Salissez-vous les mains avec Condemned 2

16 avr. 2008
Testé par sur
Disponible sur
4

Evidemment, Condemned 2 n'est pas fait pour les nerveux de la gâchette, pour les habitués des guerres mondiales ou des conflits pantagruéliques contre des milliards d'aliens belliqueux. Non, Condemned 2 est un polar noir, bien serré, bien râpeux, qui propose des combats à mains nues incroyables et une ambiance qui rappelle clairement les bons films d'horreur. Oubliez le mode multijoueur anecdotique et le mode Combat répétitif, ce titre à part se savoure en solo. Et la nuit de préférence.

Vous êtes moche, vous puez l'alcool, vous insultez tout le monde et vous frappez ceux qui vous prennent la tête : s'il n'y avait pas des monstres en ville et des bureaucrates odieux, Condemned 2 ressemblerait étrangement au paradis des soiffards. En l'état, il s'agit plutôt d'un excellent jeu d'action et d'investigation, doté d'une ambiance glauque à souhait et de combats à mains nues hyper crédibles. De quoi vous donner des petits frissons, et pas seulement de plaisir.

Les munitions sont tellement limitées que les armes à feu servent à peine.

Un peu d’alcool, beaucoup d’effet

Il y a des jours comme ça où vous feriez mieux de rester au lit. Des jours où même le comptoir n'est pas votre ami, et où les verres vides s'entassent sans étancher la moindre soif. Où les souvenirs atroces du passé refont surface, sans que rien ne puisse les arrêter. Des jours où des collègues bornés viennent vous chercher au fond de votre déchéance humaine pour vous replonger tête la première dans des enquêtes infectes. Dès les premières minutes de jeu, le ton est donné : Condemned 2 ne ressemble vraiment à aucun autre jeu en vue subjective. D'abord parce que les combats avec des armes à feu sont ridiculement rares : quand vous mettez la main sur un fusil à pompe, c'est avec cinq cartouches et guère plus. Inutile de chercher des munitions supplémentaires : il n'y en a pas. Vous pouvez tuer cinq ennemis au mieux... et c'est tout !

La panoplie de coups au corps à corps fait carrément penser à un jeu de boxe !

De l’action ? Non, de la boxe !

Les combats, vous allez les faire à mains nues. Et ne froncez pas les sourcils comme ça : c'est très bien comme idée, quand la réalisation et la panoplie de coups se révèlent aussi excellente. Bien sûr, vous pouvez parer un coup – à condition de le faire à la dernière seconde. Mais vous pouvez aussi enchaîner les crochets, voire saisir votre ennemi d'une main et le massacrer de l'autre. Dans ces cas, la brutalité du jeu est stupéfiante : bruitages, animations, mouvements de la caméra... Le réalisme et la violence font pâlir même les joueurs les plus blasés. Mais il y a mieux : deux petits coups de gâchette vous font passer en mode fou furieux, dès que vous avez rempli une jauge à force de frapper comme un bœuf. Là, il faut appuyer au bon moment sur la bonne gâchette pour enchaîner votre ennemi et le laisser groggy. Libre à vous de l'achever ensuite ou de le traîner vers une cuvette de WC, un poste de TV ou un objet contondant pour lui planter la tête dedans. Oui, c'est gore. Et oui, c'est d'autant plus affreux que la réalisation se montre clairement à la hauteur.

Les chiens sont un peu ratés : animations, immobilité... Ils auraient pu être mieux utilisés.

Noir, c’est noir

Outre les textures ultra détaillées et les jeux d'ombre renversants, c'est surtout la gestion de la vue subjective qui nous plonge dans le bain de sang. Celle-ci est remarquable : balancements, pivotements forcés, balayages parfaitement synchronisés par rapport à l'action. Grimper une échelle ou enjamber un rebord est vraiment crédible. Tout comme le fait de voir son corps, ses mains bien sûr mais aussi ses bras, ses jambes... Contrairement aux jeux de tir en vue subjective qui vous donnent l'impression de flotter au-dessus du sol, Condemned 2 vous dote d'une vraie inertie, d'une vraie masse corporelle. Et c'est la grande réussite du jeu : vous êtes lent, un peu pataud, mais brutal, extrêmement fort... et vous êtes dedans, à fond. Dès le premier niveau. Attendez de passer à travers un échafaudage branlant puis de vous relever péniblement : vous aurez l'impression d'être réellement tombé ! Le travail réalisé sur les sons est également bluffant, avec beaucoup de bruits d'ambiance pour renforcer la noirceur des décors aliénants. Seuls les jeux de survie/horreur font aussi bien, en terme de frousse ; essayez de jouer dans le noir et vous verrez.

Ces ennemis vont vous faire regretter certains checkpoints un peu trop espacés.

Les âmes fortes

Ne vous attendez pas toutefois à un rythme trépidant : le jeu pose une ambiance, prend soin d'exploiter au mieux chaque situation et se révèle au final assez mauvais quand des hordes d'ennemis vous tombent dessus. Le jeu est clairement conçu pour des duels. Parfois, c'est même agaçant de se faire attaquer sans voir d'où ça vient. Les dégâts n'indiquent pas de direction, une lacune idiote, et certains ennemis très vifs sont durs à localiser au corps à corps. En même temps, entre deux phases de baston sévère, quelques enquêtes bien fichues permettent de souffler. A vous de trouver des indices, d'inspecter la scène d'un crime, un processus clairement amélioré par rapport au premier épisode. Fort d'une ambiance exceptionnelle, mais éprouvante, Condemned 2 s'impose sans problème comme une référence. Pour tous les fans d'horreur bien sûr : à y regarder de plus près, ce jeu à part n'est pas franchement un jeu d'action, et encore moins un jeu de tir en vue subjective.
Les Plus
  • Ambiance noire et glauque très bien restituée
  • Les combats au corps à corps
  • Les enquêtes
Les Moins
  • Le mode multijoueur inutile