Total War : Warhammer

05 août 2016
Testé par sur
Disponible sur
3

Total "Epic" War

En nous proposant l’univers de Games Workshop, The Creative Assembly touche enfin un monde fantastique et s’éloigne des sentiers balisés de l’Histoire avec un grand H. La richesse du monde de Warhammer se prête admirablement bien à la recette Total War et nous fait vivre les batailles les plus épiques jamais vues dans un Total War. Le manque cruel de faction est contrebalancé par les profondes différences entre celles-ci et le jeu vous encourage à les découvrir. Malgré ça, ce titre reste très classique et chaque partie est trop semblable à la précédente. Mais voila qui n'est pas si grave, notamment pour les amoureux des deux franchises.

Sur le papier, Total War : Warhammer vous promet des parties originales avec des factions hautes en couleurs, plus différentes les unes que les autres grâce à la richesse de l'univers de Warhammer. Mais est-ce suffisant pour enfin apporter à la série un bon bol d’air frais ?

L'histoire

L’histoire de Total War : Warhammer se résume à une phrase : il faut défaire le chaos et anéantir son chef, Archaon ! Pour ce faire, chaque faction suit sa propre histoire et applique ses principes afin d’atteindre son but. Les nains, menés par le Haut-roi Thorgrim le Rancunier, doivent s’unir afin de vaincre les infâmes Peaux-Vertes, ces mêmes orques et gobelins qui n’ont d'intérêt que pour la guerre et le sang. L’empire doit avant tout réussir à soumettre ses nobliaux et seigneurs à son autorité pour pouvoir régner en maître sur la Terre de Sigmar. Enfin, les comtes vampires, abjectes créatures ressuscitées, veulent répandre leur corruption afin de voir l’empire tomber. Le chaos est là pour rappeler qu’il est la seule et unique menace et qu’il va agir comme un rouleau compresseur sur toute forme de vie. Vous voilà prévenus !

L'arbre de talents des héros est vraiment une nouveauté plaisante

Le principe

Venons-en au nerf de la guerre : le gameplay. Total War : Warhammer propose quatre factions très différentes. Et c’est l'une des forces du titre de The Creative Assembly. Les nains par exemple, possèdent un système de rancune, qui les oblige à se venger pour chaque défaite subie. L’empire est la faction qui se rapproche le plus de celles des précédents Total War. Les Comtes vampires doivent répandre leur corruption et leur force magique est de loin supérieure à celles des autres factions. Les peaux vertes sont assez amusantes à jouer. Avec les orcs, il est question de jauge de combativité, plus ils combattent et plus cette jauge se remplit. Il ne faut jamais laisser cette jauge se vider sous peine de voir les sujets s'entre-tuer. Au contraire, si elle se remplit au maximum, une énorme armée contrôlée par l’IA vous épaulera, la fameuse "Waaagh" !

Les batailles en elles-mêmes, point fort de la série, font partie des plus épiques du genre. La magie, les créatures volantes, les araignées géantes et autres donnent enfin cette petite dose d’originalité qui permet d’atteindre des situations épiques, que l’Histoire n’aurait jamais pu vous faire vivre.

Malgré cette ambiance et les différences entre les factions assez plaisantes, chaque partie est semblable. Et il va devoir fatalement se défendre contre le chaos, qui agit à la manière des hordes de Total War : Attila. Cela dit, il existe quand même quelques subtilités qui diversifient la recette. Par exemple, The Creative Assemby a bien amélioré le système de héros. Ils possèdent désormais un arbre de talent et une micro gestion assez proche du jeu de rôle. Ainsi, il est possible d’équiper son héros et de lancer des capacités.

Graphiquement ça commence à dater. Mais ce n'est clairement pas le point principal d'un wargame.

Le multi

Du classique de chez classique. Pas de nouveauté du côté du multijoueur. Il est toujours possible de se battre en mode bataille ou bien en mode campagne. On ne change pas une recette qui marche !

La carte de la campagne est tout de même très réussie.

Pour qui ?

Total War : Warhammer se présente comme une version légèrement simplifiée de Total War avec une macro gestion un peu plus simple, les néophytes peuvent donc plonger dans cette fameuse série, pas forcément accessible d’habitude. Les fans de Warhammer eux, devraient se jeter les yeux fermés sur le titre tant les batailles sont épiques. Et puis entre nous, qui n’a jamais rêvé lancer ses bataillons en hurlant "For the Emperor !" ?

Thorgrim le Rancunier et son armée. Ça sent l'embuscade à plein nez !

L'anecdote

Total War n’a jamais été mon fort. En fait, j’aime beaucoup cette série, là n’est pas le problème. Pour être honnête, mon niveau laisse affreusement à désirer. Et il m’est souvent arrivé de pester des heures sur Total War : Rome II ou bien Medieval II : Total War à l’époque car je n’arrivais à rien. Sur Total War : Warhammer, j'étais enfin content de moi. Enfin content de réussir à jouer sans perdre au bout de quelques heures. Me voilà enfin intelligent ! Joie, allégresse, bonheur ! Puis, le Chaos est venu un soir dîner. Je vous laisse deviner la suite...
Les Plus
  • Les factions très travaillées
  • Le Total War le plus épique
  • La gestion des héros très axée RPG
  • L'univers Warhammer, parfait pour le genre
Les Moins
  • Il n'y a pas assez de factions
  • La caméra dans les batailles