Monster Hunter Generations

12 sept. 2016
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Capcom
  • Développeur Capcom
  • Sortie initiale 15 juillet 2016
  • Genre Action

Rendez-vous en terre connue

Dans cet épisode hommage, Capcom vous offre du grand Monster hunter. Monster Hunter Generations est un très bon jeu qui ne se réserve pas qu'à ses fans. L'absence de scénario est un frein important mais un joueur nouvellement arrivé pourra parfaitement y trouver sa voie. L'hommage rendu est beau. C'est un véritable plaisir de parcourir à nouveau ces villages déjà visités par le passé. L'ajout des styles et des arts de chasse fait basculer le jeu dans une nouvelle ère, offrant de nouvelles possibilités aux futurs titres de la série. Les recherches en miaroudeur sont une amélioration non négligeable et un gain de temps appréciable. Un incontournable pour ceux qui aiment les RPGs.

Si la série des Monster Hunter a mis du temps à séduire dans notre pays, la série de Capcom est aujourd'hui attendue et riche de nombreux épisodes. Monster Hunter Generations - ou X dans son titre original - vous propose de revenir sur le meilleur de la série, sans pour autant constituer un best-of. Réussite ?

L'histoire

Après la cinématique d'introduction plutôt agréable, vous vous trouvez plongé dans l'outil de création de votre chasseur. Vous pouvez modifier son apparence en choisissant parmi quelques modèles prédéfinis. Vous choisissez votre style de combat et vos arts et vous êtes parti. Vous êtes un chasseur appelé en renfort pour défendre la Wycadémie des monstres qui l'attaquent. Voilà, c'est tout ! L'histoire est sans intérêt et la première quête est plus instructive que le scénario. Vous prenez possession de votre logis dans la ville de Bherna (seul nouveau village) et l'aventure commence.

Cela n'a jamais été le point fort de la licence et très clairement, aucun effort n'a été fait pour améliorer ça. Vous pouvez même considérer qu'il y a une régression par rapport à l'épisode précédent. Mais Monster Hunter Generations a la bonne idée de vous servir une sorte de fan service en vous proposant de revisiter trois villes des précédents jeux (pokke, Kokoto et Yukumo) en y offrant une retouche graphique et son lot de quêtes. Ce mélange entre nouveauté et redite pourrait paraître fort désagréable mais il n'en est rien puisque l'intérêt du jeu n'est pas là mais dans la chasse.

Le bestiaire est classique mais apporte pas mal de variations d'approches.

Le principe

Si vous approchez ici votre premier Monster Hunter, ne paniquez pas, tout va bien se passer. Il s'agit d'un jeu de rôle qui fait évoluer vos caractéristiques grâce à votre équipement plutôt que par le gain d'expérience. L'activité principale du jeu est la chasse aux gros monstres. Et pour être prêt, il va vous falloir looter des items de meilleure qualité et de les améliorer quand cela est possible avec les ingrédients collectés. Pour cela, vous réaliser une multitude de quêtes dans les 50 minutes imparties à chaque demande. Il vous est aussi possible de concocter un ensemble de potions fort utiles au combat avec les éléments ramassés. Une expérience classique jusque là si vous connaissez la série.

La principale nouveauté de ce Monster Hunter Generations est de vous proposer l'utilisation de style de combat au nombre de quatre ainsi que des arts de chasse (des supers attaques) associés. Le style guerrier est celui qui vous permet d'encaisser des coups pour faire monter votre barre d'art de chasse. Vous pouvez équiper jusqu'à trois arts. C'est le style bourrin par défaut (ou tank). Le style Bushido est sans doute le plus difficile à jouer. Basé sur le timing des contres, il en reste pas moins un style dévastateur avec deux arts à équiper. Le style voltigeur est pour les artistes funambules. Vous n'avez alors plus qu'un seul art de chasse disponible par arme mais lorsque vous faites une esquive en avant, vous décollez pour en mettre plein la tête à vos ennemis. Style redoutable quand il est bien joué, il faut avouer qu'il est aussi assez difficile à gérer correctement. Enfin, le style guilde est le plus classique avec deux arts de chasse à équiper. Un style tout en équilibre.

