Pokémon Soleil

07 févr. 2017
Testé par sur
Disponible sur
4

Crépuscule ou éclipse totale ?

Pokémon Soleil est une très bonne évolution de la série. Rien de révolutionnaire, mais des tas de petites nouveautés qui améliorent considérablement votre plaisir de jeu. Les nouvelles créatures sont plutôt réussies et l’environnement est très immersif. Il manque peut-être de contenu comparé à son prédécesseur. L’influence Pokémon Go se sent, les Pokémons des premières générations sont omniprésents, logique pour Game Freak qui a souhaité attirer et garder les joueurs du titre mobile. Pokémon Soleil n’éclipse certainement pas son aïeul mais promet un avenir radieux à la saga.

La sortie d’un nouveau Pokémon est toujours un événement, mais l’arrivée d’une nouvelle génération annonce souvent un raz-de-marée. Une seconde fournée sur 3DS, ce n’est pas pour déplaire aux innombrables fans qui attendaient de pied ferme cet opus. Nouvelle génération synonyme de nouveaux Pokémons, de nouveaux lieux à explorer ainsi que des changements dans le gameplay. Avec son contenu colossal, Pokémon Soleil parviendra t-il à éclipser son prédécesseur ?

L'histoire

Pokémon Soleil commence alors que vous emménagez avec votre chère Maman et votre Miaouss sur Alola, un archipel fort inspiré d’Hawaï. La vie semble bien plus paisible que dans votre région natale, Kanto. Vous n’avez pas le temps de ranger vos cartons qu’un professeur vient faire votre connaissance et vous entraîne dans une long et périlleux voyage initiatique autour des îles. Bien entendu, votre mère est favorable, et vous laisse voyager librement du haut de vos onze ans. C’était sans compter sur la malveillance de la terrible Team Skull. Une organisation de petits voyous qui parlent tout en rappant, et qui essayera de vous barrer la route à maintes reprises.

Comme à l’accoutumée, les titres Pokémon ne se distinguent pas par leur histoire, à chaque fois très simple et naïve. Ce n’est pas Pokémon Soleil qui va révolutionner le genre. Comme toujours, il met en scène des personnages beaucoup trop manichéens avec des gentils “grands sourires” et des méchants “trop énervés” tout au long du jeu. Mention spéciale pour votre “meilleur ami” qui, en ne dévoilant rien, vous agacera tant il est toujours content, et ce, même lorsque vous l'aurez ridiculisé en combat.

Les herbes hautes sont souvent inévitables. De quoi entraîner vos petits monstres.

Le principe

Pour ceux qui ne connaissent pas la licence, Pokémon est un jeu de rôle japonais très classique. Avec des combats au tour par tour, une évolution chiffrée de vos personnages et une certaine exploration du monde. Ce qui fait surtout de Pokémon la série qu’elle est aujourd’hui c’est le nombre de créature que vous allez pouvoir capturer et entraîner afin d’avoir une meilleure équipe et de faire face à toutes les situations. Avec cette septième génération, le nombre de monstres plafonne à 802. Soit 80 de plus. Quand on repense au 151 premiers, ça fait froid dans le dos.

Pour parler des nouveautés du titre, commençons par le plus flagrant, l’aspect visuel. Contrairement aux anciens jeux, vous vous déplacer sur un environnement 3D totalement modelé. Exit les cartes “case par case”. Désormais il faut vous accommoder du relief, des forêts irrégulières, des passages en diagonal. Ça parait idiot de le signaler, mais pour tous les aficionados, ça demande un petit temps d’adaptation. En tout cas, c’est bien plus immersif ainsi. Les îles sont très vivantes, vous entendez des Pokémons sauvages se promener, ou même voler au dessus de vous. Une belle réussite.

Côté combat quelques ajouts sont les bienvenus. Comme par exemple le petit indicateur à côté de vos attaques qui vous indique si votre assaut sera efficace ou pas. Plus besoin de vous trimbaler avec les tableaux des faiblesses pour savoir si le type Spectre est plus puissant que le type Psy, ou bien est-ce le contraire ? Notons aussi la présence d’un récapitulatif permettant de vérifier tous les états d’altération en combat. Fort pratique quand vous venez de vous prendre 30 jets de sable.

Au rayon des grandes nouveautés, viennent en première place les attaques Z. Entre nous, ce ne sont qu’une modification des mega-évolutions de X et Y. Elles sont visuellement impressionnantes et très efficaces, mais comme avec les mega-évolutions, vous pouvez terminer le jeu à 100% sans utiliser une seule attaque Z. C’est dommage, elles font toujours “gadget”.

Enfin, ce qui nous a le plus marqué est sans nul doute la structure même du jeu. Les arènes Pokémon ont disparu. La progression se fait tout autrement. Vous voyagerez d’île en île en effectuant des tâches bien précises. De ce côté là, Game Freak a voulu diversifier les objectifs et c’est plutôt réussi tant les épreuves sont différentes les unes des autres. De la chasse aux Pokémons à la danse rituelle en passant par la récolte d’ingrédients. Vraiment rafraîchissant.

Les décors en intérieur sont bien plus réussis que dans les précédents volets.

Pour qui ?

Avec la sortie de Pokémon Go l’été dernier, la licence Pokémon a été remise sur les devants de la scène. Une nouvelle génération de joueur a ainsi vu le jour. Les petites améliorations subliment le gameplay et ouvrent la saga aux tout nouveaux joueurs acquis grâce au succès du titre portable.

Les habitués y verront une évolution logique et nécessaire de certaines mécaniques. Néanmoins, les joueurs les plus confirmés risquent de se plaindre des quelques simplifications proposées par Game Freak, et c’est dommage tant elles fluidifient le déroulement du jeu.

Beaucoup de Pokémons sont désormais visibles en dehors des combats.

L'anecdote

Si vous n’aimez pas être pris par la main, cet opus risque de vous agacer, du moins sur la première île. Sans rien dévoiler, les premières heures de jeu ont failli venir à bout de mes nerfs. Vous ne pouvez pas faire dix pas sans qu’un dialogue explicatif ne vous coupe dans votre élan. Sans exagération, la frustration de ne pas pouvoir se déplacer librement m’a fait pousser quelques cris de rage à de nombreuses reprises.

Souvenez-vous du hibou de Ocarina of time, qui répétait sans cesse ses conseils avisés, ou de Navi, la fée du même jeu qui vous agaçait tout au long de l’aventure ? Eh bien la première île de Pokémon Soleil est un concentré des deux. Imaginez, Une Navhibou... Quelle horreur !
Les Plus
  • La recette marche toujours autant
  • Artistiquement solide
  • Les améliorations par ci par là
  • Un monde très vivant
  • Les nouveaux Pokémons... Brindibou, un starter déjà culte
Les Moins
  • Les nouveaux Pokémons... Un chateau de sable en créature. Vraiment ?
  • Les attaques Z, réussies mais pas très utiles
  • La 3DS souffre : les chutes de framerate sont fréquentes