer le joueur à refaire encore et encore les mêmes circuits pour débloquer nouveaux véhicules et nouvelles courses. Vu la présence du mode multijoueur, cette façon stupide de gonfler artificiellement la durée de vie fait franchement pitié. Une sortie de route idiote, mais qui ne prive pas Gran Turismo 5 Prologue de ses autres qualités : sa réalisation, son réalisme, ses sensations.

Si vous avez déjà eu l’occasion de conduire une voiture dans un Gran Turismo, vous savez à quoi vous attendre. Ces sensations d’adhérence. De poids, la façon dont la voiture s’incline dans les virages. Les freinages. Les trajectoires. Les accélérations... Cette série mérite vraiment sont sous-titre de vraie simulation tant elle reproduit de façon magistrale le plaisir authentique de la conduite. En attendant la version complète, qui ne cesse d’être retardée, cette édition Prologue donne un avant-goût de ce qui vous attend. Une mise en bouche en quelque sorte, alléchante mais qui laisse fatalement sur sa faim.

La vue cockpit est vraiment bluffante.

Une impression de luxe

Première bonne surprise : les menus sont incroyablement classe. C’est peut-être un détail mais la musique, l’interface, les concessionnaires, la présentation des voitures, tout est vraiment réussi. Ambiance feutrée garantie. Mais c’est une fois la course choisie que le claque est énorme. Il suffit de passer en vue cockpit pour admirer le travail incroyable effectué par les développeurs. Chaque bolide a son propre intérieur, tellement soigné qu’il a l’air réel. Une petite pression sur le stick droit permet de regarder autour de soi... Génial ! C’est peut-être un détail mais à ce stade, un tel perfectionniste installe tout de suite un sentiment de confiance. Et il suffit de quelques tours de piste pour confirmer cette excellente première impression.

Le mode Deux joueurs en écran splitté est un plus de la version européenne.

Le chaînon manquant

N’espérez pas décrocher des permis et passer des épreuves, vous seriez toutefois très déçu. Gran Turismo 5 Prologue se concentre sur l’essentiel : des courses contre des concurrents, toujours les mêmes courses serait-on tenté de dire. Chaque victoire vous rapporte de l’argent. Avec cet argent, vous achetez de nouvelles voitures. Et ces voitures vous permettent d’accéder à de nouveaux circuits, ouverts à une certaine catégorie de voiture. Dès le début, vous pouvez acheter n’importe quelle voiture ; mais évidemment, vous n’en avez pas les moyens. Vous êtes donc condamné à baver devant des marques prestigieuses, comme Ferrari ou Dodge, avant de vous rabattre sur le pot de yaourt qui vous permettra de progresser au fil des épreuves.

Débloquer les meilleures voitures prend beaucoup trop de temps et d'argent. C'est carrément abusif !

Ça sent l’arnaque

C’est précisément là que se situe le problème. Pour acheter les voitures permettant d’accéder à de nouveaux circuits, il faut beaucoup d’argent, vraiment beaucoup. Même en finissant premier à chaque épreuve, vous êtes obligé de recommencer encore et encore les mêmes courses ! La durée de vie est honteusement rallongée, au point de lasser même les plus patients. Autre problème : d’une course à l’autre, la précision des concurrents gérés par la console évolue bizarrement. Parfois dotés d’une vitesse de pointe très inférieure à la votre, ils sont sur d’autres courses beaucoup trop véloces. Étonnant. Reste le mode multijoueur, parfaitement intégré, et la cerise sur le gâteau pour les joueurs européens : un mode à deux en écran splitté. Les petits gadgets comme le mode photo sont amusants un moment, mais le cœur du jeu vient tout de même de ce mode solo abusif. Car inutile de vous préciser que vous ne pouvez jouer qu’avec les véhicules achetés laborieusement, ce qui vous condamne à tout débloquer péniblement. Un choix regrettable qui s’avère terriblement frustrant, vu les qualités techniques et ludiques de ce titre déjà très prometteur.
Les Plus
  • Des modélisations somptueuses
  • Des sensations de conduites excellentes
  • Un multijoueur online et en écran splitté
Les Moins
  • Enchaîner les mêmes courses encore et encore
  • Beaucoup de voitures mais peu de circuits