Ces styles et arts donnent un nouveau souffle à la licence dans un jeu qui reprend allègrement tous les éléments de ses prédécesseurs ou presque. Quelques monstres exotiques viennent aussi égayer vos parties. Il s'agit de monstres classiques plus coriaces, avec des enchaînements de coups différents pour des combats plus ardues. Vous retrouvez aussi les 14 armes qui font varier votre façon de jouer. De la lance à la fusarbalète en passant par la volto-hache, tous les classiques sont là. Chaque arme pouvant être équipée n'importe quand, tout en devant les maintenir dans un bon état pour une utilisation optimale. Dernière petite amélioration, la possibilité de jouer le miaroudeur dans les phases de collectes. La petite bête pourra se battre et avoir son équipement propre. L'intérêt principal étant que ce dernier ne possède pas de barre d'endurance et qu'il ne nécessite pas d'objet pour forer.

Les voltigeurs sont toujours là pour épater la galerie.

Le multi

Il faut l'avouer, sans mode multijoueur, que ce soit local ou en ligne, Monster Hunter Generations serait un bon jeu, mais un jeu incomplet. Une fois connecté à un autre joueur, vous entamez le vif du sujet : la chasse en groupe. Et très clairement, se priver de ce mode de jeu s'est aussi se priver de ce qu'il se fait de plus intéressant. Le multi en ligne est sympathique. Chacun y va de sa capacité pour aider au mieux le groupe. Les monstres ont alors encore moins de chance (ou vous nettement plus). Et très honnêtement, il manque juste la possibilité d'échanger pour que ce mode soit génial (les phrases pré-enregistrées sont trop limitées). Du coup, en local entre amis, l'organisation est plus soignée et l'intérêt grandi encore d'un cran. Un mode indispensable donc, qui est intimement lié au jeu.

Choisir parmi les quatorze armes influencera votre façon d'approcher les monstres.

Pour qui ?

Monster Hunter Generations a fait un très gros effort pour se laisser approcher en évitant de se comporter comme un bête sauvage. Sa difficulté abaissée et son gameplay plus dynamique change la donne et tendent à le rendre plus abordable. L'absence d'un scénario digne de ce nom et les quelques ralentissements sont des éléments contraignants mais qui n'entament pas le plaisir. Cependant les joueurs qui aiment être guidés pas à pas et n'apprécient pas trop la difficulté préféreront passer leurs chemins.

Les sets d'armures sont nombreux et variés.

L'anecdote

Dans le jeu, pour réaliser une quête, vous disposez d'un chrono de cinquante minutes pour fouiller un ensemble de zones et trouver les éléments demandés. Bien sûr, même si vous cherchez de l'herbe, vous avez toujours la possibilité de cogner toutes les créatures qui vont vous passer sous la main (c'est mon credo). En commençant avec mon épée et mon bouclier, je n'ai jamais prêté attention au petit message qui apparaissait de temps à autre pour m'avertir que mon arme se dégradait. Sauf qu'à la fin de la seconde quête de récolte, j'ai dû finir par fuir tous les combats vu le peu de dégât que je faisais, en utilisant au passage des potions durement acquises. C'est ça aussi de jouer au brave !
Les Plus
  • Les styles de combats et les arts qui renouvellent la série
  • Les quatre nouveaux monstres spéctaculaires
  • Une bonne centaine d'heures de jeu assurée
  • Les miaroudeurs qui simplifient les phases de collectes
  • Le coop local et en ligne
  • Une mise en abyme des anciens épisodes
  • Une bande son agréable
Les Moins
  • Un scénario qui fait penser que le dernier Call of duty est un Tolkien
  • Du recyclage à peine dissimulé
  • Quelques freezes et ralentissements
  • 71 gros monstres, c'est moins que le dernier épisode