Pathway to Glory 2 : Ikusa Island dans la ligne de mire

16 févr. 2006
Testé par sur
Disponible sur
2
  • Développeur RedLynx
  • Sortie initiale 2005
  • Genre Stratégie temps-réel

Cependant, une fois ces quelques aspects négatifs dépassés, Pathway to Glory : Ikusa Island se révèle relativement intéressant. Certes, les missions se suivent et se ressemblent. Certes, les ennemis sont parfois rudement durs à éliminer. Mais quand un de vos hommes place un tir de bazooka en plein sur un groupe ennemi, il y a de quoi être fier. Sans parler de celui qui enchaîne quatre ou cinq tirs de sniper, couché sur le sol pour plus de stabilité, en faisant mouche à chaque fois. Le côté multijoueur n'est d'ailleurs pas en restes. Un mode local permet de jouer en coopératif ou de s'affronter via plusieurs N-Gage ; Pathway to Glory : Ikusa Island est également jouable online via le N-Gage Arena, ce qui permet des parties hautes en couleur contre des ennemis à la stratégie aiguisée. Un titre à ne mettre entre les mains que des plus déterminés, donc, qui y trouveront leur compte. Du moins sur N-Gage.

En jouant à Pathway to Glory : Ikusa Island, il faut s'attendre à passer de longs moments avant d'achever une mission. D'abord parce que ces dernières sont longues et nombreuses, ensuite parce qu'il faut s'accrocher pour en venir à bout. Pathway to Glory : Ikusa Island, c'est en quelques sortes le défi du joueur nomade : arriver jusqu'au bout, malgré les murs qui peuvent se dresser contre lui.

La taille de l'écran rend l'action très verticale

Un air de déjà vu...

Impossible de jouer à Pathway to Glory : Ikusa Island sans se remémorer l'inénarrable Commandos : vue en 3D isométrique du terrain, déplacement au tour à tour avec nombre d'actions limités, le tout dans un environnement de guerre souvent urbain... Niveau concept, Pathway to Glory n'a rien inventé. Le jeu en lui-même, par contre, se révèle très différent. Dans la majorité des missions, l'objectif à atteindre est de supprimer tous les ennemis de la carte, ceci afin de rallier tel ou tel point. Pour ce faire, vous disposez d'une escouade composée de snipers, d'artilleurs lourds ou de combattants. Mais en réalité, vous pouvez déterminer quel type d'arme chacun pourra porter, quitte à remettre à tous vos soldats un bazooka et un fusil simple, afin d'en faire une équipe de choc parée à toute situation. Pas de réelle personnalité de chaque personnage, donc, bien que le jeu permette de choisir de mission en mission ses combattants favoris - et encore vivants. Une fois la partie lancée, le champ de bataille est à vous.

Rien de plus précis qu'un fusil

La guerre continue

Pathway To Glory premier du nom se déroulait en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Et comme pour l'innombrable lot de jeux traitant de cette période, la suite se déroule immanquablement sur l'autre champ de bataille de l'époque. Pathway to Glory : Ikusa Island vous plonge en pleine guerre du Pacifique, faisant s'affronter Alliés contre Japonais. Le rappel historique présent à chaque début de mission insiste sur les enjeux de telle ou telle bataille, afin d'inscrire la partie dans un contexte le plus véridique possible. Ce souci du détail va jusqu'à vous faire vivre des situations qui se sont réellement déroulées, ce qui, d'un premier abord, est plutôt positif. Pour le reste, à savoir qui de l'escouade a survécu ou non, l'Histoire cède sa place au scénario du jeu. Les présentations sont longues, certes, mais elles sont à l'image du jeu : même si la N-Gage est une console portable, vous devez prévoir plus de deux stations de bus pour commencer à jouer. Alors jouons, à présent.

Domptez les canons anti-chars

Débutants s'abstenir

Première mission : éliminer tous les ennemis. D'un pouce hésitant, vous déplacez tour à tour chacun de vos hommes, en essayant de les placer derrière des bâtiments, des rochers ou des buissons, faute de mieux. Votre champ de visée étant limité par un brouillard de guerre, vous ne découvrez les ennemis qu'une fois entrés dans votre zone de tir potentiel. Mais vous le comprenez trop tard : avec vos déplacements, vous avez utilisé tous vos points d'action ; il ne reste plus rien pour tirer. Au tour de l'ennemi, vous ne pouvez que constater le résultat des hésitations précédentes. Ce n'est pas avec deux survivants que cette mission sera remplie, autant recommencer. Si les gamers les plus acharnés ou les plus patients n'y veront aucun inconvénient, les autres seront vite déçus de recommencer ainsi plusieurs fois les quelques premières missions, dont la difficulté trop variable ne rassure pas. La stratégie et l'observation sont deux capacités à employer massivement pour achever une mission. Bien souvent, vous ferez un premier coup d'essai afin de voir où se cachent les ennemis, puis vous recommencerez la mission en sachant où et comment attaquer. Et encore, il ne faut parfois pas regretter la perte de quelques hommes, tant recommencer une mission s'avère rébarbatif. Dommage.

La tranchée boueuse est difficile à pratiquer mais salvatrice

Avec le temps et la pratique, on y parvient

Ce n'est qu'après quelques parties que le jeu commence à être dompté. Entre-temps, les moins patients sont déjà revenus à Worms. La poignée d'autre a de son côté saisi toutes les astuces qui permettent de terminer une mission sans la recommencer. D'une part, les conseils délivrés au fur et à mesure du jeu comme la gestion des points d'action ou l'utilisation d'armes secondaires doivent être intégrés très rapidement. Sans grenade, point de salut. D'autre part, la persévérance est le maître mot. La N-Gage n'étant pas l'exemple parfait d'ergonomie, vous vous heurtez rapidement à quelques soucis pour le moins dérangeants. N'essayez pas, par exemple, de quitter le jeu sans sauvegarder : il n'y a aucun moyen d'annuler une action ou de recharger une partie précédente après avoir commis une erreur. Et si par malheur, ou par courage, vous tentez de quitter le jeu "à la dure" donc sans passer par le menu, la sauvegarde en cours d'utilisation est tout simplement... effacée. A hurler de joie !
Les Plus
  • Malgré les quelques reproches, le jeu est bien fichu
  • Choisir son camp
  • Les fortes possibilités du multijoueur
Les Moins
  • Quand la N-Gage est en mode silencieux, le jeu n'en tient pas compte... ça donne l'air malin en pleine réunion !
  • La prise en main est réellement dure pour les débutants
  • Les missions manquent un peu d'originalité