Hellblade : Senua's Sacrifice

30 mai 2018
Testé par sur
Disponible sur
4

Un plaisir fou

Hellblade est un voyage aux enfers. S'il vous amène dans un univers profondément glauque et sombre, il vous fait vivre une aventure d'une qualité rare. L'équipe de Ninja Theory a réalisé un travail particulièrement abouti pour rendre la schizophrénie compréhensible - voire accessible - même s'il faut aussi reconnaitre les difficultés du jeu. Vous pestez régulièrement contre une rune qui ne se valide pas ou un coin de décor qui accroche presque anormalement l'héroïne. Mais en fin de compte, au moment du générique de fin, vous aurez la sensation d'avoir partagé un moment unique avec Senua.

Développé par Ninja Theory en 2017 sur PC et PS4, Hellblade débarque sur Xbox One avec la ferme intention de vous enfermer dans son univers particulier. Car plus qu'un jeu, Hellblade propose une vision d'un sujet encore peu abordé dans les jeux vidéo : les maladies mentales. Sortez votre plus belle camisole et votre épée pour un périple dantesque !

L'histoire

Après un petit texte traitant de la schizophrénie (et un documentaire sur le travail d'étude réalisé autour de la maladie disponible à partir du menu), vous lancez Hellblade avec un petit doute sur l'expérience que vous allez vivre. Senua est une jeune picte qui décide, tel Dante, de parcourir les enfers afin de retrouver son bien-aimé en emportant avec elle sa tête. Mais outre les décors nordiques et celtes proposés, ce sont les troubles mentaux de la gente damoiselle qui vont vous faire vibrer. Déjà que l'enfer, ce n'est pas cool, les démons de Senua vont vous retourner le cerveau. En effet, elle est atteinte de divers troubles mentaux qui prennent vie durant votre aventure au point d'en faire partie intégrante. Et si les dieux ne sont pas cléments, ses maux le sont encore moins.

Visuellement le titre est une vraie réussite, les décors sont beaux et les variations proposées donnent vie à la maladie. Un très gros effort est aussi fait pour donner corps aux différentes voix qui hantent Senua, ne vous laissant que très peu de répit dans votre progression. Outre la narratrice, sorte de voix principale, tout un enchevêtrement de discours se mêlent, vous avertissent, se moquent ou vous spolient. Le travail de Melina Juergens est remarquable et donne corps à l'aventure (audio et performance d'actrice). Petit bémol tout de même car il n'y a pas de localisation en français, rendant parfois difficile le fait de suivre les différents éléments audio.

Les combats de boss donnent lieu à des échanges houleux.

Le principe

Hellblade est un jeu d'aventure et d'action finalement basique manette en main. L'importance n'est pas vraiment donnée à un gameplay fabuleux mais à l'accord entre votre progression et ce que vous devez faire. La plupart du temps vous devez résoudre des énigmes assez simples pour progresser dans un tableau et passer au suivant. Que ce soit la gestion d'un timing limité, retrouver des runes ou l'utilisation de plusieurs dimensions temporelles, chaque série d'énigmes proposées donnent corps à votre folie. Les phases de combat s'avèrent assez compliquées à gérer même si vous n'avez que peu de touches d'actions. Les ennemis tapent fort et vous ne pouvez pas enchainer comme vous le souhaitez sans prendre un grand coup d'épée. Les esquives et les parades sont alors vos meilleures alliées.

Mais Hellblade n'est pas qu'un jeu basique. Vous n'avez par exemple aucune indication de direction ou de santé à l'écran. Il faut écouter les voix pour se diriger et être sûr du bon chemin. En combat aussi les voix seront de précieuses alliées, vous indiquant par exemple si un ennemi vient vous prendre à revers ou si vous allez bientôt mourir. Mais plus que ça, c'est le système de pourrissement qui vient mettre en exergue la nécessité de réussite de votre mission. Plus vous échouez dans les différentes progressions (combats, épreuve de rapidité...) et plus votre bras dépérit, se teintant de noir. Et si cette noirceur atteint tout votre corps, la partie est finie. Vous devez alors tout reprendre depuis le début.

Senua ne part jamais en vadrouille sans son bien-aimé... JAMAIS !

Pour qui ?

Hellblade n'est pas un jeu à mettre entre les mains de tout le monde. Les thèmes abordés comme la noirceur de l'aventure peuvent déranger un public non averti. Et si la maladie prend vie devant vos yeux (et vos oreilles), cette œuvre déconcertante et difficile ne s'offrira qu'à un public aguerri. Il est à noter que pour profiter pleinement du jeu, il faut en plus avoir de bonnes bases en anglais.

Les dialogues entre les voix de Senua ont une importance capitale pour la compréhension de la trame.

L'anecdote

Dans un test, pour avoir accès aux meilleurs conditions, il faut souvent essayer plusieurs combinaisons que ce soit sur la lumière ou sur le son. Ici, c'est le son qui a particulièrement retenu mon attention. Pour une meilleure immersion, le casque a été une option plus qu'appréciable afin de sombrer dans la folie de Senua. Plus intimiste, il donne la sensation que ses voix sont les vôtres. Alors si vous avez la possibilité d'utiliser un casque, n'hésitez pas.
Les Plus
  • Cette sensation quasi dérangeante de ne jamais être seul
  • Un univers envoutant et déroutant
  • Une trame scénaristique réussie (environ 10 h de jeu)
  • Des énigmes bien trouvées
  • L'ambiance sonore de très bonne facture
Les Moins
  • Les déplacements de Senua assez rigides
  • La recherche des runes rouges qui ouvrent les portes par forcément évidente