Monster Hunter Rise

11 févr. 2022

S'élever pour mieux chasser

Testé par sur
Aussi disponible sur
4
  • Éditeur Capcom
  • Développeur Capcom
  • Sortie initiale 26 mars 2021
  • Genres Action, Rôle

Le voilà enfin : Monster Hunter Rise est maintenant disponible sur PC. Après sa sortie sur Switch, voilà que la PC Master Race peut enfin mettre la main sur ce nouvel opus. Le jeu garde l'essence de l'original, avec les limitations de la console portable de Nintendo, mais bénéficie d'un meilleur rendu. Il est temps de voir ce que vaut ce jeu de chasse version PC...

L'histoire

Le village de Kamura vit paisiblement depuis 50 ans. Mais voilà, après un demi-siècle de paix, la Calamité menace de s'abattre sur le village de chasseurs. Une horde de monstres s'apprête à déferler sur les portes du village et risque de le détruire. Son signe : l'apparition du Magnamalo, apparu également lors de la précédente Calamité. Les chasseurs d'alors comptent sur la nouvelle génération pour défendre le village. Vous avez un peu l'impression qu'ils ne comptent que sur vous alors que des millions de joueurs se retrouvent en ligne chaque jour pour chasser ces grosses bestioles...

L'histoire reste classique : des monstres menés par un autre monstre menacent l'équilibre du monde, enfin surtout d'un village. Vous découvrez au fur et à mesure le bestiaire plutôt bien fourni de ce Monster Hunter Rise. Le jeu est divisé en deux types de quêtes : celles en solo rattachées au village et qui font office de tutoriel géant avec des monstres plutôt faibles ; et les quêtes du Grand-Camp qui se font en groupe et qui offrent plus de challenge. Chaque quête peut se faire encore et encore, contrairement à Monster Hunter World - lui ne vous permettait pas de refaire les quêtes directement rattachées à l'histoire. Vous pouvez donc découvrir le jeu et son bestiaire tranquillement en solo avant de vous lancer dans le grand bain du multi.

Le regard perçant du Tobi-Kadachi juste avant de lancer son attaque.

Le chasse classique

Il y a deux catégories de chasseurs, les chasseurs solo et ceux multi. Vous avez le droit de faire les deux, c'est d'ailleurs vivement recommandé. En multi, les monstres sont plus coriaces et à moins d'avoir un équipement incroyable face à des monstres de niveau faible, mieux vaut être plusieurs, ce qui est quand même bien plus marrant. La difficulté augmente selon le nombre de joueurs en partie. Chaque chasse vous rapporte de l'argent et surtout du matériel récupéré sur le(s) monstre(s) tué(s) ou capturé(s) au cours de la quête, ce qui vous permet de forger nombre d'armes et de pièces d'armure.

Vous pouvez également faire fabriquer des joyaux pour améliorer certains talents comme la puissance d'attaque, la défense ou encore les soins. Dans cet opus, ce sont les talismans qui peuvent être créés aléatoirement en les échangeant contre des parties de monstres - il va donc falloir faire preuve de patience et de persévérance pour obtenir celui que vous convoitez. Le système est bien rodé et le nombre de quêtes proposé est conséquent.

Côté gameplay, vous retrouvez l'essentiel de la licence, c'est-à-dire une maniabilité assez lourde et bien différente selon l'arme que vous manipulez. La nouveauté de ce Monster Hunter Rise est le filoptère, petit insecte grappin qui vous permet de vous déplacer plus rapidement et dans tous les sens pour explorer les lieux ou pour attaquer vos proies. Le filoptère vous permet aussi de lancer des attaques spéciales, encore une fois différentes selon l'arme en main. Un outil de plus dans votre besace de chasseur pour mener à bien vos quêtes et qui donne une tout autre dimension aux chasses. Vous n'avez pas l'impression d'être collé au sol, vous êtes bien plus mobile, ce qui n'est pas du luxe face à certains monstres qui veulent votre peau à tout prix.

En plus du filoptère, vous pouvez renforcer votre chasseur le temps de la quête en ramassant des petits oiseaux répartis dans la carte. Ainsi vous augmentez votre vie, votre endurance, votre attaque ou votre défense. Bien connaître l'emplacement de ces bonus dans chacune des cartes vous permet de faire un petit tour rapide avant d'entamer votre chasse. Évidemment ce n'est absolument pas nécessaire mais ça vous donne un sacré boost. Arriver face à un monstre de rang expert avec deux fois plus de vie que lorsque vous avez débuté votre quête changera bien la donne, surtout si vous avez un set d'armure un peu faible (en particulier contre un Magnamalo ou un Apex Mizutsune...).

Un bon coup de marteau dans la tronche permet d'assommer sa proie.

La Calamité

C'est l'une des nouveautés de Monster Hunter Rise : le mode Calamité vous fait affronter des hordes de monstres sur des cartes spéciales. À la manière d'un tower defense, vous devez empêcher les monstres de casser la grande porte du village et de tout ravager sur leur passage. Il existe trois types de monstres, ceux qui attaquent les joueurs, ceux qui attaquent fortifications et portes, et enfin ceux qui volent et vous balancent des attaques sur la tronche.

