FIFA Street 3 : qui peut le plus, peut le moins

13 avr. 2008
Testé par sur
Disponible sur
2

Si vous ne connaissez pas FIFA Street, cet épisode allégé est une bonne alternative aux simulations sérieuses. Maintenant, il faut être bien conscient de ses limites : le gameplay est ultra simplifié, privilégie bien sûr l'attaque, et souffre de graves lacunes qui favorisent dangereusement l'anti-jeu. Surtout en solo. Préparez-vous à dribbler dans votre coin avant de balancer des patates au gardien, en fait. De quoi refroidir les ardeurs des joueurs les plus sérieux, adeptes de belles stratégies et de physique du ballon crédible. Mais qu'importe : après tout, FIFA Street 3 n'est pas vraiment fait pour eux.

Vous avez pris l'habitude d'exiger davantage d'une suite ? Plus de modes de jeu, plus de contenu, plus de fun, plus de technique, plus de plus ? D'habitude, oui. Mais avec FIFA Street 3, non. Ici, c'est tout l'inverse, le contenu ayant rétréci au lavage "next gen". Une mauvaise nouvelle pour les fans, habitués à des parties rapides et intenses, à des actions spectaculaires, qui perdent brusquement de leur intérêt sur PlayStation 3 et Xbox 360.

Le look cartoon est sympa mais manque évidemment de détails.

Rapide et efficace

Remisez au vestiaire les tactiques de jeu, les diagrammes puissants basés sur des défenses solides, les attaques soignées, oubliez la circulation de la balle : les FIFA Street ont bâti leur réputation sur leur style simple et nerveux, à base de dribbles et de frappes surpuissantes. L'idée est simple : enfermez une équipe hyper réduite sur un terrain urbain, dotez les joueurs d'une barre qui se remplit au fur et à mesure des jongles et des dribbles, puis secouez bien avant de servir frais : vous obtenez un jeu de foot super nerveux qui procure un plaisir intense, brutal. C'est sûr qu'avec quatre joueurs contre quatre joueurs sur un terrain minuscule (trois contre trois dans les précédentes versions), le foot devient brusquement plus spectaculaire... En théorie.

Le système de défense est rudimentaire. Privilégiez l'attaque !

Le gameplay au karsher

Le petit problème, c'est que FIFA Street 3 a un peu oublié l'essentiel. Comme d'obliger le joueur à faire des passes et pas seulement des dribbles et des jongles. Là, il suffit d'éviter ses adversaires et de multiplier les jeux de jambe dans son coin pour faire grimper la jauge de Game Breaker, histoire de décrocher ensuite un boulet de canon en pleine lucarne. Et ce n'est pas la défense qui va faire quoi que ce soit : un seul bouton est dédié à cette fonction, carrément plus étoffée dans le précédent volet. Pire encore : les passes sont vraiment approximatives. Un comble sur des terrains aussi réduits... La physique fait beaucoup trop arcade : à aucun moment vous avez le sentiment de contrôler un ballon indépendant des joueurs. Résultat : passes et dribbles font mollassons. Sur tous ces points, la série nous avait habitués à beaucoup mieux.

Multipliez les dribbles et les jongles pour faire des frappes impressionnantes.

C’est cool, mec

A côté de ça, l'ambiance est vraiment sympa. Le look des footballeurs change de l'ordinaire avec un côté cartoon qu'on aime ou qu'on déteste mais qui a la grand mérite de donner une coloration particulière au jeu. Les environnements sont travaillés, avec des couleurs un poil saturées qui donnent bien la pêche ; seule la bande-son est curieusement en retrait, les bruitages dominant une musique passe-partout. Après, vous n'avez pas vraiment l'impression d'être sur un jeu nouvelle génération, évidemment : ça manque de joueurs transpirant à grosses gouttes ou de t-shirts qui se déforment avec le vent de la course. Mais c'est propre, c'est fluide, et l'ambiance est là : sur ce point au moins, FIFA Street 3 ne décevra pas ses fans. Reste que la simplification du gameplay et la disparition de certains modes de jeu risquent de manquer salement à ceux qui ne découvrent pas le genre à travers ce titre.
Les Plus
  • Du foot sympa et nerveux
Les Moins
  • Il manque des modes de jeu, le gameplay est simplifié
  • Le système de défense caricatural, physique du ballon trop arcade
  • Un net recul par rapport au précédent volet