The Legend of Zelda : Breath of the Wild

11 avr. 2017
Testé par sur
Disponible sur
4
  • Éditeur Nintendo
  • Développeur Nintendo
  • Sortie initiale 3 mars 2017
  • Genres Action, Aventure, Rôle

La légende de retour

Les superlatifs risquent de manquer pour qualifier la production de Nintendo. The Legend Of Zelda : Breath of the Wild redéfini une saga vieille de 25 ans et par la même occasion, les jeux à monde ouvert. Tout comme Ocarina Of Time en son temps, Breath of the Wild laissera sa trace dans le jeu vidéo, et il est rassurant de savoir que des tas de futurs jeux s’inspireront de lui. Immense, brutal et intelligent, Breath of the Wild est tout ce que vous êtes en droit de désirer d’un nouveau Zelda. Tout simplement légendaire.

D'abord prévu sur Wii U, The Legend of Zelda : Breath of the Wild débarque finalement aussi sur Switch. Après avoir soufflé le chaud et le froid à chaque démonstration publique, Nintendo étonne avec une date de sortie calée avec celle de sa nouvelle console. Un bon coup de pouce pour la petite dernière qui, après l’échec de la Wii U, compte bien montrer de quoi elle est capable.

L'histoire

Sans surprise, vous incarnez Link, héros des temps passés. Le jeu vous explique bien assez vite que vous êtes le même héros tombé sur le champ de bataille, un siècle auparavant face au mal absolu, Ganon. Après votre défaite, vous avez été transporté d’urgence dans un sanctuaire afin de vous sauver d’une mort certaine. Cent ans plus tard, vous voilà. Prêt à aller mater des hordes d’ennemis. Le postulat de départ est très simple, et d’ailleurs, le jeu vous laisse tellement libre de vos actions, que vous pouvez abattre Ganon sans connaître quoi que ce soit de plus. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les quêtes principales sont totalement optionnelles.

L’histoire se découpe en souvenirs éparpillés dans tout Hyrule et dans quatre donjons. Le tout accompagné, et ce pour la première fois, de doublages. Les personnages prennent enfin vie, vous n'êtes plus en présence de coquilles vides mais bien d’êtres vivants dotés d’humeurs et de sentiments. Hélas, le jeu des doubleurs est tellement inégal que certaines scènes vous paraîtront ridicules. Malgré ce faux pas, l’ambiance et la tension sont au rendez-vous. Cela dit, l’absence d’un vrai antagoniste humanoïde est regrettable. Ici le Mal est primordial, bestial... Pourquoi ne pas avoir personnifier le malin, à l’image de Ganondorf dans les épisodes précédents ?

Les couchers de Soleil sont magnifiques.

Le principe

Pendant tout ce temps Nintendo était à l’affût, dans l’ombre, ils n’ont pas hésité à repousser la sortie de leur bébé afin de se délecter de chaque monde ouvert concurrent. Et ça se sent, ils parviennent ainsi à nous proposer ce qu’il se fait de mieux dans le domaine. Et pour un premier exercice, c’est un tour de force. Contrairement à des tas de titres récents, Breath of the Wild ne vous prend jamais par la main. Le monde d’hyrule se suffit à lui même. Vous allez souvent fixer vos propres objectifs, atteindre un sanctuaire ou bien monter au sommet d’une montagne enneigée par exemple. Là où c’est très fort, c’est que Breath of the Wild ne vous laissera jamais atteindre vos objectifs sans vous avoir fait faire deux ou trois détours tant le monde est bien construit. L'exploration est toujours récompensée et il est très rare de ne rien trouver là où vous désirez vous rendre. Et vous pouvez vous rendre partout juste après avoir terminé la zone de départ, le plateau du prélude. Cette zone vous fournira toutes les clés qui vous permettront d’explorer à votre guise l’immensité d’Hyrule. Plus la peine d’attendre l’objet d’un quelconque donjon, vous avez vraiment la totalité des objets dans les trois premières heures de jeu.

En ce qui concerne les combats, Breath of the Wild choisi de bousculer un peu les habitudes. Ils sont difficiles et vous demandent souvent d’analyser une situation avant de foncer tête baissée dans le tas, au risque de voir le fameux écran de Game Over. Le jeu vous offre la possibilité d’utiliser un large panel d’armes, de la classique épée en passant par des espadons et autres haches, chaque arme possède ses propres mouvements. Pour ajouter de la difficulté, une mécanique d’usure est présente et risque de vous frustrer les dix premières heures de jeu. Vos armes semblent se briser en quelques coups. De quoi vous faire réfléchir à deux fois avant d’utiliser une arme puissante contre un ennemi basique.

The Legend of Zelda : Breath of the Wild marque aussi la fin des donjons classiques, longs et éprouvants. Désormais, vous aller devoir utiliser tout votre arsenal afin de venir à bout des énigmes retorses. Plus d'objets ni de boussole. Le jeu vous pousse à utiliser votre cerveau plutôt qu'un objet bien spécifique. Il existe toujours plusieurs solutions à chaque énigme ce qui vous motive à toujours expérimenter et à aller contre la solution la plus évidente, juste pour essayer. Et souvent, ça fonctionne. Rien de plus gratifiant. Les combats contre les boss sont très décevants, beaucoup trop faciles et pas très inspirés. Ils contrastent trop avec certaines créatures, les Lynels par exemple, que vous rencontrerez en dehors des donjons, qui pourraient sans hésitation figurer dans le bestiaire d'un titre de From Software.

Les Zoras arborent une tête en forme de requin les rendant très charismatiques.

Pour qui ?

Vous possédez une Switch ou une Wii U ? Comment passer à côté de The Legend of Zelda : Breath of the Wild. Il possède toutes les qualités requises pour être considéré comme un titre majeur de la décennie. Ludiquement, il y a de quoi faire. Si vous aimez un tant soit peu le jeu vidéo, vous vous devez d’y jouer tant il redéfinit la saga et même le genre RPG open world. La seule raison qui pourrait vous pousser à éviter le titre serait une allergie cutanée aux open world ou bien quatorze heures de travail journaliers vous empêchant de vous investir dans une aventure longue et épique. Vous ne possédez ni Switch, ni Wii U ? Il serait temps d'investir !

Frissons assurés lors de cette scène pour tous les fans de la saga.

L'anecdote

Comme cité plus haut dans ce test, Breath of the Wild ne vous explique pas toutes ses mécaniques, et vous allez devoir fouiller pour trouver toutes les fonctionnalités et astuces du titre. De temps en temps les écrans de chargement peuvent vous distiller des conseils qui risquent de vous faire bondir de votre canapé. "Comment ? On peut surfer sur son bouclier ? Hein ! C’est quoi cette histoire de renvoi de projectile ? Mais ! Pourquoi je l’ai pas su avant ?" Autant de surprises que j’ai eu après environ 70 heures de jeu. Et je vous épargne toutes les autres qui risquent de vous arriver par erreur.
Les Plus
  • Le monde d'Hyrule, immense et bien construit
  • La difficulté générale élevée
  • Une tonne de choses à faire
  • Artistiquement, un sans faute
  • Le travail sur les sons ambiants est admirable
  • 120 sanctuaires, 900 Korogus à trouver
Les Moins
  • La Switch à la rue en mode salon
  • Des boss bien trop faciles