Ces trois types de monstres sont dirigés par un plus grand monstre, un boss qui termine la Calamité. Pour vous défendre, vous disposez de tout un arsenal de balistes et de canons que vous pouvez manipuler ou qui peuvent être utilisés par les villageois. Des pièges sont aussi disponibles, en plus du gong qui permet de motiver les troupes et donc d'augmenter considérablement les dégâts infligés par vos armes.

Ce mode de jeu permet de renouveler un peu l'intérêt par moment. Le nombre de quêtes Calamité n'est pas énorme et vous n'avez donc pas l'impression de passer votre temps à faire ça. Il s'agit vraiment d'un mode en plus qui ne prend pas trop de place, l'essentiel du jeu restant la chasse classique. Pour donner un peu de peps à ces quêtes, vous avez des challenges à remplir qui vous permettent de repartir avec plus de butin.

Vous avez l'haleine fraîche mon bon Mizutsune.

Pour qui ?

Monster Hunter Rise s'adresse littéralement à tout le monde. Il y a au moins autant de façons de jouer que d'armes, c'est-à-dire 14. Chaque arme offre un gameplay différent qu'il faut maîtriser pour être réellement efficace. Le marteau fait des gros dégâts et permet d'assommer les monstres mais est très lent et offre une courte portée... alors que l'insectoglaive permet une grande mobilité et une allonge plus grande que le marteau. Vous trouverez donc ce qui vous correspond le mieux, au corps-à-corps ou à distance. Il faut tout de même accepter le gameplay un peu rigide de la série.

Vous pouvez aussi partir en chasse tête baissée sans prendre en compte votre environnement, ou encore prendre en compte tous les éléments qui peuvent faciliter votre chasse. Par exemple, savoir combien de fois vous pouvez paralyser un monstre, l'assommer ou encore l'empoisonner dans une mission est crucial pour être efficace car pour forger certaines pièces d'équipement, il va falloir farmer des monstres précis... et donc apprendre à les chasser rapidement. Parce que si vous mettez 30 minutes pour en abattre, à moins d'avoir beaucoup de chance, obtenir certaines pièces vous prendra trop de temps.

Enfin, nouveauté liée encore à la mécanique du filoptère : vous pouvez chevaucher les monstres et les envoyer dans le mur. Ou même les utiliser pour infliger de gros dégâts aux autres monstres ! Une façon supplémentaire de terminer rapidement et efficacement vos chasses. Certains monstres se livrent même des guerres de territoire qui sont assez impressionnantes.

Malgré tout, les autres monstres de la carte ne représentent pas vraiment de danger. Dans le précédent opus de la série, leur arrivée signifiait souvent un problème de taille pour vous - plus que pour le monstre que vous chassiez. La mise en scène est moins grandiose que celle de World qui offrait des scènes jouant avec l'environnement des différentes cartes. Peut-être est-ce lié aux limites de la Switch, console sur laquelle le jeu est sorti initialement.

Les combats se font d'ailleurs dans des points précis des cartes quand dans World vous pouviez rattraper les monstres et les combattre n'importe où. Ici, impossible de les empêcher de fuir ou de les arrêter en chemin ; c'est plutôt dommage car les chasses se passent toujours aux mêmes endroits et peuvent parfois être un peu monotones. Il y en a donc vraiment pour tout le monde que ce soit dans le gameplay, dans la fréquence ou encore dans l'implication en jeu. Malgré sa maniabilité à première vue rigide, Monster Hunter Rise s'ouvre au plus grand nombre grâce à toutes les subtilités disséminées un peu partout.

Les affrontements entre monstres lors des guerres de territoires sont plutôt cool.

L'anecdote

Le petit plaisir bonus de ce Monster Hunter Rise, c'est de regarder les vidéos d'introduction des monstres. Chaque monstre a le droit à sa petite présentation à la manière d'un haïku, pour coller au village japonais qu'est Kamura. Elles sont plutôt drôles et vous mettent dans une ambiance assez particulière. Un petit détail qui donne encore plus de charme à ce dernier né des Monster Hunter. La version française est d'ailleurs très bien faite et les textes de missions sont souvent très drôles. Alors évidemment si vous avez un PC qui charge vite, vous n'aurez pas forcément le temps de tout lire. Contrairement à la Switch, où vous pouvez les lire même plusieurs fois...
Les Plus
  • Visuellement plus fin sur PC
  • La mécanique du filoptère
  • La diversité des types d'armes
  • Les quêtes évènements toutes disponibles
  • Chevaucher les monstres
  • À plusieurs c'est vraiment super
  • Le mode solo (pas obligatoire) pour bien appréhender l'univers et le gameplay
  • Le mode Calamité
Les Moins
  • Les monstres ne sont pas tous très menaçants
  • Des zones de combat trop arbitraires dans les cartes
Résultat

Monster Hunter Rise est l'un des jeux à faire en cette année 2022. Sa version PC offre un visuel plus fin et plus agréable que sur Switch, bien qu'il lui manque ce mode portable pour des parties express. Une belle diversité de monstres et une mécanique du filoptère bien calibrée ajoutent beaucoup au gameplay et font de ce Rise un jeu à part entière dans la série. Vivement l'arrivée du mode difficile avec Sunbreak pour de nouveaux challenges.