Resident Evil 4 HD

09 janv. 2017
Testé par sur
Disponible sur
3
  • Éditeur Capcom
  • Développeur Capcom
  • Sortie initiale 20 septembre 2011
  • Genres Action, Aventure, Survival

Le retour de la vengeance du fils prodigue de Capcom

Cette version "HD Remasterisée" n'est qu'un leurre. Certes il y a du mieux, mais cela reste un titre de 2005 légèrement lifté, dont les rides ne sont que celles des contrôles un peu rigides et des polygones légèrement absents. Pour le reste, Resident Evil 4 HD reste un des survival horror les plus jouissifs de son époque. Cela fait plaisir d'y retourner de temps en temps, prendre la températures de nos amis espagnols habités de parasites, dont la tête une fois exposée est affublée d'une faux capable de vous trancher aussi sec. Mince, Capcom nous a une nouvelle fois bien eus !

C'en est presque devenu un rendez-vous que l'on attend plus. Les rééditions de Resident Evil 4 HD au fil des générations de consoles se suivent et se ressemblent. Et pourtant, vous tombez dans le piège facile dressé par Capcom de renouer avec ce titre qui frôle la perfection par son ambiance, ses monstres, et surtout son savant mélange exploration / action. Allez-vous sauver, pour la dixième fois, la fille du Président ?

L'histoire

Si vous n'avez jamais posé vos pattes terreuses sur le crasseux Resident Evil 4 HD, considérez-vous comme quelqu'un de chanceux. Vous n'avez pas encore eu le plaisir de prendre part au sauvetage de la fille du président des États-Unis, Ashley, perdue dans les montagnes Espagnoles et prisonnière d'un groupe de fanatiques plus morts que vivants. Léon S. Kennedy, dépêché sur place, vous emmène dans des endroits plus mythiques les uns que les autres. Le village, où l'aventure commence, donne le ton et marque les esprits : clairement, le concept de brosse à dents est à ses habitants ce que l'écologie est à Trump : une vaste blague. Plus loin, le lac habité par un monstre géant vous gravera à jamais dans la mémoire le souvenir d'un combat épique, perché sur votre barque de bois et armé de harpons, vous laissant davantage trempé de sueur que d'éclaboussures nauséabondes.

Au fur et à mesure de votre quête, vous pénétrez dans le domaine du gouverneur Salazar, sous l'emprise du démoniaque Saddler. Ce dernier a inoculé aux habitants un virus qui les transforme en horribles bestioles insectoïdes qui semblent sacrément résister à la mort. Il vous faudra traverser les épreuves, trancher de nombreuses têtes, achever d'innommables créatures et disciples du mal afin de sauver cette petite peste d'Ashley. Mais d'ailleurs, saviez-vous que Léon et Ashley ont eux-même reçu une injection du virus ? Bonne nouvelle ! Vous êtes à présent frères de sang avec vos ennemis.

Ma plus grande déception

Le principe

Faisons comme si vous ne saviez rien. Et c'est d'ailleurs ainsi que démarre l'aventure de notre blondinet Léon. Avec son petit pistolet et ses deux chargeurs, Léon pensait mener sa petite enquête pépouze, sans jamais imaginer une seconde que la mâchoire de ses interlocuteurs se décrocherait pour laisser apparaître une tête d'insecte parasite. Avouez, cela peut surprendre. Du coup, la mort aux trousses, Léon se réfugie dans sa détermination à sauver Ashley. Vous gérez son inventaire avec une mallette dans laquelle vous plongez en pleine action pour vous soigner ou changer d'arme, tandis que votre progression est sauvegardée à des moments précis (oui, dans ce coin paumé d'Espagne, on laisse traîner des machines à écrire un peu partout). Faites attention à votre stock de munitions, il s'épuise vite et les balles sont rares. Cassez des caisses de bois pour en trouver ou économisez-les en achevant vos ennemis à coups de lames.

Au fil de l'aventure, vous croisez le chemin d'un marchand, salvateur fournisseur de calibres et capable d'améliorer vos petits jouets mortels. Faites-en bon usage, sans être radin : c'est ainsi que votre puissance de feu augmentera et que vous pourrez faire face à des ennemis plus agiles, plus résistants, et plus sales encore que ceux que vous aurez précédemment trucidé.

Allez Ashley, montre-nous ce que tu as dans les biscotos !

La HD ? Où ça la HD ?

L'effort fait sur la version PS4 est aussi visible qu'une tâche de vomi sur la chemise d'un zombi. En d'autres termes : bon courage pour discerner où est passée la HD. Avec le standard des jeux PS4 actuels, vous êtes (et on vous comprend) en droit d'avoir un minimum d'exigence sur la qualité graphique des titres qui vous sont proposés. Resident Evil 4 HD balaye cette attente d'un revers de main décharnée. Si vous voulez de la HD, revenez plus tard. Pour l'instant, il vous faudra vous contenter de textures légèrement améliorées, d'angles un peu moins pointus, mais c'est tout. Pour le reste, les objets sont toujours aussi grossiers, les textures aussi belles qu'un imprimé Desigual, les polygones aussi nombreux que les neurones d'Ashley (la pauvre, sûrement une parente de la famille Trump). Mais tout cela contribue à l'ambiance bien sale qui règne sans ce coin paumé.

Oui nickel et toi, attends on dirait que t'as un truc dans les cheveux

Pour qui ?

En 2005 sort en exclusivité sur Gamecube cette perle de Capcom. Plus tard, le titre sera porté sur de nombreux supports, réédité à la pelle, et vous relirez pour la énième fois un test de la version "HD remasterisée" comme en ce moment. Et malgré l'accueil plus que favorable réservé à RE:4 au fil des portages, en gloire à ce monument vidéoludique qui a marqué une époque, jamais, non, jamais Capcom a cru bon d'accompagner ses rééditions autrement que par un léger lifting graphique.

Reprenons le concept du jeu : se délestant de la caméra fixe, Resident Evil 4 se veut plus dynamique. Le nombre d'ennemis qui entravent votre chemin est plus élevé, l'armurerie est en conséquence plus fournie. Cependant, alors qu'en 2005 cela était vécu comme une libération de Léon S. Kennedy, en 2016 vous avez l'impression d'être étriqué dans des vêtements trop serrés qui plus est mis à l'envers. Sa démarche reste rigide, le contrôle du stick droit n'influe pas la caméra comme dans les jeux d'aujourd'hui, vous passez votre temps dans votre inventaire : c'est une petite aventure archéologique dans laquelle vous vous lancez en jouant à Resident Evil 4 HD sur PS4 aujourd'hui.

OUI, BONJOUR C'EST POUR LES CALENDR... 💥

L'anecdote

Mine de rien, cela doit bien être la cinquième ou sixième fois que je joue à RE:4, je me retrouve encore à crier quand un groupe de moines dont un ou deux à la tête de parasite surgissent derrière une porte, battant du poing et brandissant leurs arbalètes. "Haaa ! Les cons !" peut-on m'entendre hurler, tandis que j'ajuste le shootgun pour leur asséner une giclée de plomb dans les dents. Même si les textures et les décors pourraient être encore plus beaux, cela reste un des meilleurs jeux auxquels j'ai pu jouer et c'est à chaque fois avec un plaisir non dissimulé que je me replonge dans ce bain d'horreur aussi excitant qu'explosif (oui, j'aime les grenades et le shootgun).
Les Plus
  • ¡Un forastero!
  • Toujours aussi fun, 12 ans après
  • Quelle ambiance !
Les Moins
  • À quand la vraie version HD ?
  • À quand une version aux contrôles légèrement revus ?