Mount & Blade : Warband

05 nov. 2016
Testé par sur
Disponible sur
3

Un excellent jeu mal porté

Ne vous y trompez pas, Mount & Blade : Warband est un très bon jeu. Grâce à son principe bac à sable médiéval réaliste et une grande liberté dans vos actions, vous trouverez ici quelque chose d'unique. Son mode multi est un vrai plaisir et offre une expérience complète et longue. Nous vous conseillons tout de même de favoriser la version PC car ce portage sur console est fainéant. En plus d'être franchement daté techniquement, la jouabilité à la manette, l'ergonomie des menus et les temps de chargement répétitifs montrent le peu d'investissement fait sur cette adaptation. Et que dire de l'absence d'une des forces majeurs du titre : ses nombreux mods !

Mount & Blade : Warband est la version améliorée de Mount & Blade. Sorti en 2010 sur PC, le jeu avait séduit un public par son excellence et grâce à ses nombreux mods. Il aura fallu attendre près de sept ans pour le voir débarquer sur console de salon. Est-ce un bon ou mauvais présage ?

L'histoire

Avant de s'attacher à la partie scénaristique de Mount & Blade : Warband, revenons plus exactement sur son histoire. Mount & Blade a connu un réel succès auprès des joueurs PC malgré un emballage pas franchement joli. Sans communication importante de ses créateurs, le jeu est pourtant rentré dans le portefeuille des joueurs par un bouche à oreille très efficace. Et pour principales raisons, un principe franchement bien fichu, quelques idées bien pensées et des mods à foison.

Côté scénario, autant vous dire que c'est assez maigre dans la conception. Vous êtes un personnage qui doit réussir dans sa vie, dans le doux monde de Calradia (toujours plus ou moins en guerre). Il vous appartient de choisir votre histoire lorsque vous commencez l'aventure. Fils de noble ou de soldat, forgeron de formation ou marchand, vous voilà lancé dans l'aventure après un passage par la création de votre avatar. Et si cet éditeur de personnage est plutôt complet, le rendu est assez risible. Sachez tout de même qu'il existe six factions (reparties sur des zones géographiques différentes), et que les zones à visiter changent radicalement en fonction des éléments climatiques (neige, montagne, désert, etc.). Enfin, notez que si vous choisissez de créer un avatar féminin, vous serez défavoriser au début du jeu. Eh oui, c'est ça le Moyen-Âge !

La répartition des points de compétences est ultra complète.

Le principe

Sur la base d'un jeu de rôle, vous commencez votre périple balancé dans une caravane à l'approche d'une ville. Vous vous faites attaquer par des bandits et un choix s'offre à vous : combattre ou faire autre chose. Car la grande force de ce titre, c'est la liberté qui vous est accordée pour faire votre ascension. Vous pouvez choisir la voie brutale, vous battre, piller tous les villages que vous croisez pour gagner en expérience et en richesse. Mais vous pouvez aussi gagner de l'expérience en échangeant de la marchandise et ainsi créer un empire commercial, ou en vendant des esclaves, ou bien encore en vous battant seul dans les tournois. Quoiqu'il en soit, votre objectif principal étant d'être reconnu, vous allez donc passer beaucoup de temps à faire des quêtes à gauche ou à droite. Plaire aux Yarls ou divers nobles présents sera la meilleure façon d'acquérir votre premier fief.

Les déplacements sur la carte se font en vue stratégique avec un gros curseur pour cliquer là ou vous voulez aller. Durant les trajets, vous voyez les unités alliés et ennemis qui se baladent proches de vous, tout en ayant la possibilité de faire une pause tactique. En parlant de pause, vous pouvez monter un feu de camp pour vous reposer, gérer votre inventaire et votre groupe. Une fois rendu sur une ville, un menu s'ouvre et plusieurs options s'offrent à vous. Vous pouvez profiter de l'instant pour une balade en vue à la troisième personne dans le village ou faire en accéléré une attaque, du commerce ou recruter des paysans. Pratique, la carte comme le menu restent pour le moins peu ergonomiques (sur console).

Niveau combat, vous avez aussi quelque chose d'incroyablement complet. Pas de visée automatique ni d'assistance au combat. Quand vous portez un coup, c'est l'angle du stick droit qui va déterminer l'orientation. Il faut donc le prendre en compte pour éviter les boucliers (viser les pieds) ou les divers contres. Idem quand vous vous défendez avec votre arme. Parer à l'épée n'est pas chose aisée puisqu'il faut anticiper le coup de l'ennemi. La multitude d'armes aux corps à corps vous laisse songeur : épée, glaive, faucon, dague, épée à deux mains, hache, masse d'arme, lance, hallebarde, etc. Il faut rajouter à cela les armes à distance que sont les arcs, las arbalètes et les lances. Il est plus que conseillé d'utiliser l'arc ou l'arbalète en arme secondaire. Difficile à manier sans passer par l'entrainement, ces armes restent néanmoins létales. Et si vous prenez en compte le terrain, vous pouvez ainsi décimer un petit groupe sans prendre le moindre risque.

Dans votre quête de gloire, vous avez la possibilité d'embaucher des mercenaires onéreux ou recruter des paysans et les former. Constituer votre groupe est un point très important, et apprendre les points forts de chaque faction vous permet de former un groupe le plus fort possible. Vous pourrez faire gagner de l'expérience à votre groupe pour faire monter votre armée. Un paysan devient rapidement plus fort qu'un mercenaire. Une fois ce groupe constitué, il faut vous familiariser avec les ordres de combats : charger, garder un point, ces ordres basiques changent pourtant l'issu du combat (attaché au pavé directionnel). Car un simple face à face de soldat à soldat tourne rapidement en votre défaveur, mais un groupe ordonné d'archers bien placés, vous fait gagner sans perte. C'est d'autant plus important quand vous attaquez ou défendez un château. Le jeu vous propose aussi de recruter des héros PNJ, dont la personnalité sera marquée et qui réagiront à vos choix. La voie qui mène au trône est longue, et les combats qui vous attendent risquent fortement d'être épiques.

