Myst ressort de derrière les fagots sur PSP

16 nov. 2006
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Éditeur Midway
  • Développeur Cyan
  • Sortie initiale 20 octobre 2006
  • Genre Aventure

Mais ne vous y trompez pas, Myst n'est pas le genre de jeu à se laisser déflorer par une approche à tâtons. Si vous ne savez pas quoi faire, reprenez tout ce que vous avez vu dans l'ordre et organisez vos idées, si tant est qu'il puisse y avoir une logique. Car bien souvent, vous vous retrouvez dans un environnement que vous ne maîtrisez pas, composé de systèmes complexes dont leur fonctionnement reste souvent inconnu, jusqu'au déclic. Le coup de chance n'existe pas dans ce jeu, et ce n'est pas en associant des objets à tout va que vous résolvez une énigme. N'hésitez donc pas à noter sur un calepin toutes les informations qui vous semblent utiles, comme des schémas ou des combinaisons qui au premier abord ne signifient rien. Car autrement, accrochez-vous pour les retrouver une fois que vous êtes devant le système qui nécessite d'entrer l'une de ces combinaisons. Indéniablement, cette version PSP de Myst souffre terriblement du coup de vieux que le jeu a subi au fil du temps. Les jeux d'aventures ont évolué, et même si à son époque Myst a défrayé la chronique, il n'est pas pour autant le meilleur jeu du genre. Juste un classique qui a su se hisser à ce niveau par un procédé médiatique astucieux. Pour le reste, le titre ne place pas la PSP à son avantage, à moins de considérer Myst PSP comme une alternatives aux sudoku les plus vicieux. Et encore.

Une intrigue alambiquée tournant autour d'ages et d'époques, une réalisation fortement ancrée dans le passé, des énigmes à la difficulté légendaire... Impossible de ne pas associer Myst PSP à ces caractéristiques si particulières. Pourquoi rejouer à ce titre qui a marqué son époque, mais cette fois sur console portable ? Peut-être pour coller à la tendance forte du retro-gaming ? Ou bien pour terminer le jeu sans avoir recours à la solution ? Non, ce ne serait pas humain.

Première image du jeu. Le ton est donné.

La poussière, ça fait tousser

En 1994, souvenez-vous, les ordinateurs tournaient à la vitesse d'une 2CV, les écrans affichaient quelques poignées de couleurs, les Mac d'Apple avaient dix ans tout rond. Et Myst a vu le jour, d'abord sur les machines à pommes, ce qui a contribué à générer un énorme engouement autour de ce jeu d'aventure auprès de la presse de tous bords, massivement utilisatrice de Mac en ce temps. Succès commercial, donc, mais nombreux sont les joueurs qui ne sont pas parvenus au bout de l'étrange trame scénaristique sans jeter un coup d'oeil à la solution. Douze longues années riches en évènements vidéoludiques plus tard, le titre ressort tel quel sur la console portable de Sony. Aujourd'hui, peu de journalistes ont une PSP, mais tout le monde se souvient de l'emblème des jeux d'aventure, surtout peu après l'annonce en 2005 de la fin définitive de la saga. Alors, coup de grisou ou coup de gros sous ?

Le cubisme est plutôt tendance cette année.

Non, rien n'a changé

A part l'éditeur, tout est conforme. Voyage dans le temps garanti, Myst PSP vous replonge plus de dix ans en arrière, dans un monde 2D fait de décors 3D passablement lissés, d'animation filmées et d'intrigues pas du tout évidentes. L'occasion pour ceux qui avaient abandonné le jeu à l'époque de s'y remettre, en repartant de zéro. Mais dès la première énigme, accrochez-vous, car la logique du jeu reste extrêmement difficile à cerner. Vous êtes loin des codes actuels qui vous poussent à mener une enquête construite sur des éléments tangibles et repérables. Dans Myst PSP, vous êtes dans l'expectative, la permanente remise en question de ce que vous croyez avoir compris, et surtout l'afflux d'informations si denses que vous ne trouvez pas de point d'appui. Ainsi, près du fameux quai sur lequel vous apparaissez, vous trouvez une lettre, qui vous fait comprendre qu'un message vous attend à condition d'entrer le bon code dans le bon cadenas. Vous devez compter le nombre de leviers. Facile, il suffit de se promener. Mais incohérence ou ruse typique du jeu ? Le code correspond au nombre que vous avez compté, plus un qui ne sera accessible que tard dans le jeu. Pour un néophyte, voilà de quoi enrager. Et dire que ce n'est que le début...

Une pièce pleine de mystères... comme toutes les autres.

Le contraste ? Connais pas

Evitez de jouer plein soleil, car dans Myst PSP chaque carré de trois pixels sur trois a son importance. Certaines petites loupiotes rougeâtres que vous ne distinguez pas avant le cinquième passage sont en fait des boutons servant à afficher des claviers. Pratique quand vous avez un code à taper. La navigation se fait de manière assez simple : avec la croix directionnelles - lourde et lente - ou avec le stick - trop nerveux - pointez le curseur sur les différents objets ou chemins face à vous. Si quelque chose vous semble intéressant, cliquez dessus. Avec ou sans transition - en option - vous passez d'un tableau à l'autre. Les chemins sont assez longs mais heureusement, une icône de raccourci vous permet d'en atteindre le bout instantanément une fois que vous l'avez visité. Car dans Myst PSP, attendez-vous à faire et refaire les mêmes trajets de nombreuses fois. Idem pour les combinaisons, les énigmes demandent souvent de répéter une opération avec à chaque fois un détail qui change.
Les Plus
  • L'age de pierre des jeux d'aventure exhumé sur PSP
  • Ça fait bien de dire qu'on joue à Myst, en plus sur PSP
  • Pour ceux qui sont passés à côté sur Mac/PC, voilà l'occasion de comprendre ce qu'est un jeu d'aventure difficile
Les Moins
  • Ça sent le renfermé
  • Ça fait "has been" de dire qu'on joue à Myst, en plus sur PSP
  • Pas accessible du tout pour les non-initiés