Les paysages varient en fonctions des régions, mais souvent pas de belle façon.

Le portage

Il faut s'attarder sur les différences entre la version d'origine du jeu, sur PC, et ce portage console pour l'apprécier. Après avoir abordé tous les points positifs du jeu, il faut aussi que vous sachiez l'entière vérité. Dans un premier temps, il faut admettre que le jeu est vraiment moche (sur console car sur PC différents patchs améliorent le résultat) ! Ce n'était déjà pas très reluisant il y a six ans sur PC. Autant vous dire qu'en 2016, c'est carrément kitsch.

Il y a aussi les problèmes de collisions qui sont franchement barbants. Stopper votre cheval quand celui-ci rencontre un mur n'est pas évident alors que cela parait logique. Le relancer au pas de course est tout aussi difficile quand vous êtes attaqué. Les menus ne sont pas en reste puisque repiqués directement de la version PC, ils n'ont subit quasiment aucun changement. Vous vous retrouvez donc souvent avec un gros curseur au milieu de votre écran, le stick gauche faisant office de souris, sans en offrir la maniabilité. De même, les ordres et l'organisation du groupe nécessitent de multiple pressions de touches ce qui se révèle assez frustrant car peu réactif. Bref, le portage est très fainéant et ne rend pas du tout hommage au jeu d'origine. Vous pouvez juste souhaiter que les différents mods soient adaptés à la version console rapidement pour optimiser le résultat.

La partie cavalerie est sans doute la plus difficile à maîtriser mais aussi la plus efficace.

Le multi

Si la partie solo peut s'avérer complexe et longue, Mount & Blade : Warband possède aussi un multijoueur monstrueux. Après une création d'avatar rapide (ou non), vous allez pouvoir choisir parmi la multitude de modes de jeu disponibles. Et les réjouissances sont nombreuses : capture de drapeau, siège, bataille ou match à mort. En plus des modes classiques, Mount & Blade : Warband propose un mode épique qui sort du lot : le mode siège où vous devez pénétrer et capturer le fort ennemi avec deux équipes, l'une qui défend et l'autre attaque. Ce mode vous permet de changer entre les différents types d'unités de la faction utilisée. Si vous commencez avec un archer, il vous sera alors possible de passer au fantassin ou au cavalier. C'est un vrai régal. Avec le friendly fire et la nécessité de s'organiser, les manches tiennent en halène les joueurs sur pratiquement cinq minutes. Vous avez aussi toujours la possibilité pour voter contre un allié un peu simplet pour rendre la partie encore plus plaisante. Les ennemis tués vous rapportent de l'argent afin d'acheter un nouvel équipement si vous le souhaitez. Les autres modes sont tout aussi savoureux. Arpenter les différents modes de jeu remplit autant votre temps de jeu que le scénario ou presque. Un régal pour les amateurs de ce genre.

Le multijoueur est loin d'être en reste avec la richesse de ces modes.

Pour qui ?

Encore une fois, ce point s'avère difficile a traiter. Si vous possédez un PC même moyen, vous avez de quoi faire tourner la version originale et tous ses mods pour votre plus grand plaisir. Le jeu se trouve entre 5 et 10€ sur Steam. Si vous êtes néophyte et possesseur de machine de salon uniquement, le jeu peut s'avérer assez moche, surtout sur un écran de 140 cm. En plus, le jeu se montre rébarbatif par certains aspects et nécessitera certainement plusieurs recommencements pour savourer enfin pleinement le plaisir de la liberté de ce jeu d'aventure sans égal. À ne pas mettre entre toutes les mains !

La carte de la campagne est gigantesque et vous propose une totale liberté dans vos déplacements.

L'anecdote

Au début de mon aventure, après avoir perdu contre le bandit qui m'attaquait, j'ai dû enregistrer et reprendre plus tard. Problème : en faisant cela, j'ai perdu le fil de la quête. Mon chargement terminé, je me suis retrouvé sur la carte du monde sans aucunes autres indications. Après avoir recruté mes premiers soldats, nouveaux soucis : à chaque fois que je me baladais entre deux villages, je me faisais démonter par 11 déserteurs qui en voulaient à mon argent (que je n'avais pas). Passage en prison, puis évasion sans savoir comment et retour à proximité de mes villages pour me faire attaquer à nouveau moins de trois jours après. Si le jeu réserve de bonnes surprises, il faut aussi avouer que les mauvaises s’enchaînent aisément.
Les Plus
  • Le principe de liberté dans votre développement
  • Son petit prix
  • Une durée de vie quasi illimitée
  • Un jeu médiéval tout ce qu'il y a de plus réaliste
  • La richesse du mode multijoueur
  • Les nombreuses possibilités de développement de votre héros en mode campagne
  • L'organisation de vos troupes, leur développement
  • L'exigence des combats
Les Moins
  • C'est laid sur console
  • Une interface non repensée pour les consoles
  • La jouabilité peu adaptée à la manette
  • L'I.A. parfois stupide (surtout celle de vos soldats)
  • Beaucoup de petits temps de chargement qui nuisent à l'expérience